Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié le 26 Mars 2012

Rédigé par aragon 43

Repost0

Publié le 26 Mars 2012

 A ADRESSER CETTE MISSIVE FAITE PAR MA CAMARADE NELLIE ROCHEX A  GAUDIN

Contactez-nous
Par téléphone 0 810 813 813

LA MAIRIE EN DIRECT

 

 

Monsieur le Maire,

Je viens d'apprendre par la presse que vous refuseriez au Front de
Gauche l'accès de la plage publique du Prado sous le prétexte que cela
ne se serait jamais fait.

Je constate que cette plage est accessible pour des manifestations :
- commerciales (Orangina) http://www.billetreduc.com/30403/evt.htm
- religieuses (les évangéliques)
http://actualitechretienne.wordpress.com/2011/06/20/evenement-un-festival-evangelique-sur-les-plages-du-prado-a-marseille/
- et politiques (caravane de l’UMP)
http://dominiquetian.typepad.fr/mon_weblog/2009/08/index.html

Je vous exprime donc mon étonnement et mon indignation face à votre
refus d’autoriser le rassemblement sous prétexte qu’il serait politique.
Je vous demande, au nom de la démocratie, de la liberté de réunion, du
respect du droit et de la liberté d'expression de laisser les citoyens
du Front de Gauche se réunir le 14 avril sur la plage publique du Prado
et de revoir votre position.

Veuillez recevoir, Monsieur le Maire, mes salutations républicaines.

Signature

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Repost0

Publié le 25 Mars 2012

L’Insee annonce une baisse du pouvoir d’achat

L’Institut prévoit une baisse des salaires début 2012, une poursuite de la baisse de l’emploi, une montée du chômage à 10,1% et une croissance au ralenti. Un effet notamment des politiques d’austérité.
Le scénario de l’Insee est clair : l’activité devrait être «peu dynamique début 2012» avec une croissance nulle au premier trimestre et en progression de 0,2% au deuxième. Une atonie qui s’accompagnerait d’un recul de la production industrielle. Quelles sont les raisons de cette situation ? Plusieurs facteurs interviennent. Un investissement des entreprises « peu dynamique », des conditions de crédit bancaire resserrées, des marges des entreprises faibles. Cependant la principale raison, souligne Sandrine Duchêne, l’une des responsables de l’équipe de l’Insee, «c’est la consommation des ménages qui reste faible» (elle serait en moyenne de 0,1 % par trimestre d’ici la mi-2012), en raison «d’un pouvoir d’achat en recul».

Plusieurs facteurs se cumulent. D’abord un ralentissement des revenus d’activité, les salaires réels devant baisser. Une faible évolution des prestations sociales, notamment suite aux mesures gouvernementales à l’encontre des prestations maladie et des allocations familiales. Enfin, une progression des prélèvements obligatoires sur les ménages. Le pouvoir d’achat du revenu disponible brut des ménages baisserait ainsi de 0,3 % au premier semestre de cette année.

Cette situation interviendrait dans un contexte international marqué par l’accroissement des décalages entre les différentes zones du monde. L’Asie émergente et la Chine devraient connaître une croissance légèrement accélérée, celle-ci devrait cependant rester inférieure à ce qu’elle était avant la crise. Mais l’écart le plus impressionnant serait entre les États-Unis, où «les clignotants sont au vert», et l’Europe, qui devrait à nouveau connaître une croissance négative au premier trimestre 2012 avant de bénéficier d’une très légère reprise au deuxième (+ 0,1 %). Au sein même de la zone euro, l’écart devrait s’accroître entre l’Allemagne, la France et les pays du Sud européen.

Les experts de l’Insee y voient la conséquence notamment de ce qu’ils appellent de manière sibylline la «consolidation budgétaire», qui n’est rien d’autre que la politique d’austérité mise en œuvre en Europe sous l’impulsion de Sarkozy et Merkel. Plusieurs indicateurs européens publiés hier donnent à penser que les effets de la purge risquent d’être encore plus sérieux.

Pierre Ivorra

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Repost0

Publié le 25 Mars 2012

Voici une bande vidéo récupérée sur face-book, en Allemand mais avec traduction écrité en français qui vaut le coup de regarder.

Ce MES est littéralement un pouvoir dictatorial.

