Publié le 5 Juin 2012

307123 2617153509717 1281490029 4791489 1055165274 nUN VOTE FRONT DE GAUCHE S’IMPOSE

La bataille va être rude, depuis la nomination de François Hollande comme Président de la République par une majorité de français, toute la réaction internationale est sur le pied de guerre pour ramener Hollande dans les clous de l’Europe austéritaire et le faire renier son discours de Villepinte que la finance était l’ennemie.

293776 381787535179283 100000441205257 1417289 885639344 n

PLUS JAMAIS CA

 

Successivement la Commission Européenne, un rapport de l’inspection des finances commandé par Fillon, la montée au créneau des pontifes financiers européens de la banque centrale, les manœuvres du FMI, celle de l’OMC avec Lamy le social-libéral et en dernier ressort l’ami de Strauss Kahn le dénommé Moscovici, montrent que la finance internationale va mettre au pied du mur Hollande et particulièrement lors des sommets de juin de l’Europe et du G20.

Le flou artistique que tient ce gouvernement de transition, jusqu’aux législatives, montre bien que si rien n’est joué tout est possible y compris de voir rentrer dans le rang des austéritaires et du traité Merkozy, le gouvernement socialiste. Mais cette hypothèse, qu’on pressent, peut-être battue en brèche si ceux qui ont voté Hollande au second tour lui indique que la voie à suivre n’est certainement pas celle que vient de préconiser Barroso et l’inspection générale des finances.

Le vote des législatives devient donc un acte important : une sorte d’indicateur.

Si Hollande - qui demande à avoir une majorité socialiste uniquement- ne l’obtient pas, et qu’il doit compter sur un fort groupe Front de gauche, il devra alors tenir compte des positions du Front de gauche qui préconise une politique de progrès social dont le pivot central serait les salaires directs et le salaire socialisé pour les retraités, les chômeurs, les handicapés, les familles.

La croissance, le travail, la santé, c’est bien une question qui relève du partage des richesses créées et de l’affectation de la plus grande part de celle-ci à rétribuer le travail et non le capital.

L’intervention de Moscovici, considérant qu’il fallait que la Grèce supporte ce que le capital vient de lui faire subir comme cure d’austérité indique clairement que les socialistes, s’ils ont la majorité à eux tout seul, ne changeront la politique économique et sociale sarkozienne qu’à la marge et sous des affriolements dérisoires comme ceux concernant le train de vie du gouvernement.

Hier soir, nous en discutions lors d’un débat dans ma ville avec le candidat Front de Gauche Loïc Pen et je disais qu’il est vraiment important que le Front de gauche soit assuré non seulement d’un groupe à l’Assemblée Nationale mais que ce groupe soit suffisamment nombreux pour que les socialistes  ne puissent disposés de la majorité à eux seuls comme se fut le cas en d’autres occasions.

L’importance du votre Front de gauche est donc cruciale et il faut s’adresser à ces 11 % qui ont voté Front de gauche au premier tour des présidentielles et leur dire qu’il est important qu’ils confirment et rééditent ce vote lors des législatives.

Aucun d’entre eux ne doit manquer le rendez-vous des législatives s’ils veulent être entendus.

Les législatives ne sont pas des élections secondaires consistant à confirmer une confiance au nouveau président de la République en lui donnant les pleins pouvoirs car on retomberait dans les travers d’une assemblée godillot comme a été celle de la droite pendant les deux derniers mandats.

Le vote Front de gauche est donc d’une importance capitale pour que le peuple et surtout le monde du travail soit entendu.

Cela nécessite donc que ceux qui se sont déplacés pour assurer le départ de Sarkozy continuent dans leurs démarches en se déplaçant à nouveau pour les législatives et en votant Front de gauche : c’est la meilleure assurance de ne pas se retrouver demain avec un parti socialiste qui vire à droite toute devant les pressions du capital international.

Votez Front de Gauche le 10 et 17 juin, c’est voter pour sortir la France de l’austérité et de l’insécurité sociale.

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Actualités

Repost0

Publié le 4 Juin 2012

ALERTE: Empêcher le totalitarisme austéritaire dans la zone euro

Plusieurs journaux allemands ont révélé ces dernières heures qu’un coup de force est en cours de préparation pour le Conseil européen (réunion des chefs d’Etat et de gouvernement) des 28 et 29 juin.

