Publié le 26 Juin 2012

index-copie-4Déclaration de la CGT

0,6 % de coup de pouce, les salariés ne se satisferont pas d’une bouchée de pain

mardi 26 juin 2012

Le gouvernement vient d’annoncer une hausse du SMIC de 2 %, le portant à 1 425,67 euros brut mensuel, dont 1,4 % au titre d’une anticipation de la prise en compte de l’inflation normalement prévue pour janvier prochain.

Le coup de pouce réel n’est donc que de 0,6 %, soit l’équivalent d’une baguette de pain par semaine !

Cette augmentation est largement insuffisante. Elle se situe dans la fourchette basse des augmentations des 20 dernières années. Elle n’est pas de nature à impulser une dynamique sur les bas salaires permettant l’évolution de l’ensemble des salaires à la suite. Elle ne répond ni aux attentes sociales fortes exprimées dans les urnes en mai et juin derniers, ni à une contribution nécessaire pour une reprise par la consommation, la croissance et la création d’emplois.

En 2010 la moitié des salariés à temps plein touchaient moins de 1 675 euros net. Aujourd’hui le SMIC dépasse légèrement les 1 100 euros net par mois, soit 150 euros au-dessus du seuil de pauvreté.

Elle attend du gouvernement qui affiche l’égalité salariale et professionnelle entre les femmes et les hommes comme une priorité qu’il revalorise significativement le SMIC. 80% des salariés qui sont rémunérées du SMIC étant des femmes, il ferait ainsi un premier pas pour remettre en cause les écarts inacceptables sur les salariés, les traitements des fonctionnaires et les pensions des retraités.

La CGT rappelle sa revendication d’un SMIC à 1 700 euros brut, niveau minimum pour assurer aux salariés nouvellement embauchés et sans qualification les moyens nécessaires à leur existence et à leurs besoins fondamentaux.

De même, la CGT demande une revalorisation de 25 % des minima sociaux pour les salariés ou privés d’emploi obligés d’y recourir. La CGT demande également une revalorisation des pensions de retraite au niveau du SMIC.

La CGT rappelle que l’argument de la compétitivité ne tient pas, 75 % des salariés concernés par le SMIC ne travaillant pas dans des secteurs concernés par la concurrence internationale.

La CGT demande également que, sans tarder, des négociations se traduisent dans les branches professionnelles par un rétablissement d’une hiérarchie des salaires permettant reconnaissance de l’expérience et des qualifications, validation des acquis et de la formation continue.

Enfin, la CGT encourage le Président et le gouvernement à promouvoir une véritable politique de croissance au niveau européen, passant par une relance des salaires et de la consommation et ne cherchant pas à calquer un modèle allemand construit en partie sur des bas salaires et une précarité accrue.

La CGT demandera qu’à l’occasion de la conférence sociale des 9 et 10 juillet prochains, la question des salaires soit traitée comme un élément déterminant de la politique de croissance souhaitable pour notre pays.

Montreuil, le 26 juin 2012


Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Repost0

Publié le 25 Juin 2012

BROUETTE-d-OR.jpg

Hollande va t'il servir le capital ?

 

HOLLANDE AUGMENTE LE SMIC ET PASSE LE TOUT DE SUITE A 1700 EUROS SINON CA VA C 


Une information vient de tomber : « Les plus importants banquiers américains et européens ont bénéficié d'augmentations substantielles cette année encore, avec une hausse à deux chiffres : en moyenne 12 %, de leurs émoluments, et ce malgré la baisse généralisée des bénéfices du secteur et de la valeur des actions des établissements ».

Et ce soir, plusieurs commentateurs financiers nous expliquaient qu’il était impossible d’augmenter le SMIC et qu’une telle mesure se traduirait par des pertes d’emplois.

Jamais ces commentateurs ne diront que ces émoluments sont la cause de la misère sociale et jamais vous ne les entendrez dire que les salaires doivent être augmentés.

Ce sont les amis du capital et ils ont été dressé à Sciences-Po et à l’ENA où encore dans les écoles de commerce pour nous expliquer que seul doit être abaisser le coût salarial et jamais le coût du capital.

Ainsi, il serait normal qu’un banquier puisse augmenter ses émoluments de plus de 12 % en une année et anormal que les salariés au bas de l’échelle ne puissent augmenter son salaire de 12 % .