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Repost0

Publié le 24 Mars 2012

 C'est les assurés (es) qui paieront en cotisations
Dépassements d'honoraires : les mutuelles vont devoir payer

Par   -  Publié le 23 mars 2012

Les complémentaires santé n'auront bientôt d'autres choix que de rembourser les dépassements d'honoraires des médecins spécialistes. Le ministère de la Santé vient en effet d'annoncer la parution au Journal officiel d'un décret et d'un arrêté en ce sens.

Dépassements d'honoraires : les mutuelles vont devoir payer


Alors que les dépassements d’honoraires ont été pointés du doigt à plusieurs reprises ces derniers moins, le gouvernement a trouvé le moyen de maîtriser leur flambée. En effet, le ministère de la Santé vient de publier un décret et un arrêté en ce sens au Journal officiel. Des texte qui contraignent les complémentaires santé à rembourser des dépassements plafonnés d'honoraires de médecins spécialistes.

Bien que très controversés, ces textes issus de la loi de financement de la Sécurité sociale 2012, apportent une solution à l'ampleur prise par les dépassements d'honoraires médicaux, ces derniers pesant lourdement sur le budget des ménages. Dans ce cadre, les médecins de bloc opératoire (chirurgiens, anesthésistes, obstétriciens) du « secteur 2 », c'est-à-dire qui pratiquent des honoraires libres, allant au-delà des tarifs remboursés par l'assurance maladie (tarifs opposables), sont les principaux concernés.

Ainsi, s'ils s'engagent à limiter leurs dépassements à 50 % du tarif opposable et à pratiquer 30 % de leurs actes au tarif de Sécurité sociale, les complémentaires santé (mutuelles, assurances, institutions de prévoyance) rembourseront à leurs patients l'intégralité de leurs dépassements. L'Assurance maladie prendra, elle, en charge leurs cotisations sociales sur leurs actes au tarif opposable.

Cette formule avait toutefois déjà été proposée sous le nom de « secteur optionnel ». Elle devait en effet être incluse dans la convention médicale de 2011 signée par la Sécurité sociale, les syndicats de médecins libéraux et les complémentaires santé mais ces dernières - les mutuelles, notamment - avaient refusé. En faisant entrer leur obligation de rembourser ces dépassements dans la loi 2012 de financement de la Sécurité sociale et en publiant ces textes, le gouvernement a donc fait le choix de passer outre.

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Repost0

Publié le 24 Mars 2012

416833 255755337842631 100002244997250 625782 841538347 nSARKOZY L’ILLUSIONNISTE

Nous sommes vraiment dans le domaine des farces et attrapes pour cette élection présidentielle avec Sarkozy.

Les français vont-ils encore une fois se faire arnaquer par ce faussaire politique ?

Chacun se souvient de la façon dont il avait roulé dans la farine des français qui croyaient en ses promesses électorales.

L’histoire du «  travailler plus pour gagner plus » reste gravée dans nos mémoires et je me souviens que des « gogos » l’avaient tellement crue, cette histoire, qu’ils ont voté pour lui.

J’ai un exemple d’un travailleur qui avait voté Besancenot en 2007 au premier tour pour sa belle gueule et qui au second tour a voté pour Sarkozy sur la simple idée qu’il allait trouver du boulot et un bon salaire.

Je ne sais ce qu’il est devenu, l’ayant perdu de vue, mais ce que nous savons tous c’est que la promesse de Sarkozy s’est évanouie rapidement et s’est transformée en chômage pour des millions de personnes et  aussi bien des jeunes que des séniors qui, au lieu de la retraite à 60 ans, se trouvent aujourd’hui en demeure de chercher du travail et de pointer à Pôle Emploi jusque 62 ans voir 67 ans s’ils n’ont pas le nombre d’annuités nécessaires pour leur droit à la retraite.

On pourrait citer maints coups de menton de Sarkozy comme celui adressé à Mittal à Gandrange où il allait terrasser le maitre des forges hindou : l’aciérie est aujourd’hui fermée.

Il s’est dit « le protecteur social » mais avec Merkel, il vient de mettre à genoux le peuple grec obligé de rembourser les frasques des financiers et en France il a détruit plus 500000 emplois, abaissé les salaires de tous les travailleurs et rendu leur vie plus précaire : il a du même coup permis aux amis du Fouquet’s de faire de considérables profits.

Alors est revenu le temps des élections et le coquin refait ses numéros d’illusionniste flattant le travailleur, flattant aussi les vils instincts « du chacun pour soi », fixant aussi la vindicte sur l’ennemi public que serait l’immigré ;  vous savez ceux qui vident nos poubelles ou celles qui se lèvent à 4 heures du matin pour entreprendre le nettoyage des bureaux ou encore celles qui font les ménages et gardent les enfants en bas âge pendant que les parents vont travailler ;  et aussi tous ces travailleurs dans les arrières cuisines de restaurant travaillant pour une bouchée de pain.