Patrick Le Hyaric, Directeur de l’Humanité et Vice président du groupe de la Gauche unitaire européenne / Gauche verte nordique au Parlement européen, alerte sur les conséquences d'un plan mené en catimini.

"Celui-ci est mené par un quatuor de personnalités non élues, dirigeant pourtant les institutions européennes: M. Draghi, président de la Banque centrale européenne, M. Barroso, président de la Commission de Bruxelles, M. Van Rompuy, président du Conseil de l’Union et M. Junker, président de l’euro-groupe. Non content de faire accepter le traité austéritaire initié par M. Sarkozy et Mme Merkel, non content de cacher au grand public deux projets de règlements qui donnent les pleins pouvoirs à la Commission sur les budgets nationaux, voici que ce quatuor propose de faire un grand saut dans le fédéralisme ultralibéral européen.

Ils préparent un plan en quatre axes:

  • la création d’une union bancaire, pour renforcer l’Union monétaire et soutenir les marchés financiers
  • le deuxième axe vise à s’affronter aux syndicats nationaux pour « assouplir les règles sur le marché du travail et à faire tomber toutes les frontières douanières ». C’est la surexploitation et la concurrence débridée au profit des puissances d’argent
  • ce super plan prévoit en troisième lieu la création  d’une « Union budgétaire » au nom de la sacro-sainte discipline budgétaire, entendre austérité renforcée
  • enfin, pour coiffer le tout, les quatre mousquetaires au service des financiers veulent créer « une union politique », c'est-à-dire de donner les pleins pouvoirs aux institutions européennes, c'est-à-dire à eux-mêmes, pour instituer le totalitarisme austéritaire.

Voilà qui renforce encore la nécessité pour les populations de se doter de parlementaires du Front de gauche qui, eux, agissent pour la solidarité en Europe, un changement des missions de la Banque centrale européenne et pour refuser le pacte d’austérité budgétaire et le remplacer par un pacte de développement humain, social et écologique, grâce à une nouvelle répartition des richesses. Il y a danger. La mobilisation est indispensable."

 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Repost0

Publié le 4 Juin 2012

NOTRE LUTTE CONTINUE. 

Elle sera longue, périlleuse mais déterminée.

 

hp1.JPG

 

 

La dernière réunion du Conseil de Surveillance, le 12 Avril à CREIL, a été l'occasion d'un beau Rassemblement: Près de deux cents personnes, hospitaliers, syndicalistes, élus, représentants des patients, membres du Comité, ont entendu des Cadres supérieures de Santé (anciennes Surveillantes des Services) et des syndicalistes dénoncer haut et fort les conditions de travail dégradées du personnel et par conséquent des soins aux malades, opérés, futures mamans, manquant de temps et de chaleur...De tels témoignages confirment la gravité de la situation créée par la fusion des hôpitaux de Creil et de Senlis: réduction des personnels et activités imposées, indignes du respect dû aux patients, souffrance au travail s'étendant à toutes les catégories, économies y compris sur le matériel de soins, diminution des lits, pression exercée pour raccourcir les durées de séjour...On n'en finirait pas d'énoncer les doléances du personnel, des malades ou consultants.

Ajoutons cependant, la démission d'un médecin Chef de Service, consterné de ne pas pouvoir mettre en route l'activité particulièrement importante dont il avait la responsabilité: l'unité de Soins intensifs des pathologies Neuro-vasculaires et le refus de la candidature d'un Chirurgien orthopédiste, alors que ce poste est vacant et que le besoin en est urgent. Sans parler de la privatisation silencieuse du Service d'imagerie médicale ainsi que de la cardiologie d’intervention !


hp2

 

Jusqu'où nous mènera cette fusion - destruction?

Nous ne lâcherons rien pour défendre nos hôpitaux.
Nous applaudissons à l'initiative de Madame la Maire de Senlis qui demande à la justice de condamner les conditions imposées aux collectivités territoriales de cette fusion dont la population de l'agglomération de Senlis va faire les frais. Celle de Creil ne doit pas s'imaginer bénéficier d'une opération qui pourrait lui sembler profitable. Ce sont bien les populations de Creil et de Senlis qui en pâtiront par la réduction globale de l'offre publique de soins.

