Publié le 21 Janvier 2016

LA CES SOUTIENT LES MILITANTS CGT DE GOOD-YEAR

Solidarité auprès des travailleurs de Goodyear

Bruxelles, le 19 janvier 2016

Lettre de soutien de la CES à Philippe Martinez, Secrétaire général de l'organisation syndicale française CGT

Cher Philippe,

La CES est sérieusement inquiète de la décision rendue le 12 janvier dernier par le tribunal d’Amiens qui a condamné 8 anciens travailleurs de Goodyear à 24 mois prison, parmi lesquels 9 mois fermes. Cette décision est sans précédent. Elle punit très sévèrement des travailleurs qui ont lutté pendant près de 7 ans pour sauver leurs emplois sur leur territoire.

Par cette lettre, je tiens à apporter la solidarité et le soutien de la Confédération européenne des syndicats à ces travailleurs. Les droits syndicaux constituent l’un des piliers essentiels de la démocratie. Nous espérons donc que la justice française annulera cette décision en appel et rendra ainsi sa dignité à ces travailleurs.

Amitiés syndicales,

Luca Visentini
Secrétaire général de la CES

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #CGT

Repost0

Publié le 21 Janvier 2016

51eme CONGRES DE LA CGT : TEXTE D'ORIENTATION

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #CGT

Repost0

Publié le 21 Janvier 2016

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #syndicalisme

Repost0

Publié le 18 Janvier 2016

MAIN D'OEUVRE CACHEE DE 116 MILLIONS DE PERSONNES DANS LES CHAINES D'APPROVISIONNEMENT

REMARQUE SUR CETTE DÉCLARATION : ELLE MONTRE LA RÉALITÉ DE L'EXPLOITATION ÉHONTÉE DES TRAVAILLEURS MAIS IL NE SUFFIRA PAS D'ALLER CLAMER A DAVOS REPAIRE DES PROFITEURS MONDIAUX. Bernard LAMIRAND

CONFÉDÉRATION SYNDICALE INTERNATIONALE

CSI en ligne

001/180116

Un nouveau rapport de la CSI dévoile une main-d’œuvre cachée de 116 millions de personnes dans les chaînes mondiales d’approvisionnement de 50 entreprises

Bruxelles, le 18 janvier 2016 (CSI en ligne): Une nouvelle recherche menée par la Confédération syndicale internationale (CSI) révèle que, le long des chaînes mondiales d’approvisionnement de 50 entreprises, à peine 6 % du personnel entretient une relation directe avec la société qui compte pourtant sur les 94 % cachés.

« À elles seules, 50 sociétés – dont Samsung, McDonalds et Nestlé – détiennent une richesse cumulée de 3.400 milliards de dollars US et le pouvoir de réduire les inégalités. Pourtant, elles ont préféré mettre en place un modèle commercial dépendant d’une main-d’œuvre cachée, composée de 116 millions de personnes », explique Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI.

Le rapport de la CSI, Scandale – Immersion dans les chaînes mondiales d’approvisionnement de 50 des plus grandes entreprises, publié la veille du Forum économique mondial de Davos, dévoile un modèle économique insoutenable, présent dans pratiquement tous les pays de la planète et établit le profil de 25 sociétés basées en Asie, en Europe et aux États-Unis.

« Dans l’économie réelle, 60 % des échanges commerciaux mondiaux dépendent des chaînes d’approvisionnement de nos grandes entreprises qui s’appuient sur un modèle économique basé sur l’exploitation et les violations des droits humains dans les chaînes d’approvisionnement », poursuit Sharan Burrow.

L’enquête de la CSI montre que:

- les avoirs en liquide de 25 entreprises, s’élevant à 387 milliards de dollars US, pourraient accroître les salaires de leur main-d’œuvre cachée de 71,3 millions de personnes de plus de 5.000 dollars US pendant un an;

- aux États-Unis, 24 sociétés – d’Amazon, à Walmart en passant par Walt Disney – détiennent une richesse cumulée telle qu’elles pourraient s’acheter le Canada;

- les recettes combinées de neuf entreprises asiatiques – dont Foxconn, Samsung et Woolworths – de 705 milliards de dollars US sont équivalentes à la valeur des Émirats arabes unis;

- en Europe, 17 sociétés – dont Siemens, Deutsche Post et G4S – se partagent des revenus totaux de 789 milliards de dollars US, l’équivalent de la valeur de la Malaisie.

