Publié le 7 Octobre 2011

 

GUETTA  AU GUET POUR L'EUROPE LIBERALE

 

L'individu nous a habitué à être le chantre de l'Europe Libérale.

Chacun se souvient de ses interventions sur France Inter, le matin, lors du référendum sur la constitution européenne en 2005 où il pourfendait le NON et appelait au vote OUI .

L'individu en a été pour ses frais, le vote des français a été le NON et plus tard, le nain de l'Elysée s'est essuyé les pieds sur ce vote des français et Guetta, si prompt à brandir l'idée de la démocratie européenne, n'a eu aucune indignation contre ce fait antidémocratique.

Depuis, il continue à sévir sur France-Inter, tous les jours, et il vient de nous gratifier, deux jours durant, de son lyrisme sur l'Europe fédérale qu'il espère de tous son cœur et il en appelle à la gauche, évidemment celle qu'il aime, la gauche blairiste que l'on a vu céder au libéralisme destructeur de droits sociaux depuis des années.

L'Europe est devenue une Europe du fric comme les communistes l'avaient perçu depuis bien longtemps et qui n'a rien à voir avec l'Europe des peuples.

Le chantier de cette Europe du fric montre aujourd'hui ses dégats sur l'humain et l'on voit partout les droites au pouvoir et notamment les droites les plus réactionnaires, souvent proches de l'extrème droite, la dominait.

Dans son intervention de ce vendredi, Guetta, pense que le retour de la gauche est possible et notamment en France et en Allemagne et que l'on pourra à nouveau avancer vers une Europe fédérale.

Et sa gauche n'est que celle frelatée de tous ces dirigeants dits socialistes et qui ont cédé au libéralisme et qui s'apprêtent  à nouveau à donner un coup de main au capital dans sa crise.

Dans son intervention, jamais il n'a invoqué l'idée d'une Europe sociale mais simplement celle d'une Europe fiscale pour mettre à égalité, tout compte fait, les grandes multinationales d'une Europe régulatrice du capital.

On retrouve dans ses dires, l'Europe que veut construire Hollande, une europe inféodée à un libéralisme qui a besoin de cette gauche molle pour parfaire sa domination et réguler ledit capital.

L'individu en plus ne connait comme gauche que celle des socialistes,agrémentée de verts et de centrisme, un peu ce que recherche Hollande qui ne veut autour de lui qu'une gauche bidon comme celle qui se mue en ce moment avec le concours de Hue que l'on voit dans les meetings de Hollande et l'on peut d'ailleurs se demander ce que fait encore dans le groupe communiste au sénat ce liquidateur du parti et aussi dans la Fondation Gabriel Péri.

Enfin, un dernier mot, est-il normal que ce chantre du libéralisme de gauche, Guetta ,est droit tous les jours à sa tribune sur France Inter ?

Peut-être serait-il plus démocratique de faire en sorte que les tribunes du matin soient partagées entre les diférentes opinions politiques dont celles du parti communiste où encore de syndicalistes qui auraient certainement des choses à dire.

Finalemnent ce Guetta voudrait être la nouveau chantre des lendemains politiques : ce n'est pas dû à tout le monde de remplacer Geneviève Tabouis, la célébre chroniqueuse des années de la guerre froide .

Bernard LAMIRAND

 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0

Publié le 7 Octobre 2011

 

UNE BALLADE EN AUTOUR DE FORT BOYARD

 

 

 

Lundi nous avons fait une ballade en mer autour du Fort Boyard connu pour se jeux télévisés.

Nous étions à bord d'un bateau qui effectue des excursions à partir de la pointe de la fumée à Fouras.

C'était magnifique de beauté, il faisait un soleil resplendissant et les vagues prenaient des réflets argentés.

Dans cette mini-ballade en mer qui dure une heure, nous étions en compagnie de gens comme nous : ceux qui ne peuvent se payer un yatch pour se promener en mer comme nous en avons vu dans les rades de la Rochelle où l'on peut se rendre compte que certains vivent bien ces temps de crise et n'ont pas de difficultés financière.

