Publié le 8 Avril 2021

Rédigé par aragon 43

Repost0

Publié le 28 Janvier 2021

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Actualités, #CGT

Repost0

Publié le 6 Janvier 2021

Rédigé par aragon 43

Publié dans #CGT, #SANTE

Repost0

Publié le 14 Décembre 2020

Rédigé par aragon 43

Publié dans #COMMUNISME, #PCF

Repost0

Publié le 25 Novembre 2020

Rédigé par aragon 43

Publié dans #FTM CGT, #SECURITE SOCIALE

Repost0

Publié le 25 Novembre 2020

Rédigé par aragon 43

Publié dans #CGT

Repost0

Publié le 26 Octobre 2020

Rédigé par aragon 43

Repost1

Publié le 16 Octobre 2020

Rédigé par aragon 43

Repost0

Publié le 25 Août 2020

Cette longue déclaration finira, comme d'habitude dans les archives. Plein de choses sont dites face à ce qui se passe dans le monde et les constats y attenants. Cependant, les responsables gouvernementaux du G20 ne sont pas inquiétés. Il y a donc à boire et à manger pour tout le monde dans cette déclaration. Cette instance syndicale internationale devrait avoir un comportement plus radicale sur les causes de ces crises qui secouent le monde actuellement et dont les travailleurs font les frais et subissent des remises en cause de leurs droits sociaux et démocratiques. On aurait pu penser que la CSI aurait eu dans ces conditions un langage plus accusateur, ce n'est pas le cas et en particulier sur le rôle des transnationales, du capitalisme qui est le grand responsable de cette situation qui va entrainé des millions de chômeurs supplémentaires sur la planète pendant que les grands groupes mondiaux vont distribués comme d'habitude des dividendes records et se frottaient la panse en concourant à celui qui aura le plus de richesses.

Le pire dans cette déclaration, c'est aucune allusion à la nécessité pour le monde du travail d'agir dans chaque pays et y compris par la lutte et les grèves.

Bernard LAMIRAND

(déclaration CSI) ci jointe.

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #INTERNATIONAL, #Politique

Repost0

Publié le 18 Juillet 2020

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Conférence sociale : des premiers reculs à confirmer grâce à la mobilisation sociale;

Conformément à ses engagements, le Premier ministre a reçu ce jour les organisations syndicales et patronales pour une « Conférence du dialogue social », confirmant ainsi les propos de son discours de politique générale qui placent le dialogue et la démocratie sociale aux cœurs des enjeux sociaux, économiques et environnementaux de la période. Sur la forme, la CGT note un changement de méthode et une meilleure considération des organisations syndicales comme actrices incontournables sur les sujets du travail, de l’emploi des jeunes, de la lutte contre le chômage et de la relance de l’économie. Sur la méthode de travail présentée, la CGT prend acte avec satisfaction des engagements du Premier ministre concernant les projets de réformes de l’Assurance Chômage et des retraites. Au-delà d’un « simple » report de calendrier, c’est le contenu même de ces réformes qui sera ouvert à discussions/négociations. Assurément, les mobilisations sociales de 2019 et 2020 ont lourdement influencé ce choix politique qui n’est en rien du seul fait de la crise sanitaire. C’est bien la démonstration que seul le dialogue social conjugué à un rapport de force permet des avancées pour le monde du travail. La construction inédite de réunions de « suivi et d’évaluation » au plan national et en territoire est aussi à saluer. Les organisations syndicales territoriales auront en ce sens un rôle prépondérant. La CGT s’inscrira dans l’ensemble des rendez-vous nationaux comme en territoire et organisera, autant que de besoin, les mobilisations sociales les plus larges afin de réellement peser sur chacun des dossiers. Mais ces premières avancées ne peuvent cacher l’obstination gouvernementale et patronale qui considère le salaire comme l’ennemi de l’emploi. Le Premier ministre refuse toute augmentation du smic et des minima sociaux ! Avec en plus un patronat bien plus prompt à recevoir des aides et des exonérations sans contreparties, à verser des dividendes aux actionnaires qu’à augmenter les salaires, le retour à la croissance via la consommation des ménages est impossible. Plus que jamais, la mobilisation sociale doit se faire entendre pour une politique publique d’investissement, pour l’emploi, pour les salaires et la diminution du temps de travail, pour notre système de protection sociale et nos retraites… C’est tout le sens de l’appel à la mobilisation et à la grève du 17 septembre prochain ! Montreuil, le 17 juillet 2020

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #CGT

Repost0