Le chant des Partisans (à l'occasion de la mort de Raymond Aubrac), réécrit pour la circonstance, fut repris par tous avec enthousiasme et conviction, à l'entrée de l'Hôpital, puis, mieux encore dans la Salle de réunion du Conseil de Surveillance, devant les membres de cette respectable assemblée. Certains nous applaudiront!

Nous proclamèrent avec fermeté notre volonté de ne pas laisser porter atteinte aux fonctions sacrées de nos Hôpitaux Publics: Soigner avec la plus grande attention tous ceux qui souffrent, accueillir avec le plus grand respect chaque enfant qui vient au monde et accompagner les derniers instants de ceux qui nous quittent.
Enfin, et afin qu'il n'y ait aucun doute à ce sujet, nous nous sommes solennellement engagés à nous opposer à toute forme de menaces, intimidations ou sanctions dont pourraient être victimes celles et ceux qui s'expriment et luttent pour la sauvegarde de nos hôpitaux.

 

 

pictoroutier_v2.jpg

 

Le 14 Juin 2012, nous appelons à se rassembler
devant l'Hôpital de Senlis
à l'occasion de la prochaine réunion
du Conseil de surveillance à 18H.

 

 

Une manifestation devant l'Agence Régionale de Santé est prévue avec le personnel, à Amiens dans les semaines qui viennent.

Nous poursuivons le recueil des témoignages des patients, famille de patients, consultants, dans notre cahier de doléance.

Nous appelons toutes et tous ceux qui souhaitent adhérer ou renouveler en 2012 leur adhésion au Comité de Défense et de Développement de l'Hôpital de Creil à verser leur 3 à 5 Euros de Cotisation, ainsi que les communes, organisations politiques, syndicales et associatives.

Pour le Comité,
Paul Cesbron

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Repost0

Publié le 2 Juin 2012

Elysabeth-II-60-ans-de-Regne.jpg

 

PAUVRES ANGLAIS JUBILER OU LUTTER ?

Ils vont devoir subir pendant plusieurs jours les festivités concernant la jubilé de la Reine Elisabeth.

Tout y est pour satisfaire les plaisirs de cette vieille aristo.

La dame d’Angleterre va pouvoir flatter son égo et la cour se gobergeait dans le luxure.

Combien cela va coûter ? Des milliards de livres sterlings disent les mauvaises langues, celles des gueux dont je fais partie.

L’addition risque d’être lourde pour le brave sujet de sa majesté.

Cette dame est considérée comme une des personnes les plus riches du monde. Elle change de toilette plusieurs fois par jour ainsi que ses colliers et bijoux.

Le faste règne, châteaux et résidences, bateaux luxueux pour les croisière, suites dans les grands hôtels, chevaux de course, rien ne manque à cette privilégié et à sa filiation qui en profite largement.

60 ans de règne, elle a pu amasser une fortune colossale, elle s’est enrichie pendant que son peuple s’est appauvri d’une manière considérable.

A quoi sert-elle officiellement ? A pas grand-chose, un discours chaque année que lui prépare le premier ministre et qu’elle répète bêtement et si le prosateur dit une grosse connerie, elle n’a qu’une chose à faire, c’est de le répéter comme la sotte qui à l’école répète les bêtises de ses camarades.

Des milliards de livres sterling vont être ainsi jetés par les fenêtres pour satisfaire la dame du trône d’Angleterre.

Quand on se déplace en Grande Bretagne, en dehors des quartiers de la noblesse et de ceux des rupins, l’on peut voir l’extrême misère qui règne.

Dans ce pays, les droits sociaux ont volé en éclat sous le libéralisme de Thatcher puis de Blair, les salaires sont très bas ainsi que les pensions, les emplois précaires ont pris la place des emplois à temps complet, les services publics sont détruits et remplacés par des Entreprises qui font du fric sur le dos des gens ;  nous pouvons voir aussi des personnes âgées travailler jusqu’aux limites de leurs dernières forces, certaines et certains dépassant largement les 70 ans.

Ceux-là ne vont pas jubiler.

Voilà une image réelle de cette monarchie libérale qui a détroussée les travailleurs anglais de leurs droits pour pouvoir satisfaire le gratin capitaliste international, et cette reine et toute sa progéniture en profitent largement pendant que les pauvres sont surveillés, poursuivis, punis s’ils enfreignent la loi du plus fort.