Il faut voir aussi ces belles villas de cette bourgeoisie rochelloise à Fouras : ils se sont d'ailleurs accaparés les plus beaux coins de la côte laissant que des passages escarpés pour joindre le bord de mer du coté de la grande plage.

Dans le bateau, j'ai eu un moment de plaisir quand le guide nous a expliqué que le Fort Boyard, dont les jeux télévisés arriveront à expiration en 2012, sera peut-être, nous dit en rigolant le guide, une maison pour retraités, en précisant que Sarko l'avait dit.

Je me sui dit que ce lieu, qui a servi d'escale pour Napoléon – l'ile D'Aix- en partance pour Sainte Hélène- pourrait servir d'exil pour Sarkozy et il pourrait y loger tout le Fouquet's en plus de sa lignée .

Bon, trève de plaisanterie, un bon moment passé en mer.

Aujoudh'ui le temps n'est plus aussi beau et ce matin, j'ai manifesté dans le coin avec les retraités et nous étions environ 600 . J'ai appris qu'à Paris plus de 10000 retraités ont manifesté , ce qui est un succés et augure de l'action du 11 Octobre.

Il est évident que plus nombreux nous serons dans les rues pendant cette période où s'annoncent et se préparent des mauvais coups contre la retraite et l'assurance maladie, nous avons tout intérêt à montrer que les retraités n'entendent pas se faire plumer.

 

Bernard LAMIRAND

 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0

Publié le 5 Octobre 2011

 

 

DETTES:QUI VIT AU DESSUS DE SES MOYENS ?

 

Ce matin,vers 6 heures, partant au centre thermal, j'écoutais la radio, je ne sais plus sur quelle station, le présentateur s'est livré à une sorte de culpabilisation à partir d'une dette supplémentaire du Portugal  :il s'agissait de Malaga qui a dépensé trop en empruntant pour des hotels de luxes, des stations balnéaires, des palaces etc.

Et de dire que les portugaisdevront payer même s'ils sont mécontents car déjà leurs salaires ont été amputés pour payer les frasques bancaires mais qu'il faudra donc qu'ils fassent de nouveaux sacrifices car ils ont vécus au-dessus de leurs moyens.

Les portugais... mais quels portugais !

Ceux qui triment pour pas grand-chose où ceux qui ont endettés le pays jusqu'au cou par la spéculation !

Ces propos « vivre au dessus de ses moyens » deviennent la nouvelle ritournelle et nous l'entendons un peu partout et notamment dans notre pays.

Nous aurions trop dépensé.

Et nous entendons ces phrases comme des couperets : vous vivez au-dessus de vos moyens, vous êtes dépensier, gaspilleur, vous les cigales etc...

Le journaliste, dans son reportage, nous invitait tout compte fait à ne pas repérer l'origine de la dette mais seulement les coupables que nous serions tous indistinctement … tous dans le même sac pour ainsi dire.

Ainsi, quand il s'agit de faire fonctionner l'économie et de profiter, le marché, l'actionnaire, sont des instruments indispensables mais il disparaisserait soudain de l'horizon quand le dit marché fait des frasques, et là, le collectif, l'état, les contribuables devraient suppléer et la notion  « tous coupables » serait la vraie justice, l'équité comme ils disent.

Ainsi, va l'histoire du capital, cela rapporte, c'est pour eux ; cela coûte, c'est pour la collectivité .

Ainsi va la vie disent-ils ; et il faut vous serrer la ceinture pour payer une dette qui proviendrait du fait que nous vivons au dessus de nos moyens en s'assurant surtout que l'on n'invoque pas la vraie responsabilité dans cette dette.

Pourtant c'est eux qui tiennent les cordons de la bourse, n'est-ce-pas ?

Alors est-il juste que ce soit les travailleurs qui seraient obligés de payer cette dette par la diminution de leurs salaires et de leurs droits à la protection sociale ?