On va me dire que quelques banquiers par rapport au nombre de travailleurs, ce n’est pas la même chose et que les sommes d’argent payant les banquiers si elles sont démesurées, elles sont limitées par rapport à celles déboursées pour des millions de travailleurs.

C’est vrai…

Mais il n’y a pas que les banquiers qui ramassent la galette, il y a tous les usuriers qui se payent des sommes fabuleuses, les actionnaires, les patrons qui se fixent leurs rémunérations à des centaines de millions de francs, les profits spéculatifs des rentiers et de ceux qui ont placés le butin pris aux travailleurs dans les paradis fiscaux etc.

Alors, il est juste que le salarié soit la priorité et qu’il soit augmenté conséquemment car c’est lui et lui seul qui créait ces fameuses richesses que le capitaliste récupère pour son usage quand il se sert en dividendes à deux chiffres.

Nos experts les plus en vogue, ceux qui ont accès à la télévision, ont beau expliqué leurs doctes messages que la baraque va crouler si on augmente le SMIC, même de quelques euros, ils ne convainquent pas : ils sont de connivences avec le patronat pour que le capital continue de réduire les salaires direct ou socialisé et pour qu’Hollande se raplatisse devant l’argent roi qui tient à garder serré les cordons de la bourse qu’il détient indûment.

Demain sera annoncé les mesures concernant le SMIC . Elles seront minces nous dit-on pour les salariés, quelques euros, une pichenette disait le journal l’Humanité ce matin.

Si  c’est une aumône, Hollande et son gouvernement signerait son allégeance aux décisions préconisées par l’Europe : servir le capital et desservir les travailleurs.

Ce serait le début de l’austérité Hollandaise.

Le coût du capital pourrait encore s’envoler davantage vers les cimes du profit.

Une seule chose : partout les cahiers de revendications exigeant des hausses de salaires , un SMIC à 1700 euros et la nécessité de revoir les grilles de salaires et de classifications.

Demain, après l’annonce, toutes et tous déposez vos revendications salariales.

 

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Actualités

Repost0

Publié le 25 Juin 2012

Par Yannick KUSY  

André Chassaigne, député du Puy-de-Dôme (FdG)

André Chassaigne, député du Puy-de-Dôme (FdG)

L'information vient d'être confirmée par André Chassaigne, joint par téléphone

"C'est confirmé, c'est signé !" confirme André Chassaigne, député du Puy-de-Dôme (Fdg). Le Front de gauche va constituer un groupe à l'assemblée, que le leader du parti en Auvergne va présider

Ce groupe, qui reprend la dénomination GDR (Gauche Démocrate et Républicaine)

utilisée dans la précédente assemblée, comprend les 10 députés FG et cinq ultra-marins:

Huguette Bello (La Réunion), Alfred Marie-Jeanne (Martinique), Jean-Philippe Nilor

(Martinique), Gabriel Serville (Guyane) et Bruno Nestor Azerot (Martinique).

 

André Chassaigne avait aussi pensé à proposer à Olivier Falorni, le "tombeur" de Ségolène Royal à La Rochelle, de venir rejoindre ce groupe...avant, finalement, d'y renoncer, semble-t-il, pour ne pas échauffer les relations entre le Front de gauche et le Parti socialiste.

"On ne va pas passer notre temps à dégoupiller des grenades pour les jeter dans
les jambes des ministres, on a un positionnement de construction, pour faire évoluer
dans le bon sens les textes qui vont nous être soumis
", avait encore dit l'élu
auvergnat.

 

Et pourtant... Ce matin, lors d'une conférence de presse au siège du parti de gauche, une autre figure du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon, candidat à la dernière présidentielle, a affirmé que "le PS tentait "d'empêcher un par un" les députés ultramarins d'aider le Front de gauche à constituer un groupe à l'Assemblée nationale"

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Repost0

Publié le 25 Juin 2012

Deux projets de règlements ont été récemment soumis au Parlement européen. Cachés au grand public, ils sont pourtant d’une extrême gravité pour la vie quotidienne de chacune et chacun.

En lien avec le traité austéritaire Sarkozy-Merkel actuellement en débat, ils organisent pour les Etats européens la dépossession de leur budget, de leur sécurité sociale, jusqu’au budget de leurs régions, départements et communes.

Il y a danger.

Je vous alerte.

