Publié le 29 Avril 2016

GRANDE DECOUVERTE AU PEROU  (FRANCE INFO)

Un nouveau géoglyphe découvert dans le désert de Nazca au Pérou

Il a été tracé il y a environ 2 000 ans. Un nouveau géoglyphe, ces mystérieux dessins géants tracés sur le sol qui font la gloire de la civilisation nazca, a été découvert dans le sud du Pérou. Une équipe d'archéologues japonais et péruviens est à l'origine de cette découverte.

"Le motif figuratif a été découvert lors d'une mission menée par le chercheur Mazato Sakai, près du ravin Majuelos, à environ 12 kilomètres de l'endroit où se trouvent les lignes ou géoglyphes de Nazca", a indiqué, jeudi 28 avril, l'archéologue Johny Isla, responsable du patrimoine de cette civilisation au sein du ministère de la Culture péruvien. "Ils ont identifié un motif figuratif qui n'est pas très visible. On ne sait pas si ce sont des figures zoomorphes ou anthropomorphes car elles sont relativement érodées", précise-t-il.

La forme d'un animal imaginaire "avec une longue langue"

La découverte remonte à fin 2015. Elle a été mentionnée sur le site internet en espagnol de la revue National Geographic, dans le cadre des recherches effectuées depuis sept ans par le chercheur Mazato Sakai avec une équipe de l'université japonaise de Yamagata. Une photo est disponible sur le site.

Selon National Geographic, le dessin, qui s'étire sur environ 30 mètres, représenterait un animal imaginaire "avec une longue langue". Les célèbres lignes et géoglyphes de Nazca, des motifs géométriques ou animaliers vieux de plus ou moins deux millénaires et situés dans la plaine côtière aride du Pérou, peuvent se voir uniquement du ciel. Ils ont été inscrits en 1994 au patrimoine mondial de l'Unesco.

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #SCIENCES ET CULTURE

Repost0

Publié le 29 Avril 2016

1ER MAI JOURNEE INTERNATIONALE DE LUTTES DES TRAVAILLEURS

CONFEDERATION SYNDICALE INTERNATIONALE (CSI)

Déclaration de la CSI à l'occasion du premier mai 2016

Bruxelles, le 29 avril 2016 (CSI en ligne): Cette journée est l'occasion de célébrer les acquis obtenus par les hommes et femmes syndicalistes au fil des générations: la paix, la démocratie, les droits et le travail décent pour des millions de citoyens. Toutefois, alors même que nous célébrons les succès et les victoires de la grande tradition de la solidarité syndicale, nous savons que les défis auxquels sont confrontés les citoyens de par le monde exigent une force et un engagement collectifs pour continuer à lutter pour les droits et les libertés démocratiques, l’égalité et la justice sociale.

Lorsque les dirigeants politiques et les chefs d’entreprises conspirent pour dissimuler les immenses richesses que possède un pour cent, évitant les impôts qui sont le fondement du développement social et économique et la base de la protection sociale – soutien aux chômeurs, santé, éducation, soins aux enfants, soins aux personnes âgées et de nombreux autres services publics – nous sommes tous vulnérables.

Lorsque le commerce mondial repose sur l’exploitation de la majorité dans des emplois précaires, mal rémunérés et souvent dangereux dans les chaînes d'approvisionnement afin de garantir encore plus de richesses à l’élite mondiale, le monde est sur la mauvaise voie.

Lorsque les populations cherchent à échapper aux conflits provoqués par des dictateurs qui s'accrochent au pouvoir ou par désespoir économique, nous devons les soutenir et les accueillir, tout en demandant à nos gouvernements qu'ils assument leur rôle en éliminant les causes des conflits et du désespoir économique qui brisent des centaines de millions de vie.

Lorsque la corruption, l’exploitation, les inégalités et la destruction de l’environnement caractérisent l'économie mondiale, les valeurs du mouvement syndical donnent espoir et établissent les normes requises pour transformer le monde en un lieu où les personnes passent avant tout et où les générations futures vivent dans un monde durable.

En ce premier mai, nombreux sont ceux qui participeront à des marches au nom de la liberté et contre les conflits et l’esclavage, se rassembleront en faveur de la justice pour les réfugiés, défendront fermement des salaires minimums vitaux et la négociation collective et s’opposeront à l’avidité des entreprises, réclameront une justice climatique et accueilleront les réfugiés. Tels sont les principes fondamentaux de l’égalité et de la justice sociale qui inspirent les actions des syndicalistes chaque jour.