Et puis il y a  ceux qui jouent du marteau piqueurs, qui construisent nos maisons et appartements etc.

Tous ces gens là, utiles pour les besoins du système, sont montrés du doigt et qualifié de délinquants rien que par le regard portés sur eux quand le bourgeois se sent inquiété par leur promiscuité.

Voilà l’ennemi déclaré utile pour faire peur et diviser : cela  fonctionne de concert entre la fille à Le Pen et  ce reste de gaullisme devenu néo-pétainiste (travail-famille-patrie) au niveau d’une Europe aux penchants de plus en plus vers l’extrême droite prête à mettre des barbelés qui remplaceront l’ancien mur de Berlin.

Oui, le temps des élections et du pouvoir à garder est revenu et de faire jouer les tireurs de cartes, les illusionnistes, les prestidigitateurs, et cette semaine nous avons eu à nouveau droit à une flopée de mesures à prendre pour notre sécurité et l’individu de nous promettre des nouvelles lois sécuritaires pour poursuivre ceux qui vont sur les sites internet dangereux, qui vont à l’étranger dans des pays considérés comme terroristes, comme par exemple cela pourrait être le cas de Cuba.

Demain on pourrait voir apparaitre l’idée que ceux qui sont contre l’Europe capitaliste soient des dangereux terroristes à inscrire dans les tablettes des services de renseignements capitalistes.

Ce personnage, Sarkozy, est une sorte de vibrion, un agité qui se trémousse à chaque fait et geste et sort une loi qui remplace une autre loi qui n’a eu aucun effet puisque simplement bâtie pour la cause de la pérennité du fondé de pouvoir du capital.

Il allait tout régler à coup de « karcher » : on a vu que dans ce pays  que si l’insécurité prospère depuis 2002 date où la droite tient le pouvoir en faisant peur aux gens et cela est le résultat d’une politique  où régné de plus en plus l’insécurité sociale et que le chômage créé par les puissants de de ce pays active tout ce qu’une société malsaine peut produire et il faut se rappeler de ce que disait Marx sur ces catégories de désœuvrés devenant une armée de réserve, vouée aux basses choses, vivant dans un système lui-même corrompu comme l’est aujourd’hui cette république des riches et de ceux qui sont des délinquants de la fortune.

A chaque fois que cette société est en difficulté, elle a recours à toutes les possibilités de mettre en évidence ce qu’elle a créé de putrescible pour garder son pouvoir et l’imposer en mettant en exergue ce qui sort de ses entrailles et qui pue la défécation bourgeoise : celle d’une extrême droite.

C’est bien la révolution sociale,  qui empêchera cet illusionniste de tromper à nouveau le peuple.

L’idée de bien commun, de république des citoyens, d’insurrection sociale, d’une 6eme république sonne comme enfin une vraie alternative qui se détache de toutes les manigances d’un système qui peut produire de par sa putréfaction des actes ignobles comme ceux que l’on vient de vivre à Toulouse si on ne change pas la société.

La bataille idéologique doit être donc vive pour s’opposer à toutes les astuces que l’illusionniste de l’Elysée mettra en ligne pour garder le pouvoir.

Le vote Mélenchon, qui vient d’atteindre le 14 % dans les sondages, démontre que les artifices que dressent Sarkozy et ses sbires ne sont plus admises comme du bon pain et que les français sont entrain de prendre leurs affaires en main.

Prenons la Bastille.

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0

Publié le 24 Mars 2012

Rédigé par aragon 43

Repost0

Publié le 23 Mars 2012

LE MAIRE DE NOGENT SUR OISE MANQUE DE COURAGE POLITIQUE

Il vient enfin de répondre à la demande d’un ancien combattant d’Algérie, membre de la FNACA,  concernant le 50eme anniversaire des accords d’Evian mettant fin à la sinistre guerre d’Algérie.

Il l’a fait par la voie de la presse méprisant ainsi cette personne qui lui proposait de commémorer cette date historique qui marquait le fin de cette guerre.

Ce membre de la FNACA avait fait la demande d’une manifestation devant le monument aux morts le jour de cette anniversaire le 19 mars 2012.

PICT0126.jpgDevant la non réponse de ce maire, après en avoir été informé, le PCF de Nogent Sur Oise s’est résigné à une commémoration privée relatée dans Oise Hebdo.