Le pays va tellement mal que beaucoup de gens pauvres ne peuvent plus se soigner faute de moyens financiers et certains doivent traverser le Channel pour trouver des hôpitaux qui les acceptent.  Pendant ce temps, la rombière de Buckingham palace se paye sa grandiose fête.

En Grande-Bretagne, nous verrons donc pendant plusieurs jours de festivités, tout le tra-la-la du jubilé de la reine : course de chevaux à Epsom, illuminations de la ville de Londres, feux d’artifices, cortège royal défilant tout bariolés, militaires défilant sous les ors de la monarchie, carrosses et défilés navals etc. Et cette jubilation sera retenue pour montrer un peuple heureux et nous verrons les larbins de la télévision française nous expliquer les charmes de ce jubilé ostentatoire.

Aucun d’entre eux ne parlera de la misère dans les quartiers les plus pauvres de Londres, des cités industrielles de l’Angleterre que nous décrivait Marx, de ce capitalisme violent qui dominait et outrageait le peuple en le faisant travailler dans les pires conditions ;  aujourd’hui, c’est une autre face de ce capitalisme, toujours aussi virulent, le capitalisme financier, les voyous de la city, qui ont détruit l’industrie manufacturière, le textile, la sidérurgie, les mines et qui ont placé les appropriations du capital voleur dans les coffres-forts des banques, de les paradis fiscaux, les assurances privées qui se pourlèchent les babines dans la crise qui leur sert merveilleusement pour rançonnés les peuples.

Cette Grande-Bretagne aux mains du libéralisme a fait école dans toute l’Europe et l’on voit se dessiner dans les autres pays européens la même soif de mettre à genoux les peuples, de leur prendre leurs acquis sociaux dans cette crise qui est le résultat de ces politiques libérales qui nous viennent répétons-le de Reagan aux Etats-Unis et de Thatcher en Angleterre.

Cette Europe du capitalisme financier et libéral ne vient-elle pas de donner ses ordres à Hollande pour qu’il applique la même politique antisociale anglo-saxonne.

Oui Hollande, la finance et particulièrement celle de la « City » est notre ennemi : ne l’oublie pas !

Oui, ce jubilé est une provocation, une sorte d’éblouissement pour un peuple a qui on demande d’apprécier le défilé grotesque de cette maffia monarchique et l’on retrouve ce que les romains faisaient pour mater leur peuple : des jeux.

 Des jeux biseautés comme les cartes.

Les aristocrates à la lanterne.

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0

Publié le 1 Juin 2012

Paix.jpgPAIX ET DESARMEMENT…

POUR UN VRAI CHANGEMENT DE POLITIQUE

Le 2 juin est la Journée mondiale pour l’abolition de l’arme nucléaire. Cette

date, avec d’autres échéances à venir en 2012 et 2013, nous rappelle l’exigence

du désarmement comme objectif et moyen d’un monde de paix… Mais ses

conditions sont bien différentes aujourd’hui.

Premièrement, construire la paix, c’est indissociable des enjeux globaux de

sécurité : sécurité internationale, sécurité économique, sociale, écologique…

Les guerres et crises d’aujourd’hui ont de multiples causes qui s’enchevêtrent,

y compris les ambitions des puissances dominantes et les stratégies néo-impérialistes.

Construire la paix, c’est construire un monde de sécurité pour les

peuples, un développement à leur service, avec des institutions, des politiques

répondant à leurs besoins sociaux, à leur exigence de souveraineté et de

démocratie.

Deuxièmement, on ne peut plus séparer désarmement nucléaire et règlement

des conflits au Moyen-Orient et en Asie. Élimination des armes nucléaires et

lutte contre la prolifération sont indivisibles. C’est d’ailleurs la logique même

du Traité de Non prolifération (TNP). La crise sur le nucléaire iranien n’a pas

d’issue positive si on n’associe pas l’exigence du non accès à l’arme nucléaire,

pour les pays qui n’en sont pas dotés, à l’exigence du désarmement nucléaire

pour tous, y compris Israël. Avec la perspective d’une zone exempte d’armes

nucléaires au Moyen-Orient.