Une meilleure solution s'impose : c'est de faire payer le capital financier et bancaire et de suspendre jusqu'à l'épuration totale de la dette, les affectations des profits qu'ils soient financiers, bancaires, industriels pour les entreprises du cac 40 .

Nul doute que rapidement la dette serait réglée et que les profiteurs cesseraient des taux d'intérêts immenses, des dividendes supers, des profits exorbitants.

La cigale capitaliste aurait alors fini de chanter.

Mélenchon pourrait présentait une proposition de loi en ce sens.Un vieux proverbe dit : « qui paye ses dettes s'enrichie » ; il est sûr que si le capital paye ses dettes tout seul il permettra aux travailleurs de s'enrichir et de faire tourner l'économie vers plus de salaires et de créations d'emplois.

 

Bernard LAMIRAND

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0

Publié le 3 Octobre 2011

 

 

CONVERSATION ENTRE FORTUNES

 

On peut se demander ce que les fortunés font de l'argent qu'ils ont en leur possession.

C'est une question que n'importe quel quidam peut se poser quand il entend les révélations faites autour des affaires comme celles de la dame Bettancourt où encore les sommes énormes versées sur des comptes en Suisse par des milliardaires.

On a une once de réponse avec ce magnat du pétrole capable de s'acheter un club de foot pour sa seule satisfaction personnelle : c'est le cas de cet émir du quatar, qui vient de se payer le club de la capitale et un joueur de renommée mondiale.

Les réponses, nous la connaissons  : ces gens-là consomment des liquidités qui dépassent notre entendement, ils creusent aussi les déficits publics en spéculant et en exigeant qu'on leur rembourse les pertes qu'ils subissent dans ces enjeux d'un système capitaliste en crise systémique.

Regardons-les : c'est eux qui du jour au lendemain sont capables de faire crouler un pays sous la dette comme la Grèce et d'autres demain pour récupérer les milliards qui s'envolent en fumée dans le vaste jeu de l'entourloupe auquel ils s'adonnent en ce moment.

Que croyez-vous qu'il advint de leurs responsabilités : aucune, bien au contraire : c'est eux que l'on protège en cas de banqueroute des banques, c'est eux que l'on aidera si jamais leur porte feuille d'actions en subi les conséquences.

C'est pour eux que les Etats s'affairent en ce moment pour les aider à retrouver leurs pécules avec des G20, des G8, des réunions de la Communauté européennne qui a le culot d'imposer aux peuples d'Europe des budgets taillant dans les services publics, les emplois d'enseignants,dans les dépenses de santé et des retraites.

Le capital veille sur les siens dirons-nous.

Sarkozy est chargé en France d'appliquer des mesures rigoureuses permettant aux banques d'affaires de faire d'opulents bénéfices en 2011 et de préparer un cru 2012 encore meilleur.

Sarkozy veille aussi à ce que ses amis du Fouquets' s'en sortent et continuent d'amasser des fortunes.

Ce matin, dans le centre de thermalisme, des personnes causaient de leurs voyages sous les tropiques et elles rivalisaient dans les narrations de leurs déplacements dans les iles paradisiaques et dans des safaris africains, tantôt aussi dans les steppes des profondeurs de la Russie, des séjours dans les plus beaux palaces disaient-elles et l'on pouvait deviner que ces gens-là ne manquaient de rien par ces temps de crise et que bien au contraire ils avaient plein de projets pour dépenser l'argent sale de leurs combines financières.

Oui, voilà le monde dans lequel nous vivons, et ce midi, un reportage à Bombay nous montrait une jeune femme pauvre qui voulait s'en sortir en faisant du cinéma dans un grand studio hindou et elle quittait le Bombay des immondices où elle et d'autres cherchent leur nourriture dans les poubelles des riches avec l'espoir de s'en sortir et de gagner sa place parmi les privilégiés de là-bas et la caméra nous montrait les deux cotés de Bombay, le coté où s'entassent des centaines de milliers de pauvres et l'autre coté où quelques milliardaires pourvus de riches bâtisses jonglent avec des fortunes qu'ils se sont accaparées.

