Publié le 24 Novembre 2014

FLORANGE : OU EST PASSE LA CAMIONNETTE ?

FLORANGE : MAIS OU EST DONC PASSE LA CAMIONNETTE ?

Peut-être qu’elle arrive avec Hollande comme passager qui vient ce lundi 24 novembre de Paris pour essayer de balayer les récriminations dû à sa traitrise quand il décida de ne pas respecter sa parole donnée devant les sidérurgistes de maintenir les hauts-fourneaux .

Une camionnette où le conducteur en 2012 n’était autre que le l’âne Martin, celui qui jurait que les hauts fourneaux seraient maintenus, foi de CFDT, comme il en fut d’autres exemples du temps du père Chérèque, celui qui abandonna la sidérurgie lorraine et Longwy en 1979 et en 1984 par un accord avec les maitres des forges.

En fait, les hauts fourneaux de l’usine de Florange étaient les derniers vestiges de la production de fonte en Lorraine et il fallait les supprimer pour respecter la parole donnée par l’ancien secrétaire général de la FGM CFDT Jacques Chérèque lors de l’acceptation du plan acier de 1979 par cette organisation et il disait : « Il faut retirer les hauts fourneaux de la tête des sidérurgistes lorrains. ».

Eh bien voilà, c’est fait. Les hauts fourneaux sont fermés définitivement et des milliers d’emplois ont été perdus directement et indirectement par cette fermeture dans les PME qui travaillaient pour Florange.

Hollande viendra cacher les dégâts en disant qu’il a permis à chacun des sidérurgistes un emploi de remplacement ou la préretraite. Quelle triste politique sociale et industrielle !

Il annoncera la création d’un petit pôle de recherches, une sorte de compensation qui n’en est pas une parce que déjà existe un centre de recherche sidérurgique tout près de là.

Alors montera t’il sur la camionnette avec son ami l’âne Martin, celui qui a tronqué la tenue de sidérurgiste pour un costume trois pièces au parlement européen ?

Le renoncement est donc consommé de la part de cet individu comme il l’avait était du temps de Jacques Chérèque dont les lorrains disaient qu’il avait été le sidérurgiste le mieux reconverti de la Lorraine par une place de Préfet octroyée par Chirac puis un poste de ministre de la mer octroyé par Mitterrand.

Alors la camionnette sur laquelle s’est juchée Hollande en 2012 pour défendre les hauts fourneaux de l’usine de Florange, où est -elle passée ? Aux dernières nouvelles, elle aurait fini comme tas de ferraille de récupération dans une aciérie électrique dans une des installations que possède Mittal dans un pays lointain où la main d’œuvre est surexploitée.

A bon entendeur salut…..

Bernard Lamirand ancien responsable CGT de la Sidérurgie

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #syndicalisme

Repost0

Publié le 23 Novembre 2014

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0

Publié le 21 Novembre 2014

REPRESENTATION DES SALARIES

Négociation sur le Dialogue social

Isolé, le MEDEF doit changer sa copie

vendredi 21 novembre 2014 , par MLF

Cette 3ème séance de négociation a été marquée dès le départ par une opposition de la part de toutes les organisations syndicales de salariés, vis-à-vis du texte du MEDEF et par une défiance de l’UPA et de la CGPME.

Pour l’ensemble des organisations syndicales de salariés le texte présenté est encore plus négatif que le précédent.

Les articles 1 et 2 du texte étant déterminant pour la représentation des salariés, les organisations syndicales ont fait des propositions.

Pour la CGT, il est hors de question que la représentation des salariés soit facultative, de même que le regroupement des délégués du personnel avec le CE et le CHSCT n’est pas acceptable, tout comme la marginalisation des délégués syndicaux.

Nous avons réaffirmé notre volonté de parvenir à une représentation de tous les salariés à partir d’une entreprise de un salarié, à conforter et développer les droits et moyens des instances, notamment du CHSCT.

Le MEDEF doit revoir profondément sa copie. C’est le message qui lui a été adressé par l’ensemble des organisations syndicales.

Il est essentiel que la citoyenneté au travail progresse. L’intervention des salariés pour peser sur cette négociation est plus que nécessaire, la CGT fera tout pour la favoriser.