Troisièmement, il faut le dire clairement : il n’y a pas de consensus en France

sur la dissuasion nucléaire et la politique de défense. Le PCF ne prône pas un

désarmement unilatéral, mais le nucléaire n’est pas « la garantie ultime » de la

sécurité de la France. Sa modernisation comme le bouclier anti-missile de

l’OTAN s’inscrivent dans l’actuelle course aux armements. Ils nourrissent les

tensions sur le nucléaire iranien, coréen, et ils poussent à la prolifération. La

garantie fondamentale de la sécurité pour la France, c’est un désarmement

multilatéral et contrôlé et le règlement politique des conflits. C’est dans ce

sens que les autorités françaises doivent agir et prendre des initiatives.

Maintenant.

Un vrai changement, ce devrait être aussi tout cela…

Jacques Fath

responsable des Relations internationales

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Repost0

Publié le 31 Mai 2012

461894284.jpg

La vraie violence

 

ROQUETTE ENVOIE SES ROQUETTES SUR FRANCE INTER

Voilà un personnage, Guillaume Roquette, journaliste, homme de cette droite libérale et dure qui va du Figaro en passant Valeurs actuelles,  qui pousse des cris d’orfraie contre Jean Luc Mélenchon, accusé de traiter des journalistes de fachos.

Certes, il faut prendre le temps de tourner sa langue quand on veut qualifier quelqu’un de facho : mais ce mot fait parti du vocabulaire populaire français, il révèle les comportements haineux de certains et nul ne peut reprocher à quiconque, de dire à des personnes qui se comportent dans leurs écrits, dans leurs paroles, dans leurs actes,  qu’ils ont des procédés qui ressemblent à ceux qui attisent les haines et que l’ont peut qualifier en langage populaire de « petit facho ».

Cette expression est souvent prononcée à la volée quand quelqu’un se laisse aller à des propos méprisant sur autrui où déformant sciemment la vérité pour nuire ;  on dit volontiers : « tu ne serais pas un ptit peu facho sur les bords ».

Roquette est un homme de droite assumé dans ses écrits et ses éditoriaux, il peut bénéficier, sans être contredit sur les antennes d’une tribune pour vilipender Mélenchon, c’est ce qu’il a fait ce matin à France-Inter et son intervention marquait une profonde animosité contre Mélenchon et aussi les communistes.

Il parle de violence dans les propos de Mélenchon et se réfère à des périodes où le PCF employait les mêmes méthodes, dit-il ;   période des années de la guerre froide, référence des positions prises par Mélenchon par rapport à Cuba, tout y a passé.

Il va même jusqu’à remonter à Robespierre, dans une caricature ignorant le contexte de l’époque.

A cette allure là, qu’attend- il pour dénoncer les tueries des monarques qui ont gouverné notre pays des siècles et des siècles jusqu’a la boucherie de la guerre 14/18 et aussi celle de la période où la bourgeoisie prend l’uniforme du nazisme.

Il faudra vous atteler Monsieur Roquette à réécrire les manuels d’histoire de nos écoles et vous aurez du boulot jusqu’à la fin de vos jours.

Ce qu’il oublie de dire Monsieur de Roquette, c’est que ces périodes de guerres où la violence, celle physique qui s’exprime, c’était la droite qui en était l’auteure à l’image de la commune de Paris. On peut aussi parler des expéditions en Afrique où des peuples ont été martyrisés et domptés par cette bourgeoisie infâme accompagnés il faut le dire avec la SFIO. Les violences  également faites à des peuples qui voulaient se libérer de l’étreinte capitaliste, ce n’était pas les communistes français Monsieur Roquette, c’était votre droite.

Pendant l’occupation, qui a combattu l’ennemi sinon les communistes et les gaullistes et l’on se souvient de ce que le général de Gaulle pensait d’une grande partie de cette bourgeoisie française et du patronat quand il a employé cette phrase comme un jugement : «  Je n'ai vu aucun de vous à Londres, Messieurs. Ma foi, après tout, vous n'êtes pas en prison ». 

Votre plaidoyer contre Mélenchon Monsieur Roquette, cela sentait la vieille cire ce matin sur France-Inter, celle d’un vieux mobilier où exhale ces vieilles odeurs, celles des haine anti-communiste dès que remonte l’influence de ce qui veulent justement un pays libéré de vos étreintes du profit.

Monsieur Roquette est un libéral dit-il, le libéralisme que l’on connait aujourd’hui dans le monde capitaliste est celui de la pire violence : celle de mettre des peuples à genoux comme le peuple grec.