Et c’est là que le maire répond à un journaliste de Oise hebdo et non à l’ancien combattant de la guerre d’Algérie (quel manque de respect) et pas non plus au PCF, en affirmant que dans sa ville les anciens combattants préfèrent la date du 5 décembre (celle-ci n’a rien à voir avec la fin de cette sale guerre contre laquelle j’ai lutté en tant que jeune jociste ( jeunesse ouvrière chrétienne) à cette époque).

C’est petit.

D’autant plus que dans toutes les localités de la communauté d’agglomération cet anniversaire est commémoré par les villes à direction de gauche à Montataire, Creil, Villers Saint Paul ainsi que Chambly qui vient d’inaugurer en 2010 une rue du 19 mars 1962 avec le député maire de la ville.

Le plus petit est dans l’excuse toute trouvée : je n’allais pas répondre à une initiative du PCF en pleine période électorale.

Jusqu’où va se loger le coté électoraliste de ce maire, et, tenant compte que s’il avait répondu à l’adhérent de la FNACA, il n’y aurait certainement pas eu d’initiative du PCF qui n’a fait que son devoir :  rappeler au maire cette date importante.

Dimanche 1er avril se tiendra à Creil, une rencontre avec des témoins de cette sale guerre, j’invite tout ceux qui sont intéressés de connaitre les raisons de cette guerre coloniale, d’y participer et pourquoi pas le maire de Nogent qui pourrait ainsi saisir l’importance de cette date.

Je lui suggère même de faire comme certains de certains de ses collègues maires : d’inaugurer une rue du 19 mars 1962, l’an prochain à Nogent sur Oise.

 

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0

Publié le 23 Mars 2012

Une nouvelle campagne démarre

Il n’y aura pas de grand soir mais ce fut une journée magnifique que ce 18 mars, où les rues de Paris ont vibré pour redonner à toute la France l’oxygène qui lui manquait.

Le Front de gauche a créé l’événement. Qui imaginait, il y a quelques semaines encore, une manifestation politique populaire et citoyenne aussi massive et aussi large dans cette campagne électorale conçue, dès l’origine, pour exclure toute parole populaire, tout engagement collectif, toute espérance de transformation sociale ?

Du jamais vu ! Toutes celles et tous ceux qui, par le moindre geste, ont contribué à cette réussite ont commencé ensemble à relever le défi que nous nous fixons dans cette présidentielle : permettre au peuple et à ses attentes de changement – pour décliner les paroles du chant « pas de sauveur suprême, ni dieu, ni César, ni tribun, décrétons le salut commun ! » – de s’imposer.

La Bastille ouvre un chemin de lutte et d’espoir

Aux cris de « Vite, la 6e République », la Bastille ouvre un chemin de lutte et d’espoir. Notre pays en a un immense besoin. Il souffre trop. Avec cette marche, redevient crédible l’idée que le monde du travail peut reprendre ses affaires en mains.A droite, on avait tout prévu sauf l’insurrection démocratique, sauf ce moment de basculement où des centaines de milliers de Françaises et de Français, de femmes et d’hommes proclament : la politique c’est notre affaire, et payer pour les riches c’est fini. La mobilisation des communistes pour la réussite de cette journée exceptionnelle, joyeuse, combative, fraternelle, a été spectaculaire. C’est le fruit d’un travail militant que je veux saluer ici : le lancement à la Fête de l’Humanité, les 300 000 programmes L’humain d’abord diffusés depuis lors, les centaines d’assemblées citoyennes dans tout le pays, dans nos quartiers et aux portes des entreprises, les milliers de distributions et cette invite constante : « sans préalable d’aucune sorte, mêlez-vous-en ! »

En parcourant la place de la Nation avant le départ de la marche, j’ai pu rencontrer et féliciter nombre d’entre vous. Je profite de cette occasion pour le dire à toutes et à tous : ce travail patient, respectueux, inventif qui est le vôtre dans une campagne commune et collective est déterminant. C’est lui qui permet l’entrée en campagne à nos côtés de milliers de femmes et d’hommes engagés dans les combats sociaux, syndicaux, citoyens, associatifs dans le pays, qui n’ont plus le temps d’attendre et peuvent s’engager durablement dans la dynamique que le Front de gauche a fait naître. Cela donne aussi force et courage à ceux que vous avez investi de la responsabilité d’animer cette bataille, à Jean-Luc Mélenchon qui porte avec talent notre ambition commune, à moi-même, à nos candidates et candidats aux législatives que nous voulons voir nombreux en juin entrer à l’Assemblée nationale.