Cliquez sur l’image ci-dessous pour lire (ou télécharger) mon décryptage de ces deux textes.

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0

Publié le 25 Juin 2012

UN CAMP DE CONCENTRATION POUR LES VACHES EN PICARDIE

 

Voici un article édifiant paru dans Basta sous le titre délire industriel : le titrage est de moi  Bernard LAMIRAND

Délire industriel

Une usine à vaches qui produit de l’électricité veut s’installer en Picardie

Par Agnès Rousseaux (22 juin 2012)

Cela devait arriver : un entrepreneur du BTP s’est lancé dans un projet de mégaferme industrielle, en Picardie. Un millier de vaches entassées dans des hangars produiront, d’un côté, du lait, et alimenteront de l’autre une centrale électrique avec leurs excréments. Les habitants et la Confédération paysanne se mobilisent contre cette aberration qui signe la fin du monde paysan.

 

  • VACHES-EN-CONCENTRATION.jpg

Une ferme usine de 1 000 vaches laitières et 750 veaux ! C’est le projet que veut mettre en place un industriel du BTP (bâtiments et travaux public), au cœur de la Picardie. Cela deviendra la plus grande exploitation laitière de France : la taille moyenne des élevages est aujourd’hui de 44 vaches. Seuls 2 % des élevages comptent plus de 100 vaches. Bref, du bon lait frais en perspective…

Cette véritable usine à lait sera couplée à une unité de méthanisation de grande puissance : une centrale qui produira de l’électricité (1,5 mégawatt) grâce au méthane issu de la décomposition des matières organiques, dont les bouses de vaches. Budget de cette mégaferme ? Entre 5 et 6 millions d’euros pour la partie laitière et 6 à 7 millions pour l’unité de méthanisation. Le projet est porté par une société civile d’exploitation agricole (SCEA Côte de la justice), piloté par l’entrepreneur Michel Ramery.

Le projet a été présenté en 2011 à la population locale, qui se mobilise depuis pour le faire interdire. Les opposants s’indignent du manque de concertation : « Pendant l’enquête publique, quatre énormes classeurs difficiles à étudier et d’apparence très technique ont été soumis à la population locale », souligne l’association Novissen (Nos villages se soucient de leur environnement), en pointe du combat contre le projet.

Des vaches parquées et entassées

En février, l’enquête publique a débouché sur un avis favorable. Le Conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques (Coderst) a donné son aval en avril. Pourtant, le méthaniseur fonctionnera avec les lisiers et les boues des stations d’épuration, récoltés dans un rayon de 110 km, explique Novissen. « Il faudra 2 700 hectares pour épandre les 40 000 tonnes annuelles de boues résiduelles issues de ce méthaniseur. Vingt-quatre communes sont déjà concernées. »

Les riverains craignent le va-et-vient incessant des camions, la dégradation des routes, et de gros problèmes environnementaux dans cette zone située à 10 kilomètres de la baie de Somme, toute proche d’un site Natura 2000. Les bovins seront élevés « en stabulation » : entassés comme des volailles en batterie, dans des bâtiments agricoles. Surface disponible : 7 m² par vache. Avec des risques de propagation de virus et de maladie décuplés…

« Ce type d’implantation signe la fin du monde paysan : avec ce modèle, combien d’élevages laitiers seront encore nécessaires en France en 2020 ? Le calcul est simple : 2 500 à la place de 70 000 ! », dénonce la Confédération paysanne, qui s’inquiète de la généralisation de telles initiatives. « L’entreprise souhaiterait à terme créer une trentaine de projets similaires. La libéralisation des quotas laitiers n’est pas anodine dans l’avènement de ces nouveaux projets. » De quoi reconfigurer totalement l’agriculture française.

Le préfet doit donner prochainement son avis sur le projet. En attendant, les manifestations se multiplient dans la région. Une pétition a recueilli plus de 20 000 signatures. Un rassemblement est prévu ce 23 juin à Amiens.

Agnès Rousseaux

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Repost0

Publié le 25 Juin 2012

le-veau-dor-nicolas-poussin.jpg

En finir avec le veau d'or.

 

COUT DU TRAVAIL OU COUT DU CAPITAL ?

Chacun sait que l’argument du coût du travail est le bréviaire de ceux qui s’enrichissent au dépens de ceux qui travaillent.