« Les bénéfices se font sur le dos de bas salaires qui ne permettent pas aux travailleurs de vivre. Au nom des profits, la sécurité est négligée ce qui mène à des accidents, voire des morts, indéfendables sur les lieux de travail et ces gains sont amplifiés par la fraude fiscale ou sont dramatiquement liés à la pollution de terres et d’eaux communautaires.

Tant que les entreprises internationales n’accèderont pas aux revendications modérées des salariés de leur verser un salaire minimum grâce auquel ils peuvent vivre dignement – 177 dollars US par mois à Phnom Penh, 250 dollars US à Jakarta, 345 dollars US à Manille –, les entreprises condamnent en toute connaissance de cause les travailleurs et leurs familles à vivre dans la pauvreté. C’est de l’avidité pure et simple », continue Mme Burrow.

La CSI émet cinq recommandations aux entreprises pour en finir avec le scandale de leurs chaînes mondiales d’approvisionnement:

- Transparence des chaînes d’approvisionnement – savoir avec qui vous passez des contrats et le publier;

- Lieux de travail sûrs – inspections des sites, correction des dangers et reconnaissance du droit du personnel de former des comités de sécurité;

- Sécurité de l’emploi – fin des contrats à court terme;

- Salaires minimums vitaux – payer des salaires qui permettent aux personnes de vivre dignement;

- Négociation collective – pour des conditions de travail et des salaires décents.

« Le nombre d’accords-cadres internationaux entre ces sociétés multinationales et des Fédérations syndicales internationales en vue de résoudre ces problèmes et d’établir des fondations durables pour l’économie mondiale sont en hausse, mais la route est encore longue et les gouvernements doivent endosser leurs responsabilités. »

Les dirigeants syndicaux présents au Forum économique mondial de Davos présenteront un plan en quatre points pour transformer le modèle économique des entreprises mondiales et en finir avec les inégalités:

- les employeurs doivent veiller à une distribution équitable des richesses grâce à des salaires minimums vitaux et à la négociation collective s’appuyant sur le respect fondamental de la liberté syndicale;

- les normes de sécurité doivent être respectées et le personnel doit participer aux comités de sécurité;

- les dirigeants gouvernementaux doivent mettre en place et faire appliquer l’état de droit en réclamant une diligence raisonnable envers les exigences des Principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme; et

- les gouvernements doivent accorder la priorité à la protection sociale minimale pour leur population.

« Ce n’est qu’en dénonçant leurs pratiques auprès des consommateurs et des citoyens de la planète que les sociétés commenceront à assumer la responsabilité de leurs chaînes d’approvisionnement et à respecter le droit », a conclu Sharan Burrow.

FIN

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Repost0

Publié le 16 Janvier 2016

LE SPECTRE D'UN NOUVEAU KRACH PAR PIERRE IVORRA

Ma chronique dans "L'Humanité" de mercredi. Lisez l'Huma !

Le spectre d’un nouveau krach

L’évolution pourrait paraître étonnante : les grands prêtres du marché capitaliste, les adorateurs de la prétendue concurrence libre et non faussée sont aujourd’hui tétanisés. Ils voient se dessiner à l’horizon encore vierge de cette année 2016 le spectre d’un krach financier qui, après celui de 2007-2008, risque de secouer la planète encore plus sévèrement.
La croissance des pays émergents fléchit, celle de la zone euro a du mal à retrouver des couleurs, le prix du pétrole continue de chuter, il a baissé de 70 % depuis l’été 2014. Les places boursières sont chahutées, nombre de monnaies vacillent, se déprécient face au dollar.
Ceux-là même qui vilipendaient la trop grande épaisseur du code du travail, les 35 heures, la dépense publique, les taxes, les impôts, les cotisations sociales, l’assurance maladie, le Smic et qui, pour certains, n’ont dû leur survie, lors de la dernière crise, qu’à l’intervention publique, recommencent à invoquer le G20, la banque centrale européenne, la fed américaine, les autorités chinoises, … « Léviathan priez pour nous et surtout bougez vous ! »
Le problème aujourd’hui est que ce qui a été fait après septembre 2008 et lors de la récession de 2009-2010 peut être difficilement refait avec succès. Les banques centrales ont déversé des dizaines, voire des centaines de milliards de dollars, d’euros, de yuan, … depuis et ce flot de liquidités n’a, pour l’essentiel, servi qu’à relancer les marchés financiers, qu’à permettre aux multinationales d’accumuler des trésoreries alibabesques au détriment de la croissance, de l’emploi, des conditions de travail et de vie de centaines de millions d’hommes et de femmes à travers le monde. Le rapport de l’homme à la nature, à son environnement a continué à se détériorer. Des régions sont à feu et à sang et même le terrorisme s’est financiarisé et mondialisé.
Tout cela devait s’écrouler, tout cela va s’écrouler, mais que peut-il en résulter ? Si nombre de peuples cèdent à la tentation xénophobe, au mythe de l’Etat fort, l’on va vers de nouveaux affrontements, de nouvelles terreurs. A l’opposé se dessine, au travers de succès et d’échecs, en Grèce, en Espagne, au Portugal, en Irlande, au Royaume-Uni, au Brésil, au Venezuela, … la possibilité de sortir de l’ornière. Il ne s’agit pas de prendre en tous domaines le contre-pied de l’ordre établi mais de le subvertir de l’intérieur, par exemple de changer les critères de financement de l’économie de la Banque centrale européenne plutôt que la livrer aux démolisseurs. De contraindre l’argent à aller au développement humain et écologique. Là est la radicalité.