Le peuple est de retour, la gauche est de retour

La Bastille est le signe que nous avons déjà remporté une première victoire. Le peuple est de retour, la gauche est de retour.

Rien n’est acquis. La bataille va être encore rude dans les semaines à venir. Mais mesurons à sa juste valeur l’immense potentiel que nous ouvre le travail accompli.

Depuis dimanche, c’est une nouvelle campagne qui démarre. Des milliers de nos concitoyennes, de nos concitoyens impatients de se débarrasser de Nicolas Sarkozy et de sa politique restent habités de doutes sur la portée de la victoire attendue : notre vie changera-t-elle vraiment ? Aujourd’hui, la campagne du Front de gauche modifie cette situation. La victoire peut être synonyme d’espoir. Le potentiel de mobilisation du Front de gauche est ainsi devenu le meilleur atout de la gauche pour gagner et pour, ensuite, réussir. Ne nous laissons pas impressionner. On nous parle de « vote utile » ? Quoi de plus utile que le travail entrepris par le Front de gauche, et le vote pour son candidat ?

Oui, il redevient possible, non seulement d’imaginer que ce sont là les derniers jours de la droite au pouvoir, mais aussi les temps premiers d’une renaissance démocratique et d’une politique de gauche dictée non par le consensus mais par la détermination à combattre la dictature de l’argent. Oui, il redevient possible d’envisager de reprendre la main sur les richesses du pays, sur le pouvoir économique et de le soumettre aux besoins humains et sociaux.

Oui, il redevient possible d’envisager à court et moyen terme l’inversion de l’ordre établi. La portée de ce que nous construisons va bien au-delà de l’échéance présidentielle qui en est la première étape décisive. Ce que nous visons, c’est la mise en mouvement de majorités d’idées et d’action, de majorités électorales et populaires, autour d’objectifs de changement clairs, de majorités agissantes décidées à « ne rien lâcher » tant que ces objectifs ne sont pas atteints.

Oui, ces majorités d’idées et d’action sont possibles si les forces populaires s’en mêlent. Oui, peut devenir majoritaire, contre les logiques austéritaires, l’exigence d’une relance de l’activité fondée sur l’augmentation des salaires, la revalorisation nette du Smic, des retraites, des pensions. Oui, peut devenir majoritaire la nécessaire reconquête de la retraite à 60 ans pour tous financée par la mise à contribution des revenus du capital et de la spéculation. Oui, peut devenir majoritaire la proposition de nationaliser les grandes banques et de fonder un pôle public bancaire et financier en changeant le rôle de la BCE. Oui, peut devenir majoritaire l’exigence de réinvestissement massif dans les services publics. Oui, peut devenir majoritaire l’idée que travailler, étudier, se loger, se nourrir, se soigner, se cultiver sont des droits fondamentaux qui doivent être garantis à tous en toutes circonstances. Oui, peut devenir majoritaire l’exigence d’une 6e République où la participation citoyenne aux décisions politiques et économiques du pays, de l’entreprise aux institutions, sera constante, où la démocratie réelle et permanente sera la garantie de la transformation sociale. Oui, peut devenir majoritaire le principe de refondation d’une Europe sociale, démocratique et écologique. Ce sont ces majorités d’idées, ces fronts de lutte qui constituent les conditions d’une politique de gauche.

Comment mener à bien et réussir cette immense tâche ?

D’abord, en poussant le plus haut possible le vote Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle. Des milliers d’électrices et d’électeurs peuvent en prendre conscience : s‘emparer de ce bulletin de vote est le meilleur moyen de construire une victoire solide et durable sur la droite et l’extrême droite, de rendre cette victoire utile à toutes celles et tous ceux qui ont le plus besoin de changement.

Ensuite, en s’engageant maintenant beaucoup plus fortement dans la campagne pour les élections législatives. La victoire présidentielle ne sera rien si elle n’est pas garantie par une majorité parlementaire capable de voter les lois d’un changement véritable, celles qui reprendront dans les actes les rênes du pouvoir aux marchés financiers. Notre campagne des législatives peut dès maintenant donner du sens et plus de force à la campagne présidentielle. Nos candidates et candidats doivent sans attendre faire relais avec la campagne de Jean- Luc Mélenchon pour inscrire sa portée dans la durée.