Ces récits et ces images nous montre ce monde dans lequel nous vivons aujourd'hui et qui voit le fossé se creuser entre ces quelques riches qui détiennent des fortunes colossales et des milliards d'individus à la recherche souvent d'une croute de pain dans une décharge.

Ne croyons-pas que nous sommes à l'abri, notre président actuel fabrique la pauvreté dans notre pays à défaut de fabriquer de l'emploi et du mieux-être pour l'ensemble de la population française.

Alors, que vaut les petits duels des primaires socialistes face à cette marée montante de la misère qui s'installe à grands pas dans notre pays ?

 

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Repost0

Publié le 2 Octobre 2011

 

 

PRECAIRES  : QUELLE RETRAITE AURONT-ILS

 

Je suis en ce moment en cure thermale et j'observe tous ces travailleurs hommes

et femmes employés dans ce centre de thermalisme appartenant à une grande chaine.

La plupart sont très jeunes et ils bossent comme des damnés.

Beaucoup d'entre eux viennent d'Espagne et des Pays de l'est.

Ils sont payés au salaire minimum.

Dans cette chaine thermale, il n'y pas de syndicat et cela se sent.

Les horaires sont importants , difficiles d'en savoir plus : le mutisme règne.

Je pense en même temps à toutes ces professions qui emploient des salariés en fonction des saisons,des moments forts, tels des événements importants ou encore celles et ceux employés à aider des personnes âgées.

De même, tous ces travailleurs employés dans les cuisines de restaurants où encore ces salariés de magasins obtenant quelques heures de travail par semaine en fonction de l'affluence de la clientèle.

Il y a aussi dans les entreprises, maintenant, des dizaines voir des centaines de milliers de jeunes embauchés dans des contrats précaires.

Et je me dis : quelles perspectives pour toute cette population précaire, très jeunes, souvent diplomées et qui gagnent des queues de cerises pendant que leurs patrons encaissent les royalties de leur travail ?

Plus encore : quelle avenir et quelle retraite auront-ils ?

Ils auront été payé à coup de lances-pierre comme on disait dans le temps et cette retraite il ne pourront se la constituer avec de tels emplois précaires et des salaires minables.

Nous pouvons nous attendre dans une vingtaine d'années à voir arriver à l'âge de la retraite ces hommes et ces femmes martyrisés au boulot, exploités ignominieusement, et qui vivront dans une pauvreté totale qu'on a de la peine à imaginer aujourd'hui.

Cette droite est entrain de nous préparer une misère incommensurable pour les générations à venir.

D'autant plus qu'elle va maintenant jusqu'à mettre l'accent sur la retraite à 67 ans comme vient de l'annoncer le bedaud de Matignon, le dénommé Fillion.

Oui, il faut s'occuper de sa retraite maintenant et exiger la fin de ces emplois précaires et mal rémunérés.

Il faut aussi se battre pour la retraite à 60 ans pleine et entière comme l'exige l'UCR CGT .

Le 6 Octobre et le 11 Octobre soyons nombreux dans les rues pour le dire.

Bernard LAMIRAND

 

 

p

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #syndicalisme

Repost0

Publié le 30 Septembre 2011

 

 

 

LE SIRE COURTIAL REMPLACE LE DOUILLET

 

DOUILLET ET COURTIAL LES FRERES JUMEAUX HERITENT DES RESTES DE LA SARKOZY

Ainsi va la valse des ministres de Sarkozy.

Jouanneau a quité le navire en perdition pour rejoindre le Sénat et Douillet la remplace et laisse son maroquin de secrétaire d'Etat pour les français de l'étranger à Courtial le député de ma circonsription de l'Oise.

Voilà deux gars casés jusqu'aux élections présidentielles de 2012.

L'un, Douillet, a déjà bénéficié d'un blog de ma part, je n'en rajouterai pas sinon que ce gaillard n'avait aucune compétence pour tenir des affaires internationales sur le plan politique.