Montreuil, le 21 novembre 2014

Voir la vidéo du point de presse de la délégation CGT

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #syndicalisme

Repost0

Publié le 21 Novembre 2014

REPRESENTATION DES SALARIES

Négociation sur le Dialogue social

Isolé, le MEDEF doit changer sa copie

vendredi 21 novembre 2014 , par MLF

Cette 3ème séance de négociation a été marquée dès le départ par une opposition de la part de toutes les organisations syndicales de salariés, vis-à-vis du texte du MEDEF et par une défiance de l’UPA et de la CGPME.

Pour l’ensemble des organisations syndicales de salariés le texte présenté est encore plus négatif que le précédent.

Les articles 1 et 2 du texte étant déterminant pour la représentation des salariés, les organisations syndicales ont fait des propositions.

Pour la CGT, il est hors de question que la représentation des salariés soit facultative, de même que le regroupement des délégués du personnel avec le CE et le CHSCT n’est pas acceptable, tout comme la marginalisation des délégués syndicaux.

Nous avons réaffirmé notre volonté de parvenir à une représentation de tous les salariés à partir d’une entreprise de un salarié, à conforter et développer les droits et moyens des instances, notamment du CHSCT.

Le MEDEF doit revoir profondément sa copie. C’est le message qui lui a été adressé par l’ensemble des organisations syndicales.

Il est essentiel que la citoyenneté au travail progresse. L’intervention des salariés pour peser sur cette négociation est plus que nécessaire, la CGT fera tout pour la favoriser.

Montreuil, le 21 novembre 2014

Voir la vidéo du point de presse de la délégation CGT

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #syndicalisme

Repost0

Publié le 21 Novembre 2014

  REPRESENTATION DES SALARIES

Négociation sur le Dialogue social

Isolé, le MEDEF doit changer sa copie

vendredi 21 novembre 2014 , par MLF

Cette 3ème séance de négociation a été marquée dès le départ par une opposition de la part de toutes les organisations syndicales de salariés, vis-à-vis du texte du MEDEF et par une défiance de l’UPA et de la CGPME.

Pour l’ensemble des organisations syndicales de salariés le texte présenté est encore plus négatif que le précédent.

Les articles 1 et 2 du texte étant déterminant pour la représentation des salariés, les organisations syndicales ont fait des propositions.

Pour la CGT, il est hors de question que la représentation des salariés soit facultative, de même que le regroupement des délégués du personnel avec le CE et le CHSCT n’est pas acceptable, tout comme la marginalisation des délégués syndicaux.

Nous avons réaffirmé notre volonté de parvenir à une représentation de tous les salariés à partir d’une entreprise de un salarié, à conforter et développer les droits et moyens des instances, notamment du CHSCT.

Le MEDEF doit revoir profondément sa copie. C’est le message qui lui a été adressé par l’ensemble des organisations syndicales.

Il est essentiel que la citoyenneté au travail progresse. L’intervention des salariés pour peser sur cette négociation est plus que nécessaire, la CGT fera tout pour la favoriser.

Montreuil, le 21 novembre 2014

Voir la vidéo du point de presse de la délégation CGT

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #syndicalisme

Repost0

Publié le 21 Novembre 2014

SEUILS SOCIAUX ET  REPRESENTATION DES SALARIES

Négociation sur le Dialogue social

Isolé, le MEDEF doit changer sa copie

vendredi 21 novembre 2014 , par MLF

Cette 3ème séance de négociation a été marquée dès le départ par une opposition de la part de toutes les organisations syndicales de salariés, vis-à-vis du texte du MEDEF et par une défiance de l’UPA et de la CGPME.

Pour l’ensemble des organisations syndicales de salariés le texte présenté est encore plus négatif que le précédent.

Les articles 1 et 2 du texte étant déterminant pour la représentation des salariés, les organisations syndicales ont fait des propositions.

Pour la CGT, il est hors de question que la représentation des salariés soit facultative, de même que le regroupement des délégués du personnel avec le CE et le CHSCT n’est pas acceptable, tout comme la marginalisation des délégués syndicaux.

Nous avons réaffirmé notre volonté de parvenir à une représentation de tous les salariés à partir d’une entreprise de un salarié, à conforter et développer les droits et moyens des instances, notamment du CHSCT.

Le MEDEF doit revoir profondément sa copie. C’est le message qui lui a été adressé par l’ensemble des organisations syndicales.