Alors Monsieur Roquette, vos roquettes finiront dans les combles de l’histoire.

Jusque quand ceux qui luttent et qui sont accusés de violences auront le droit de professer leur idées et de dire ce qu’ils pensent de ces gens qui ont tribunes assurées chaque jour à la radio et à la télévision pour cracher leur venin.

Je ne conteste pas à Monsieur Roquette d’exprimer ses idées malfaisantes pour notre devenir économique mais quand est-ce que France-Inter confiera aussi la possibilité à des progressistes d’éclairer la vie politique de ce pays dans des éditoriaux et notamment les journalistes de l’humanité, jamais invité sur les plateaux de télé et de radio.

 

Bernard LAMIRAND

 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0

Publié le 29 Mai 2012

cial-Eco - le 29 Mai 2012

Thibault : les salariés veulent "des décisions les plus rapides et les plus concrètes"

Le secrétaire générale de la CGT, Bernard Thibault, s’est entretenu ce mardi avec le Premier ministre. Il l’a informé de l'"impatience" des salariés, de leur souhait de mesures "rapides", "qui modifient le quotidien". Le leader de la centrale syndicale s’est affiché plutôt satisfait au sortir de cet entretien.

"On n’est pas mécontents que ce ne soient pas les mêmes interlocuteurs" et "on a même la faiblesse de penser qu'on y est pour quelque chose", a même ajouté Bernard Thibault après sa rencontre avec Jean-Marc Ayrault à Matignon. La CGT avait appelé à faire battre Nicolas Sarkozy. Bernard Thibault a aussi invité le gouvernement à s'appuyer "sur les forces vives qui ont souhaité le changement".
"Déjà sur la méthode, l'ambiance change, c'est déjà important". "Nous avons un gouvernement qui affirme haut et fort sa volonté de dialogue et de concertation avant toute décision. Nous ne pouvons que nous en féliciter (mais) ça ne veut pas dire pour autant que par avance nous allons nous féliciter de toutes ses décisions", a-t-il averti.

Les priorités sociales

"On n'a pas caché l'impatience qu'il y avait chez les salariés d'avoir des décisions les plus rapides et les plus concrètes (...) qui modifient le quotidien", a-t-il déclaré à la presse. "C'est une majorité de salariés qui a contribué au changement", a insisté M. Thibault. Ce premier contact officiel a permis selon lui "un tour d'horizon" des sujets à ses yeux prioritaires: salaires, Smic, obligations des entreprises, mise à plat des aides publiques, rétablissement de l'Allocation équivalent retraite et retour à la retraite à 60 ans pour les salariés ayant commencé à travailler tôt.
Sur le décret en préparation sur les retraites, "la porte n'est pas totalement fermée à une modification du champ d'application" du décret "mais on ne peut pas vous en dire plus aujourd'hui. Le gouvernement nous a entendu", a-t-il dit.

45 000 emplois menacés

Bernard Thibault a confié au Premier ministre une liste de 45000 emplois actuellement menacés dans 46 entreprises en France. Au-delà de "l'urgence de se pencher sur certaines situations", il réclame une loi pour "permettre aux salariés de contrarier la décision des gestionnaires lorsqu'il n'y a pas de bien-fondé économique aux licenciements".
Parmi les entreprises citées figurent le constructeur automobile PSA, le groupe pharmaceutique Sanofi, Carrefour ou Fralib, filiale du géant anglo-néerlandais Unilever que le distributeur de presse Presstalis.

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Repost0

Publié le 29 Mai 2012


TRAVAIL - La confédération la remettra mardi au Premier ministre, Jean-Marc Ayrault ...

Péril sur l'emploi. La CGT remettra mardi au Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, une liste destinée au ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, de 46 entreprises en redressement ou en liquidation, soit près de 45.000 postes menacés en France, a-t-on appris auprès de la CGT.

Ce recensement «des plans sociaux, redressements et liquidations» effectué par les fédérations CGT, dont fait état dimanche Le Journal du Dimanche, «montre que ce que l'on avait craint - c'est-à-dire qu'il y avait des consignes pour ne pas annoncer de plans sociaux avant la présidentielle - se vérifie», a souligné auprès de l'AFP Mohamed Oussedik, en charge de l'industrie à la CGT. La CGT doit être reçue mardi par le Premier ministre, qui a convié successivement tout au long de la journée les leaders des syndicats et du patronat pour fixer l'agenda des réformes sociales. La centrale enverra ensuite au ministre du Redressement productif cette liste, ainsi que ses propositions pour l'emploi, a précisé Mohamed Oussedik.