Peut-être que les pièces d'or de Madame Chirac ont fortement impressionné Sarkozy qui a repris l'idée en régle d'or.

Pour l'instant ce brave Douillet va remplir son gousset avec cette charge de ministre.

Courtial a enfin son poste de ministre, ce personnage a brillé par son incompétence dans ma circonscription. Dans son secteur, depuis qu'il est député en 2002, les emplois valsent et les entreprises tombent comme des chateaux de cartes.

Jamais, cet individu des beaux quartiers de Neuilly,n'a apporté une amélioration à la vie des gens de ma circonscription et en particulier dans les villes de Nogent et de Creil qui deviennent des cités dortoirs pour des salariés partant chaque jour travailler à Paris.

Toutes les lois antisociales,il les a votées, et notamment celles qui touchent à la santé et à la retraite.Son exploit le plus marquant est son projet de loi pour modifier la prime de rentrée scolaire aux familles qui l'utiliseraient pour autres choses que des fournitures scolaires. Ce projet n'a pas été retenu par ses compères de droite. Un échec pour ce «Colombo » à la petite semaine. 

Voilà deux jeunots, qui n'ont jamais apporté une lueur d'espoir : l'un a surgi grâce aux sports et l'autre a fini de pleurer pour avoir sur sa carte de visite le titre de ministre.

Deux jeunots de la droite qui croassent comme des corbeaux au dessus de la débandade UMP pour ramasser les restes.

 

Bernard LAMIRAND

 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0

Publié le 28 Septembre 2011

 

 

SARKOZY ET LA REGLE A CALCUL

 

Le brave Sarkozy sait compter.

 

Ainsi, pour lui, moins de fonctionnaires fera plus d'emplois et d'employés dans le privé.

 

C'est à eux qu'ils pensent, nous dit-il.

 

On n'avait pas remarqué !

 

Les dégats sont terribles dans les entreprises du privé et n'ont fait que s'accélérer depuis la fameuse phrase de Jospin, concernant les licenciements boursiers, disant que l'on y pouvait rien.

 

Sarkozy est au pouvoir depuis 2007 et les records de chomage n'ont cessé d'être battu et notamment pour les ouvriers dont il affecte de s'occuper soit-disant d'eux.

 

Jamais on a autant licencié à tout de bras depuis qu'il est au pouvoir dans les entreprises en utilisant toutes les facettes possibles de lois scélérates contre l'emploi.

Et l'on voit se multiplier depuis cette date les emplois précaires, les stages bidons, les reconversions, les licenciements de gré à gré etc.

L'individu Sarkozy est un fossoyeur de l'emploi ouvrier dans ce pays et aussi un des principaux pourvoyeurs d'usines à délocaliser dans les pays dit émergeants.

 

Je pense que rapidement le Front de gauche doit être à la tête d'une abrogation de toutes ces lois de casse de l'emploi.

 

Et une nouvelle loi devrait voir immédiatement le jour et être portée par le Sénat de Gauche : l'interdiction des licenciements boursiers.

 

Encore un moyen de tester si le PS se positionne pour une vrai démarche contre ce libéralisme et en même temps démentir le discours tenu par Jospin qu'il n'y pouvait rien contre cette forme de licenciement.

 

 

Le Front de gauche pourrait même aller plus loin en proposant le retour à l'autorisation administrative de licenciement sous le contrôle de l'inspection du travail.

 

Bernard LAMIRAND

 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0

Publié le 27 Septembre 2011

 

 

UNE NOUVELLE DEFAITE DE LA DROITE ET DE SARKOZY

 

Les élections sénatoriales viennent d'avoir lieu.

Le Sénat change de majorité et devient à gauche.

Le Parti communiste ne s'en tire pas trop mal : il perd deux élus et en gagne un et il faut tenir compte qu'en 2008 le PCF avait perdu de nombreuses municipalités, notamment en Seine Saint Denis ( une remarque cependant : qu'est allé faire Pierre Laurent en position non élu à Paris).

Le tout, maintenant, est de savoir quoi faire de ce changement chez les sénateurs.