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Economie

Repost0

Publié le 15 Janvier 2016

FTM CGT DECLARATION POUR EXIGER LA RELAXE DES GOODYEAR

; widows: 2; word-spacing: 0px; -webki
Une justice au service du patronat.
Tous ensemble, exigeons la relaxe ! La Fédération de la Métallurgie CGT tient à exprimer son indignation, sa colère et son opposition à la décision du tribunal d’Amiens condamnant à vingt-quatre mois de prison, dont neuf mois ferme, huit anciens salariés de Goodyear, pour la plupart militants de la CGT. Après plusieurs années de luttes pour la sauvegarde de leurs emplois, les salariés de Goodyear ont été confrontés à la fermeture de leur usine, il y a 2 ans. 1 250 emplois ont été supprimés, sans compter la sous-traitance. Cette violence sociale, avec son cortège de drames humains et industriels, au lieu d’être combattue par le Gouvernement est à présent légitimée. C’est intolérable ! La répression syndicale, organisée par le patronat, trouve de l’écho avec l’aide du Gouvernement. En effet, le procureur de la République, aux ordres du pouvoir exécutif, a décidé de poursuivre les huit salariés de Goodyear alors même que l’entreprise avait abandonné toutes les poursuites.
Justice de classe Effectivement, pour protéger les dirigeants de l’entreprise, le procureur de la République a toujours classé sans suite toutes les plaintes déposées par la CGT contre Goodyear, relatives à la santé au travail. Dans le même sens, les poursuites judiciaires contre l’Inspectrice du Travail de Tefal, celles contre les salariés d’Airfrance et de Goodyear, constituent des reculs graves en matière de démocratie et de valeurs républicaines. La loi Rebsamen, retirant dans le droit social français la possibilité de poursuivre au pénal les patrons coupables de délits d’entraves, participe à réduire les moyens des salariés pour se défendre. Si le Gouvernement, avec son attitude répressive, pense faire taire la CGT ou museler les salariés, c’est une lourde erreur. Il perd encore un peu plus en crédibilité et montre qu’il est aux abois et surtout pas en position de force. Il s’éloigne chaque jour de la population et en particulier du monde du travail. Ce n’est pas en tapant sur les salariés et les militants CGT, qu’il s’en sortira !
Le syndicalisme CGT est porteur de progrès et force de propositions économiques et sociales.
Il participe activement à renforcer les droits des salariés, l’application des garanties
collectives, l’emploi et les libertés à l’entreprise. La CGT restera sur cette voie. La Fédération des Travailleurs de la Métallurgie CGT :  apporte son total soutien au syndicat CGT de Goodyear et aux huit camarades condamnés,  appelle tous les syndicats à engager l’action pour la défense ainsi que le développement des droits, de la citoyenneté et des libertés syndicales à l’entreprise et à participer aux rassemblements dans les territoires,  invite les salariés à signer massivement la pétition proposée par la CGT (signez la pétition).
La Fédération des Travailleurs de la Métallurgie CGT exige la relaxe immédiate des huit
GOODYEAR

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #syndicalisme

Repost0

Publié le 15 Janvier 2016

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #syndicalisme

Repost0

Publié le 13 Janvier 2016

la condamnation de huit militants syndicaux est une attaque contre les travailleurs. Signez l'appel «Nous sommes tous des Goodyear!» - https://www.change.org/p/fran%C3%A7ois-hollande-l-appel-des-goodyear?

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #syndicalisme

Repost0

Publié le 11 Janvier 2016

Rédigé par aragon 43

Publié dans #PCF

Repost0

Publié le 8 Janvier 2016

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #PCF

Repost0