La voix et l’action collectives des hommes et femmes syndicalistes de par le monde continueront de contribuer à la lutte contre l'avidité des entreprises qui favorise les atteintes aux droits des travailleurs et des travailleuses, l’esclavage, la corruption et l’évasion fiscale, et la destruction des services publics. Lorsque nos gouvernements redoutent le pouvoir des entreprises, nous défendons la démocratie et la fin du pouvoir des entreprises. Nous œuvrerons pour assurer un avenir réellement inclusif où la prospérité est partagée, où la planète sur laquelle nous vivons est protégée et où le bien commun est le but suprême.

La CSI représente 180 millions de travailleurs au sein de 333 organisations affiliées nationales dans 162 pays et territoires.

Suivez-nous sur le web: http://www.ituc-csi.org et http://www.youtube.com/ITUCCSI

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #INTERNATIONAL

Repost0

Publié le 29 Avril 2016

LE BATAILLON DE LA LOI TRAVAIL

LE BATAILLON DE LA LOI TRAVAIL

Je ne reviens pas sur d'autres articles où j'interroge sur ces casseurs qui d'un seul coup arrivent subitement, se mêlent aux cortèges et aux manifestants, armés et casqués, masqués, ils apparaissent comme une force très entrainée et militarisée et savent se mettre en évidence devant les caméras.

Du temps de Giscard et de Barre, pendant la grande luttes des sidérurgistes, nous avions vite vu qui tirait les ficelles pour rendre le mouvement impopulaire, notamment en brisant les vitrines des grands boulevards parisiens et en dérobant des marchandises. Nous en avons retrouvé quelques-uns à qui on aurait donné le "bon dieu sans confession": ils ne venaient pas des banlieues......

L'histoire ne se répète pas mais elle peut bégayer.

C'est toujours le propre d'un gouvernement aux abois de trouver des moyens pour détourner l'attention et casser les luttes.

Bernard LAMIRAND ancien responsable national de la Sidérurgie CGT pendant les grandes luttes de la Sidérurgie.

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #humour

Repost0

Publié le 28 Avril 2016

ALORS ON Y VA !!!!!!
ALORS ON Y VA !!!!!!

RENDEZ-VOUS 10 H MONTATAIRE

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Luttes

Repost0

Publié le 28 Avril 2016

QUELQUES MIETTES ET ENCORE !!!
QUELQUES MIETTES ET ENCORE !!!

UN SKETCHE D'ACTUALITE POUR LE GOUVERNEMENT DE HOLLANDE ET LE EH HO LA GAUCHE

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #HUMOUR

Repost0

Publié le 25 Avril 2016

HOLLANDE DANS LA MOUISE

HOLLANDE DANS LA MOUISE

Qu’il y reste.

Et qu’il débarrasse le tapis avec son équipage indigne de la vraie gauche telle que le peuple le veut dans ses luttes et dans les élections.

Ce soir, le club des élites socialistes se réunit pour interpeller « la gauche » : « eh oh la gauche » comme ils disent.

Une gauche qu’ils prétendent incarner.

Ce ne sont que des faussaires.

Une gauche qui ne serait que leur instrument électoral évidemment, le temps qu’il faut pour réunir les égarés pour prétendre à nouveau au pouvoir en 2017 .

Mais aujourd’hui, les « égarés » savent, d’expérience, que c’est pour mieux les absorber que le quarteron de l’Elysée et de Matignon et ses cabots les appellent à rejoindre le bercail où la mangeoire est vide.

« La gauche » parlons-en : mot magique ou mot rempli d’incertitudes ? Une gauche dont l’histoire s’établie plus particulièrement depuis le cartel des gauches, dont le parti communiste disait que le choix n’était qu’entre la peste et le choléra, puis celle du Front Populaire qui a duré l’espace d’une année - et surtout grâce aux occupations des usines pour faire céder le patronat- et avant que le parti socialiste ne cède sous la pression des forces réactionnaires et organise la pause, puis une gauche de la résistance se séparant de ceux qui ont sombré dans la collaboration pétainiste, ensuite celle de la libération avec les réalisations sociales et quelques années de jours heureux avant de retrouver les vieux démons de la collaboration avec les guerres coloniales pour sombrer à nouveau avec le retour de De Gaulle au pouvoir en 1958 sous la forme d’un coup d’Etat auquel les socialistes ont fait patte blanche à De Gaulle en se rendant à Colombey pour l’introniser.