Un moyen puissant pour contrer le gouvernement dans sa casse sociale et notamment sur son

objectif de mettre en place la règle d'or : celle qui défend le veau d'or.

Nous allons voir, grandeur nature, l'attitude du PS au Sénat . Sera t-elle celle de travailler avec ses partenaires communistes de vrais changement en anticipant sur un programme vraie de gauche ou s'enfermera t-elle dans une continuité de la politique libérale avec un groupe socialiste imbu de son pourvoir.

Il est évident alors que son comportement nous renseignera sur les possibilités d'une vraie alternative à gauche.

Je verrai bien autre chose : des projets de loi à débattre et à faire voter qui anticiperaient une vraie gauche élue en 2012.

Par exemple, un premier projet ramenant la retraite à 60 ans.

Certes, on dira que l'Assemblée nationale à majorité de droite aurait le dernier mot pour refuser mais qu'importe, un projet de cette nature présenté par le Sénat susciterait l'espoir et la confiance retrouvée dans une vraie gauche.

D'autres projets pourraient être présentée notamment la renationalisation des banques et la création d'un pôle bancaire ayant vocation à prêter de l'argent pour investir dans l'emploi industriel et dans une éthique permettant de développer l'emploi et les salaires.

Voilà quelques réflexions pour lancer des projets anticipant les élections de 2012 et permettant de mettre en œuvre des projets de gauche.

 

Bernard LAMIRAND

s

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0

Publié le 23 Septembre 2011

Standard-plus-fort-SVP.jpgRETRAITE A 67 ANS

Et pourquoi pas la retraite pour les morts ?

Ce que propose Fillon, c'est un retour en arrière complet.

En 1910, la CGT, avait refusé un tel système de retraite en arguant que les travailleurs n'en bénéficieraient pas du fait que l'espérance de vie était inférieure à 65 ans.

Fillon, veut supprimer ce droit de partir à 60 ans à taux plein: voilà la vérité… et faire en sorte que la retraite coïncide avec les données actuaires des assurance privées qui estiment que celles -ci doivent versées le plus tard possible.

Derrière se profile le système par capitalisation et le plus sûr moyen de s'y préparer, pour la droite, c'est de rapprocher l'âge de la retraite de la mort pour empocher le maximum de cotisations (après on nous dira 70 ans).

Le Front de gauche et le PCF ont toutes les raisons de mettre dans leur programme la retraite à 60 ans.

Certains le préconisent en fonction d'un nombre d'années de cotisations, je pense qu'il faut en finir avec cette notion et considérer que tout travailleur à 60 ans doit pouvoir faire valoir ces droits à la retraite à taux plein.

Ce serait une façon de considérer qu'il n'a pas à subir les conséquences du chômage, de la précarité de l'emploi, de la maladie, de la formation et des études longues dans son parcours professionnel.

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0

Publié le 18 Septembre 2011

divers_005.gifFETE DE L'HUMA: LES SOCIALISTES A LA PECHE AUX VOIX OU POUR UN VRAI CHANGEMENT ?

Une célèbre chanson chantée par Aznavour disait: " ils sont venus ils sont tous là ".

En fait, ils étaient presque tous là, mais il manquait deux membres de la famille, me semble t'il , en l'occurrence François Hollande et Manuel Valls.

En voilà au moins deux qui ont fait le choix de ne pas venir à la fête.

Ces deux là, franchement, ont déjà tournés le dos à une éventuelle Union de la Gauche qui soit autre chose que celle de 1981 et celle de l'ère Jospin.

Les autres sont surtout venus se montrer et les mauvaises langues disent que c'est pour aller à la pêche aux voix.

Personnellement, je doute fort d'un véritable programme à gauche avec ces figures usées du socialisme mais l'union est un combat de classe tant syndical que politique. Mon camarade "Canaille" pense que je suis une sorte de naïf d'y croire encore y compris au devenir du PCF. J'y crois plus que jamais en disant que s'il y a des chances de changer ce monde pourri, eh bien il faut tenter le coup et en tout cas, je suis un adepte de remettre sur le métier l'ouvrage, bien sûr en retenant les leçons des ratés qui ont fait en sorte que la pièce a été loupée.