Le travail n’est pas un coût alors que celui du capital est d’un coût devenu exorbitant au fur et à mesure que la baisse tendancielle du taux de profit oblige le capital à toujours plus se rémunérer en s’en prenant au prix de la force de travail : le salaire.

Demain, Hollande et Ayrault vont avoir à arbitrer sur le SMIC et nous les sentons pris par la virulence de ceux qui hurlent contre l’augmentation du SMIC.

Ils hésitent et on les sent prêts à céder devant les cris d’orfraie de Madame Parisot et des milliardaires qui l’entourent.

« L’humanité », indique, ce matin, que cela pourrait n’être qu’une pichenette ;  moi-même, hier, j’exposais que cela risquait d’être qu’un chouya ; les mots ont parfois de leur importance et nous voyons bien que le gouvernement est au pied du mur : choisira-il la pichenette, le chouya, le coup de pouce ou bien le coup de rein cassant les baisses de salaires pour les salariés payés au SMIC depuis des années ?

Hollande semble en arrêt devant le mur de l’argent alors que c’est ce mur là qu’il faut commencer à abattre si l’on veut que demain la croissance reparte d’un bon pied et que les français retrouvent un niveau de vie normal après des années de vaches maigres.

La question qui est donc posée n’est pas le coût du travail mais bien le coût du capital.

L’étreinte de ce coté là doit être non seulement desserrée mais celui qui tient à la gorge les salariés doit être mis hors d’état de nuire dès le début de ce quinquenat.

Nous aurons donc cette semaine des premières indications sur la politique économique et sociale de Hollande avec le rendez-vous sur le Smic et la réunion des chefs d’Etats européens.

Concernant cette réunion des chefs d’état Européens, la question qu’Hollande devrait poser c’est mettre en place une vraie politique d’austérité en direction des actionnaires, donc de réduire le coût du capital qui pèse sur la société humaine et qui rend les gens malheureux.

La ruine économique actuelle  ce n’est pas le prix de la force de  travail mais bien la nuisance du capital et des coûts exorbitants de sa crise.

Au moment où les Merkozy insistent pour que les dettes soient réduites par des plans draconiens d’austérité sur le social il serait de bon ton que ce soit l’inverse qui se produit et que les chefs d’états européens s’attaquent à tout ce qui grèvent le développement humain et en particulier la rémunération du capital en dividendes, en stock-options, en taux d’intérêts excessifs pour les banquiers, en agios et frais financiers de toutes sortes, en TVA etc.

Hollande, tu n’as pas été élu pour faire du Merkozy mais bien pour redonner du pouvoir d’achat aux travailleurs et aux retraités. Alors cette semaine choisis ton camp : augmente les salaires et les retraites et touche au grisbi du capital !

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #syndicalisme

Repost0

Publié le 24 Juin 2012

CA953RKSCAV80HM2CAXAD143CA2Q5M3ECAO9MQ8ZCA5AGZCLCAW3GA2FCAI

Plus jamais çà

 

 

 

LE SMIC A 1700 EUROS : UNE GRANDE BATAILLE A ENGAGER

Le gouvernement va annoncer, mardi prochain, ce qu’il compte faire pour les petits salaires. C'est-à-dire ceux qui sont payés au SMIC qui, rappelons-le, est horaire. Ce qui veut dire que le SMICl ne paye que le nombre d’heures effectuées soit à la journée, à la semaine ou au mois selon le contrat de travail à durée déterminée ou bien indéterminée.

1700 euros, c’est le SMIC pour ceux qui travaillent 35 heures par semaine et qui ont un contrat à durée indéterminée, les précaires auront donc le SMIC en fonction du nombre d’heures effectuées dans la semaine ou dans le mois dans des travaux à temps partiel.

A noter qu’au 1er juillet 2008, un tiers (33,5 %) des salariés payés au SMIC horaire se trouvaient dans les secteurs couverts à temps partiel. Les salariés à temps partiel constituaient 53,9 % des salariés des services aux particuliers et 52,3 % des salariés des industries agroalimentaires, mais ils n’étaient que 0,6 % dans le secteur de l’énergie et 2,4 % dans l’industrie automobile ;  ce qui ne veut pas dire pour ces deux secteurs que les salaires sont nettement plus élevés, ils se situent souvent juste au dessus du SMIC à partir des grilles de salaires.

valeur du SMIC horaire 

SMIC à partir du 1er janvier 2012 

Brut horaire

9,22 €

Net horaire

7,23 €

Brut mensuel 2012 (base 35 heures)

1 398,37

Net mensuel 2012 (base 35 heures)

1 096,94 €

 

Comme on peut le voir, à partir du tableau ci-dessus, c’est un rajustement de près de 300 euros qu’il faudrait procéder pour ceux qui sont au Smic à temps complet :   ce qui veut dire que pour les autres, la revalorisation serait inférieure en fonction des horaires pratiqués.