Après, une gauche qui tente de se relever avec le programme commun pour rapidement tomber à nouveau dans l’acceptation du système et des politiques d’austérité sous Mitterrand.

Une gauche enfin qui revient au pouvoir subitement en 1997 et qui s’appelle « gauche plurielle » et qui va vite choir avec un premier ministre socialiste qui dans une déclaration dira que l’Etat ne peut pas tout face à la multiplication des licenciements boursiers et qui engendrera la montée du Front National.

Et enfin, apothéose, la victoire de Hollande, celui qui allait, comme l’archange Michel, terrasser la finance et qui le soir de sa prise de pouvoir fit le voyage à Berlin pour faire immédiatement allégeance aux dogmes du capital et de l’austérité s’agenouillant devant la dame Merkel représentante de la droite allemande et du capital international.

Une gauche donc dont on peut dire qu’elle traine un vieux débat entre réformisme et transformation de la société tout au long de son existence très contrastée et qui fut qu’à quelques occasions une force unie et permettant d’accéder au pouvoir ensemble pour le progrès social. Une gauche invoquée surtout par le parti socialiste pour faire accepter ses mauvais coups au monde du travail quand face à la pression du capital il faut rentrer dans le rang.

Une gauche où même le parti communiste fut pris au piège ou accepta les considérants réformistes dans cette gauche plurielle au point même de remettre en cause l’existence du parti communiste.

Alors, à nouveau, le mot « gauche » est sorti comme un remède miraculeux par ceux qui l’emploie volontiers que quand ils en ont besoin pour duper le peuple.

Cette gauche là, nous la connaissons, c’est celle qui se met en marche pour la pêche aux voix et rallier les « gogos ».

Nul doute, que cette mobilisation sous l’interpellation « eh oh la gauche » est une fumisterie, un attrape- nigaud.

Qui pourrais justifier de faire aujourd’hui ami-ami avec ceux et celles qui s’en tamponnent dès qu’ils sont élus ; de cette gauche qui proclame le progrès social et qui, depuis l’élection de Hollande voit se dilapider l’héritage du progrès social face à un délire libéraliste qui va jusqu’à remettre en cause le code du travail pour en faire un code patronal d’entreprise où le patron serait seul maitre à bord.

Ce soir, les élites socialistes, celles couvertes d’or et de pourpre, feront comme d’habitude : après « s’être mis à quatre pattes » devant les puissances d’argent vont faire comme si ils seraient les meilleurs représentants des classes défavorisées.

Non, ces messieurs des salons capitalistes ne sont pas de gauche, mais sont comme les autres de droite, des carriéristes qui pataugent dans le système capitaliste qui les engraissent.

L’heure est à une autre gauche, celle où le parti communiste joue un rôle moteur et soit porteur d’une vraie alternative appelant à dépasser ce système capitaliste qui dans ces moments de sa pire crise a plus que jamais besoin de domestiques à sa gauche et de nervis à sa droite.

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #POLITIQUE

Repost0

Publié le 25 Avril 2016

UN APPEL DU MOUVEMENT DE LA PAIX

En ces temps de crise d'un système qui a fait son temps et veut demeurer par le cliquetis des armes, il est important de se mobiliser pour la paix. De même contre la bête immonde qui réapparait dans le monde et particulièrement en Europe comme on vient de le constater en Autriche et demain peut-être en France avec le Front National..

L'histoire ne se répète pas mais elle peut balbutier.

Bernard Lamirand

Lire l'appel ici

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #PAIX

Repost0

Publié le 22 Avril 2016

CODE DU TRAVAIL DE L'ENTREPRISE TARTEMPION

CODE DU TRAVAIL DE L’ENTREPRISE TARTEMPION : LES DIX COMMANDEMENTS PRINCIPAUX

1° L’entreprise est un lieu neutre, seul le propriétaire de l’entreprise peut exprimer une opinion économique et sociale au nom de ses salariés. Toute expression à l’intérieur de l’entreprise est placée sous le contrôle de l’employeur. Les moyens de communication moderne(internet) seront contrôlés par celui-ci y compris par l’utilisation des moyens audio-visuel dans les ateliers et services.