Enfin, en intensifiant partout le travail de rassemblement, d’assemblée citoyenne, de mise en débat et de mise en action qui permettra aux citoyens de porter ensemble les objectifs d’une politique de changement. Jusqu’où porter ces objectifs ? Je le répète, jusqu’à leur mise en œuvre effective. Jusqu’au gouvernement ? nous questionne- t-on. Nous n’en sommes pas là. Nous aurons à en décider, collectivement et souverainement, à l’issue de ces deux campagnes, présidentielle et législatives. Notre objectif est clair : modifier suffisamment la situation pour rendre un vrai changement possible.

Pas question d’aller gouverner si la rupture avec les politiques d’austérité n’est pas au rendez-vous. A écouter nos partenaires de gauche, il y a encore beaucoup de chemin à parcourir pour y parvenir. Aurons-nous la force et le temps d’imposer de tels changements à gauche d’ici fin juin ? Nous y travaillons et nous aurons à apprécier, ensemble, ce que nous avons pu, ou pas, faire bouger et comment continuer. Le Front de gauche est en mouvement. La route est engagée. Elle est belle. Ensemble, nous sommes la gauche, le cœur battant de la gauche. L’esprit de conquête doit plus que jamais être notre boussole. Je compte sur vous.

 

Pierre Laurent

Secrétaire national du Parti communiste français, président du Conseil de campagne du Front de gauche.

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Repost0

Publié le 23 Mars 2012

Attention ! Voici le retour de “Bolkestein”

Deux directives dangereuses sur le droit de grève et la prestation de services

Ce mercredi 21 mars, la Commission de Bruxelles a rendu publiques deux nouvelles propositions de directives. Les citoyens doivent en être avertis : elles représentent des régressions sociales et démocratiques.

Le premier texte limite purement et simplement le droit de grève

Balayant d’un revers de main les demandes des organisations syndicales et de la Confédération européenne des Syndicats (CES), la Commission a fait sienne une jurisprudence honteuse.

Cette jurisprudence s’appuie sur deux décisions prises en 2007 par la Cour européenne de justice qui avait jugé illégales les grèves et actions des salariés et syndicats dans deux affaires (travailleurs estoniens dans les ferries Viking Line en Finlande et entreprise lettone sur les chantiers de construction Laval en Suède).

Selon cette jurisprudence, les actions des salariés (grève, blocage de chantiers) – qui luttaient pour le respect des conditions de travail et des conventions collectives – remettent en question la libre concurrence et font « entrave à la libre prestation de service ».

La directive présentée aujourd’hui reprend totalement à son compte cette vision ultralibérale du droit du travail.

L’article 2 du texte proposé indique par exemple : « L’exercice de la liberté d’établissement et de la libre prestation des services énoncées par le traité respecte le droit fondamental de mener des actions collectives, y compris le droit ou la liberté de faire grève, et, inversement, l’exercice du droit fondamental de mener des actions collectives, y compris le droit ou la liberté de faire grève, respecte ces libertés économiques. »

C’est donc une restriction du droit de grève.

Le processus et d’autant plus choquant que la Commission cherche à imposer ce principe par un règlement du Conseil européen que seul les gouvernements européens peuvent amender et que le Parlement européen ne peut qu’accepter ou rejeter.

Il va sans dire que comme les syndicats je m’opposerai frontalement à ce texte.

Le second texte, sur le détachement des travailleurs dans le cadre d’une prestation de service dans un autre pays, vise à réviser la directive du 16 décembre 1996

En imposant le principe du respect du droit du pays où le service est fourni, ce texte devait encadrer dans le droit du travail les débordements qu’aurait pu provoquer la directive services dite Bolkestein avec son principe du pays d’origine.

Mais le maintien de la logique du seul respect des minima sociaux continuera de mettre en concurrence les salariés.

Les conditions de travail et salariales resteront uniquement basées sur les minima légaux existants au lieu d’être basées sur les pratiques en vigueur.

A travail égal, salaire et droits égaux. J’ai défendu ce principe fondamental de conditions de travail et de rémunération égales pour tous les travailleurs d’où qu’ils viennent lors du débat sur la directive permis unique qui visait à mettre en concurrence les travailleurs européens avec ceux venant des pays hors Union européenne. Je le défendrai avec autant de détermination pour tous les travailleurs européens.

Nous vous donnerons plus d’information sur ces deux textes antisociaux et anti-démocratiques dans les semaines à venir.

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Repost0
<< < 200 210 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 240 250 260 270 280 290 300 > >>