C'est pareil pour Mélenchon: mais rien ne dit que l'intéressé ne mettra pas en concret ces dires actuels et il avait tenu parole lors de la constitution européenne.

Mais dépassons les personnages sinon nous sommes dans des configurations électorales voulues par le système établi par De Gaulle.

J'ai été un fervent partisan d'une candidature communiste pour dépasser ce genre de chose, pour que les idées communistes jaillissent dans ce moment de crise où elles permettent non l'alternative gauche-droite pour gérer le système mais de mettre enfin le communisme à l'ordre du jour pour dépasser ce capitalisme qui nous conduit à la catastrophe humanitaire et écologique.

Je suis un marxiste et je crois à cette belle idée de Marx que l'humanité ne se pose jamais que les problèmes qu'elle peut résoudre.

Et cela est le réel actuel: résoudre les problèmes posées à l'humanité par un capitalisme devenu par la force des choses, de plus en plus nuisible au fur et à mesure de sa recherche du profit maximal et de la suraccumulation-dévalorisation du capital auquel nous assistons en ce moment endirect tous les jours à la bourse.

Ce système devient, dans son ordre établi, de plus en plus barbare pour les être humains et pour "le vivre ensemble".

La capitalisme est entré en crise durable et cela est propice à ce que les travailleurs poussent à résoudre les problèmes que celui-ci  leur pose dans sa course effrénée au profit et c'est cela qu'il s'agit de mettre en avant dans le débat en France mais aussi dans tous les pays où les populations commencent ou tentent de se libérer de son étreinte.

Le programme partagé n'est pas un programme communiste, ce n'est qu'un pas pour commencer à faire du communisme sur chaque problème qui se pose au monde du travail avec des propositions qui mettent en cause le système capitaliste dans ses propres entrailles.

Je prends un seul exemple, le système bancaire: comment pousser à ce qu'il soit sorti définitivement des griffes du capital, qu'il soit celui des populations et non des financiers et que les banques, moyen pour prêter, soient des outils pour investir à taux zéro et même en dessous  l'investissement en emploi, en formation, en recherche, en protection sociale totale.

J'en prends encore un autre exemple: celui de l'eau, certes il ne faut pas la gaspiller, mais il faut la remettre en régie municipale et fixer sa gratuité pour les ménages.

Idem pour les transports pour le travail et pour les élèves etc.

Certes, mon camarade "Canaille" me dira que je vais encore me faire avoir, mais je préfère m'avancer dans ce sens que de ne plus croire à des changements à partir du peuple. j'ai avec lui ce communisme au coeur mais je sais qu'il faudra comme Marx le définissait le voir dans ce qu'est le niveau de conscience: Marx disait " que le communisme n'est pas pour nous un état de chose à créer, ni un idéal auquel la réalité devra se conformer. Nous appelons communisme le mouvement réel qui dépasse l'état actuel des choses.

C'est à cela qu'il faut travailler et la période actuelle y est propice et doit être appréciée en tant que telle et les alliances peuvent être vues différemment que celles précédentes:  parce que nous sommes entrés dans une situation nouvelle, celle d'un capitalisme dépassé mais aussi du danger discernable maintenant qu'il devienne de plus en plus autoritaire et barbare pour les peuples qu'il domine.

Actuellement la bataille est déjà engagée à travers des luttes dans plusieurs partie du monde, des mouvements montent, l'ancien est en opposition avec ce nouveau et le clivage gauche-droite en alternance pour diriger le capital est en cause y compris en France et dans cette Europe qui est son creuset.

Et dans ces "bougés" actuels, qui peut dire que les choses ne vont pas se précipiter et déranger toutes les combinaisons politicardes et maffieuses d'un système qui rend malheureux de plus en plus de gens en France, en Europe et dans le monde ?

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #communisme

Repost0