2° Tout salarié bénéficie d’un contrat individuel résiliable à tout instant. Le salarié est embauché en CDI zéro heures et demeure à la disposition de l’entrepreneur selon ses besoins. Il peut être licencié pour faute professionnelle sans recours quel qu'il soit, de même en cas de non respect du règlement intérieur ou en cas de difficultés économiques de l’entreprise ou encore de nécessités pour raffermir les bénéfices de l’entreprise en direction de ses actionnaires. Un livret personnalisé du salarié suivra l’intéressé tout au long de son parcours professionnel et sera mis à la disposition des organismes chargés de contrôler le monde du travail.

3°Le travail est réparti en fonction du carnet de commandes et les heures fournies par le salarié seront payées selon le contrat établi : les heures supplémentaires sont proscrites du vocabulaire de l’entreprise puisque le salarié peut être appelé à travailler le temps qu’il faut.

4°Le salaire est déterminé en fonction des capacités du salarié à les réaliser et l’appréciation est du domaine réservé de l’employeur.

A l’occasion de Noël et du jour de l’an une prime gratifiante sera remise aux meilleurs-es employés-es.

La feuille de paie sera électronique, elle est simple, elle ne comportera que l’indication du salaire exprimé en coût du travail.

5° Le comité d’entreprise est dirigé par le chef d’entreprise et le secrétaire sera désigné par celui-ci. Les salariés désireux d’y participer seront choisies parmi les meilleurs éléments et auront à cœur de rendre service à leur congénères par la remise de petits cadeaux et récompenses comme la fête des mères ou des pères.

6°Les organisations syndicales seront tolérées à condition que leur champ d’activité se limite à l’application de ce code du travail de l’entreprise. Le chef d’entreprise dispose du droit de licencier tout élu qui ne se conformerait pas à la loi du travail de l’entreprise.

7° La grève est un acte grave contre les intérêts de l’entreprise et aussi des salariés qui en subiraient les conséquences. La grève étant encore une obligation légale, elle ne sera tolérée qu’à la condition qu’elle ne met pas en cause la production et la liberté du travail. La décision de faire grève devra être communiquée alors 15 jours à l’avance après avoir épuisé toutes les arrangements nécessaires pour l’éviter.

8° L’entreprise est un lieu de travail, ce n’est pas le lieu de confrontation entre salariés. La lutte de classe est dépassée et il convient que les salariés puissent avoir de élus-es responsables et tolérants tout aussi bien avec leur hiérarchie qu’avec la direction.

9° Le présent accord a été signé conformément à la loi nationale du travail et après concertation avec les organisations raisonnables. Dans les dispositions de la loi nationale, il est prévue la possibilité de référendum dans l’entreprise. Ce référendum est du ressort du chef de l’entreprise et sera utile pour prendre si nécessaire les dispositions pour moduler à la baisse les salaires et augmenter le temps de travail non rémunéré ainsi que d’organiser les licenciements. Tout autre référendum, notamment remettant en cause les pouvoirs du chef d’entreprise est exclu.

10° Chaque salarié- est prié de prendre connaissance de code de l’entreprise et s’il n’y consent, l’employeur mettra immédiatement en place les procédures nécessaires pour s’en séparer.

Code du travail de l’entreprise signé ce jour 25 juin 2016 par Monsieur Tartempion président directeur général de l’entreprise Tartempion en présence de la CFDT syndicat unique de l’entreprise Tartempion.

Le code du travail de l’entreprise a été remis diligemment à l’inspecteur patronal chargé au ministère du travail d’en vérifier la conformité par rapport à la loi du travail dite loi El-Khomry.

Texte imaginé par Bernard LAMIRAND sous le titrage humour noir

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #humour

Repost0

Publié le 22 Avril 2016

PHILIPPE MARTINEZ REELU SECRETAIRE GENERAL DE LA CGT

ET TOUTES ET TOUS EN AVANT POUR FAIRE RETIRER LE PROJET DE LOI DU TRAVAIL ET OBTENIR UN CODE DU TRAVAIL COMME LA CGT LE PROPOSE POUR LE 21EME SIECLE

RENDEZ VOUS LE 28 AVRIL PAR LA GREVE PAR LES MANIFESTATIONS

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #CGT

Repost0

Publié le 22 Avril 2016

Rédigé par aragon 43

Publié dans #MEDIAS

Repost0