Il est essentiel que la citoyenneté au travail progresse. L’intervention des salariés pour peser sur cette négociation est plus que nécessaire, la CGT fera tout pour la favoriser.

Montreuil, le 21 novembre 2014

Voir la vidéo du point de presse de la délégation CGT

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #syndicalisme

Repost0

Publié le 21 Novembre 2014

SEUILS SOCIAUX ET  REPRESENTATION DES SALARIES

Négociation sur le Dialogue social

Isolé, le MEDEF doit changer sa copie

vendredi 21 novembre 2014 , par MLF

Cette 3ème séance de négociation a été marquée dès le départ par une opposition de la part de toutes les organisations syndicales de salariés, vis-à-vis du texte du MEDEF et par une défiance de l’UPA et de la CGPME.

Pour l’ensemble des organisations syndicales de salariés le texte présenté est encore plus négatif que le précédent.

Les articles 1 et 2 du texte étant déterminant pour la représentation des salariés, les organisations syndicales ont fait des propositions.

Pour la CGT, il est hors de question que la représentation des salariés soit facultative, de même que le regroupement des délégués du personnel avec le CE et le CHSCT n’est pas acceptable, tout comme la marginalisation des délégués syndicaux.

Nous avons réaffirmé notre volonté de parvenir à une représentation de tous les salariés à partir d’une entreprise de un salarié, à conforter et développer les droits et moyens des instances, notamment du CHSCT.

Le MEDEF doit revoir profondément sa copie. C’est le message qui lui a été adressé par l’ensemble des organisations syndicales.

Il est essentiel que la citoyenneté au travail progresse. L’intervention des salariés pour peser sur cette négociation est plus que nécessaire, la CGT fera tout pour la favoriser.

Montreuil, le 21 novembre 2014

Voir la vidéo du point de presse de la délégation CGT

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #syndicalisme

Repost0

Publié le 21 Novembre 2014

SEUILS SPCIAUX ET  REPRESENTATION DES SALARIES

Négociation sur le Dialogue social

Isolé, le MEDEF doit changer sa copie

vendredi 21 novembre 2014 , par MLF

Cette 3ème séance de négociation a été marquée dès le départ par une opposition de la part de toutes les organisations syndicales de salariés, vis-à-vis du texte du MEDEF et par une défiance de l’UPA et de la CGPME.

Pour l’ensemble des organisations syndicales de salariés le texte présenté est encore plus négatif que le précédent.

Les articles 1 et 2 du texte étant déterminant pour la représentation des salariés, les organisations syndicales ont fait des propositions.

Pour la CGT, il est hors de question que la représentation des salariés soit facultative, de même que le regroupement des délégués du personnel avec le CE et le CHSCT n’est pas acceptable, tout comme la marginalisation des délégués syndicaux.

Nous avons réaffirmé notre volonté de parvenir à une représentation de tous les salariés à partir d’une entreprise de un salarié, à conforter et développer les droits et moyens des instances, notamment du CHSCT.

Le MEDEF doit revoir profondément sa copie. C’est le message qui lui a été adressé par l’ensemble des organisations syndicales.

Il est essentiel que la citoyenneté au travail progresse. L’intervention des salariés pour peser sur cette négociation est plus que nécessaire, la CGT fera tout pour la favoriser.

Montreuil, le 21 novembre 2014

Voir la vidéo du point de presse de la délégation CGT

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #syndicalisme

Repost0

Publié le 18 Novembre 2014

DANS QUEL MONDE VIVONS-NOUS ?

DANS QUEL MONDE VIVONS NOUS ?

Tout simplement dans un monde capitaliste, un monde où les voleurs sont rois et peuvent chaparder légalement puisque ce sont eux qui déterminent la façon dont ils vont faire main basse sur les richesses créées.

Je réagis d'autant plus que de nouvelles informations tombent sur ce monde de profiteurs que l'on trouve aussi bien dans les transnationales, chez des politiciens à la dévotion de ces groupes et chez les commis des cabinets ministèriels ou encore des grandes institutions d'Etat où les carrièristes se pavanent avec salaires et avantages mirobolants.

L'on nous amuse avec l'affaire Jouyet-Fillon-Sarkozy – bien que cela montre l'état de pourrissement du système- et pendant ce temps, nous apprenons de nouvelles révélations sur les chapardages de ces pontifs concernant des centaines de millions d'euros soustraits, notamment chez Dassault – qui ne vit que des comamndes militaires d'état - .