Le gouvernement semble ne pas avoir le courage de s’attaquer à cette question de la rémunération minimale  du travail.

Le coup de pouce qu’il annonce sera léger comme peut l’être la définition du coup de pouce.

Un chouya.

Les pressions du Medef et de la Confédération des PME sont les raisons pour lesquelles Hollande et Ayrault se réfugient dans l’absurbe du chantage à l’emploi des patrons et de la droite qui, depuis des années, brandissent cet étendard pour réduire les salaires de tous et on a vu les dégâts  sur l’emploi.

 

Je ne reviendrai pas ici sur les enchaînements négatifs de ce prix de la force de travail minable mais de bien montrer que la force de travail physique, psi chique, intellectuelle est la juste rémunération du travail face à celui qui en retire les résultats en profit.

C’est l’idéologie du coût du travail qui l’emporte chez ceux qui font pression et qu’acceptent les socialistes par l’idée du coup de pouce après des années où les actionnaires s’en sont mis plein les poches en prenant plus de 10 % aux salariés de la part qui leur revenait sur la création de richesse (plus value).

Rappelons simplement une chose dans cette contribution : le prix de la force de travail,  c’est celle qui créé les richesses, elle est inscrite dans le Produit intérieur brut (PIB), elle ne peut donc être un coût, elle est une richesse qui s’accumule à celles précédentes par la mise en œuvre des savoirs faire des travailleurs.

Par contre, ce que les socialistes devraient faire,  au lieu du coup de pouce pour les smicarts , c’est un coup de Trafalgar pour le capital.

En effet, ce qui coûte très cher, c’est le coût du capital.

Il faut réduire les charges qui pèsent sur le prix de la force de travail : les dividendes sont une charge pour l’entreprise.

Des centaines de milliards chaque année sont ainsi prélevées sur les richesses créées pour payer des actionnaires qui n’ont d’autres but que de ramasser la mise et de soustraire dès qu’ils ont sucer à mort la sève du travail.

Une simple soustraction dans chaque entreprises d’un pourcentage pris sur la rémunération du capital suffirait à payer le SMIC à 1700 euros brut et à situer sa base sur l’horaire de 35 heures.

Il semble que ce gouvernement n’a que l’oreille des patrons qui gémissent sur le fait qu’ils seront ruinés si le SMIC est augmenté : allons donc !

Y compris pour les PME, une telle augmentation donnera un coup de fouet à la croissance et en particulier aux petites entreprises et pour les grosses se serait justice de reprendre ce qu’ils ont volé aux travailleurs depuis des décennies.

Si le gouvernement ne donne raison qu’aux actionnaires qui ne veulent pas que l’on touche à leurs grisbi, il faudra donc employer la manière forte : la grève.

Je préconise, que dés le lendemain des annonces misérabilistes des socialistes, que partout les cahiers de revendications exigeant des hausses de salaires poussent comme des petits pains.

Nous allons ainsi mettre en mouvement ce que nous disons depuis qu’Hollande est devenu Président de la République et qu’il a tous les pouvoirs : pousser le revendicatif, réunir les salariés, faire des délégations, faire grève.

Faisons le chambard* sur les salaires tout de suite.

*chahut, désordre, raffut, ramdam, tapage, vacarme.

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #syndicalisme

Repost0

Publié le 23 Juin 2012

Voici une contribution de mon camarade Canaille le Rouge suite au refus du maire d'extrême droite que soit chanté le chant des partisans.

Vendredi 22 juin 2012

Le manuscrit du Chant des Partisans :

http://www.musee-legiondhonneur.fr/mlh/galerie/1024/75_Page-1-retouche---chant-par.jpg

 

Ci dessous la version enregistrée par Germaine sablon (soeur du chanteur Jean sablon  Le 30 mai 1943, elle chante pour la première fois "Le Chant des Partisans et l'enregistre pour le film de propagande Three songs about résistance (d'Alberto Calvacanti).

Engagée dans les FFL, elle poursuit la guerre en tant qu'infirmière avec la 1re division française libre en Italie et en France.

 


 

La part la plus visible de la droite aussi déliée d'esprit qu'un ormeau à marée basse vient de se singulariser à Bollène en faisant charger par sa police municipale les résistants et les démocrates qui chantaient le Chant des Partisan (qui a acquis officiellement le statut d'hymne à la Résistance). Cela pour la raison qu'il n'y aurait pas de lien entre le 18 juin la France Libre et ce chant qui comme une traînée de poudre deviendra le chant de la Résistance intérieure. 

Comme la maire de Bollène se pique d'être passerelle entre l'UMP et l'extrême droite et que parmi les siens d'aucuns prétendent s'inscrire dans l'héritage gaulliste, La canaille qui lui ne prétend pas à cette héritage se permet, comme si cela pouvait être nécessaire…mais, de démontrer comment fascisme rime avec négationnisme, crétinisme et esprit bas de plafond.

Bref rappel. (Celui ci est puisé dans une communication faite par le conservateur du Musée de la Résistance nationale à l'occasion d'un colloque sur les femmes et la Résistance et qui lui servira de matériaux pour contribuer à l'ouvrage publié par l'Humanité sur les figures de la Résistance.

Le chant des partisans est écrit par Anna Marly. Une femme au parcours extraordinaire, fille d'émigrés russe en 1917 connaît un nouvel exode en  mai 1940 qui la mène, via l'Espagne et le Portugal, à Londres en 1941 où elle s'engage comme cantinière au quartier général des Forces françaises libres de Carlton Garden. C'est là qu'elle compose en 1942 à la guitare la musique et les paroles (en russe) du Chant des partisans, qui est créé l'année suivante, toujours à Londres, sur des paroles françaises de Joseph Kessel et Maurice Druon. Surnommé « la Marseillaise de la Résistance », il devient immédiatement l'hymne de la Résistance française, et même européenne, à la fois appel à la lutte pour la liberté.

Druon et Kessel, le premier un fieffé réac et le second du même tonneau mais antifascistes et résistants, sont avec De Gaulle à Londres. Le lien 18 juin-Chant des Partisans se fait au travers de cette histoire n'en déplaise à l'âne bollène du Vaucluse

Devenu l'indicatif de l'émission de la radio britannique BBC Honneur et Patrie, puis signe de reconnaissance dans les maquis, le succès est aussi mondial qu'immédiat. L'idée de la mélodie sifflée est due à ce que, contrairement aux paroles, à la TSF, le sifflement restait audible malgré les tentatives de brouillage de la BBC par les Allemands.

Pourquoi cette haine de ce chant par les néo, péri, par, ultra fascistes ? N'est-ce pas parce que ce chant représente comme l'a dit Daniel Cordier (secrétaire de Jean Moulin à Lyon) "la République des catacombes", cette République en reconstitution dans la clandestinité après son assassinat du 10 juillet 40.

La République trucidé par tout ce que l'extrême rassemblait contre "la Gueuse" (et la complicité de ceux qui votèrent les pleins pouvoirs à Pétain). Cela explique le comportement de la droite bollénoise : les enfants de Pétain se retrouvent toujours sur les lieux de leurs crimes.

Le manuscrit original du Chant des partisans, propriété de l'État, est conservé au musée de la Légion d'honneur. Il est classé monument historique au titre "objets" par un arrêté du ministère de la Culture du 8 décembre 2006

 http://storage.canalblog.com/81/58/572410/64609017.jpg

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Repost0

Publié le 22 Juin 2012

421583 287158604672926 100001363671692 703195 2063966032 nJe n'ai pas le temps de faire un blog circonstancié ce matin mais une information vient de paraitre concernant le SMIC;

 

Si cette information se vérifie, le SMIC serait augmenté de 0,6 % hormis la mise à jour de celui-ci par rapport aux prix.

 

Hollande se fouterait alors de notre g...

 

C'est surement un signe de mauvais augure sur le sommet social qui se déroulera début Juillet.

 

Hollande, tu avais dit que la finance était ton ennemi, il semble bien qu'elle soit ton amie !

 

A bon entendeur salut.

 

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0

Publié le 18 Juin 2012

Rédigé par aragon 43

Repost0