Ainsi Serge Dassault déversait depuis des dizaines d'années des sommes d'argent colossales à certains habitants de Corbeil pour se faire élire mais on peut aussi penser qu'il en répandait largement aux forces politiques auxquelles il appartient et dont actuellement la justice enquête.

On apprend aussi que c' est par la même filière que celle de Madame Bettancourt qu'il arrosait ainsi ses amis.

Nous constatons qu'il n'est pas le seul et que des députés UMP, qui ne déclaraient pas leurs revenus venant de paradis fiscaux, en faisaient autant. Et pour corser le tout, des PDG d'entreprise, où l'Etat est actionnaire, s'offrent des salaires et des retraites astronomiques.

A ne pas oublier non plus, le Président du MEDEF Gattaz : celui-ci récupère des profits de plus en plus élevés au fur et à mesure qu'il casse le social avec l'accord des pouvoirs publics .

Tous ces gens là, évidement, clament comme des procureurs qu'ils n'en peuvent plus des charges que les travailleurs leur coûtent et demandent la destruction du code du travail.

Tout cela est fait pour bien montrer que le pot de fer domine le pot de terre et que celui-ci n'a qu'a s'incliner devant les malversations légales ou illégales de ces thuriféraires de la finance.

Une dernière chose m'a sauté au yeux ce matin : cette annonce du Journal l'Humanité que le directeur général de la Sécurité sociale, Monsieur Van-Rockeghem, celui qui depuis des années organise avec les gouvernements de droite ou socialiste le serrage de ceinture à la Sécurité sociale, s'en va. L'on pourrait dire bon débarras, mais nous apprenons qu'il va diriger la plus importante société d'assurance sociale santé – un groupe santé qui a pour objet de concurrencer la Sécu et de la remplacer un jour. Ce groupe s'appelle Malakof- Médéric, d'obédience de l'ancien comité des forges forges d'avant guerre et dont on peut se rappeller qu'il fut un ardent propagandiste de la charte du travail pétainiste pendant l'occupation de la France. Il va remplacer le frère de Sarkozy, tout un programme, un groupe dit non lucratif mais qui s'organise pour le devenir . Il sera remplacé à la Sécurité sociale, nous dit-on, par un autre énarque, de la même promotion que Macron, qui, bien sûr, fera carrière et aura à dépecer ce qui nous reste dela Sécurité sociale comme ses maitres le prieront.

Nous voyions bien là, comment « ce beau monde » peut passer d'un bord à l'autre, sans complexe, puisque qu'ils sont formés pour les mêmes objectifs : remettre en cause les droits et acquis sociaux depuis la libération.

On ne peut qu'imaginer que ce Van-Rockeghem utilisera ses connaissances de la Sécurité sociale dans ses nouvelles tâches.

L'état devrait interdire une telle mutation : en droit commercial cela s'appelle de la concurrence déloyale : quand un cadre quitte son entreprise et connait des secrets confidentiels, il lui est interdit d'aller prospérer chez un concurrent et bien Van Rokeghem en allant dans la concurrence met en danger notre Sécurité sociale .

Tout cela donne envie de vomir .

Dans cette affaire, il s'agit aussi de dire au monde du travail qu'il ne doit pas s'enfermer dans « le tous pourris » mais bien de revenir à ce qui a fait sa force : son unité pour non seulement empêcher les mauvais coups mais aussi de redonner des droits sociaux à ceux qui crééent les richesses.

Oui, la finance est bien l'ennemi du monde du travail, elle a ses sbires pour saper nos droits sociaux et il temps d'engager un combat contre cette caste antisociale.

Pour cela, il ne s'agit pas de trouver un chevalier blanc, qui n'est pas blanc mais noir dans le tréfonds de lui-même, comme l'est le Front national, mais d'organiser la riposte et les luttes.

Cela commence par les salaires et les retraites et contre l'austérité.

Les travailleurs ont toutes les raisons de se prendre en main pour empêcher toutes ces exactions libérales et ce monde de voyous qui se partagent les pouvoirs.

Comme l'internationale le clamait : faisons leur rendre gorge.

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #syndicalisme

Repost0

Publié le 17 Novembre 2014

Rédigé par aragon 43

Publié dans #communisme

Repost0