La liste n'est pas exhaustive

La liste «intègre des PME, mais elle n'est pas exhaustive», relève le secrétaire confédéral, alors que les procédures de sauvegarde prononcées par les tribunaux (redressement ou liquidation) concernent traditionnellement dans leur très grande majorité les micro-entreprises de moins de 10 salariés. Elle«ne prend pas en compte aussi les 35.000 emplois perdus dans le BTP sous forme de départs volontaires et ruptures conventionnelles», précise le secrétaire confédéral en insistant sur cette forme «déguisée» de licenciements que représentent selon lui les ruptures conventionnelles (12% des sorties de CDI, selon les chiffres officiels, le double des licenciements économiques).

Arnaud Montebourg, qui retrouvera dans cette liste un grand nombre d'entreprises aux difficultés connues (PSA, Petroplus, Carrefour, Arcelor, EON France, etc.), planche sur un «plan de reconquête industrielle» qu'il soumettra à Jean-Marc Ayrault «dans les semaines qui viennent», a-t-il annoncé samedi à l'AFP.

La CGT lui fera notamment des propositions pour multiplier par cinq les financements du chômage partiel, renforcer les droits des salariés dans les conseils d'administration, mettre en place un «droit de préemption» à la reprise d'entreprises en difficulté et restructurer l'appareil industriel pour répondre au plan de transition énergétique promis par le président François Hollande.

Avec AFP

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Repost0

Publié le 28 Mai 2012

information de mon camarade Michel gourmel.

 

Dernière minute : 

Afghanistan. L’ISAF(*) lance des confiseries pour les enfants : 51 morts

Info Gérard G. Cela fait une semaine (21/05/12) mais les médias français ont censuré l’info. Extraits.

Dans un tragic accident, un avion appartenant à l’ISAF a par inadvertance ( ! ?) tué 51 (enfants) afghans près de Mazar-i-Sharif ceux-ci attendaient qu’on leur lance des confiseries. 2 avions de l’OTAN Hercules C-130s firent un passage bas au-dessus d’un village de centaines d’enfants hors de la ville.

Environ 1,4 millions de M&M’s devait être lancé via le Système de livraison à conteneurs en un paquet unique d’un poids de 750 kg. En raison d'une défaillance, le parachute ne s’est pas déployé et le conteneur s'est effondré sur le toit d'une école locale à presque 160 km/h.

Au moment de l'impact, le poids des confiseries conjugué à la vitesse a fait éclater les côtés du conteneur à l’extérieur, causant ce que le professeur de physique, le Dr Rosella Schwartz a décrit comme, "essentiellement une mine anti-personnelle à 360 degré pleine de chocolats fléchettes." (fléchettes en français dans le texte).

Par "fléchettes", Schwartz se réfère aux coquilles (obus) de confiserie M&M’s, qui se sont fragmenté et éclaté en entrant dans les organismes des victimes et ont aussi causé des blessures secondaires plus nombreuses et sévères…

"J'ai vu beaucoup de blessures infligées sur des civils par l'artillerie, mais celles-là étaient beaucoup plus mauvaises," a dit Velez, se baissant pour changer les bandages sur une des victimes en indiquant beaucoup des taches bleues, vertes et jaunes.

"Le pire étaient l'arachide des M&Ms. Le chocolat doux a agi comme une couche autour des arachides, facilitant la pénétration de ces choses rondes couvertes de confiseries."

(*) ISAF (Force Internationale d'Assistance et de Sécurité). Traduction M. Gourmel.

Source et suite en anglais : http://www.duffelblog.com/2012/05/isaf-drops-candy-to-afghan-children-kills-51/

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Repost0

Publié le 28 Mai 2012

e8bdbb4b74aa5af0bb173938a4dc6a91.jpgPolémique. Christine Lagarde, elle non plus, ne paie pas d'impôts ! 

Info reprise dans le télégramme de Brest

 

C'est le principe de l'arroseur arrosé. Dans une interview au "Guardian", Christine Lagarde a indiqué que "les Grecs devraient commencer par s'entraider collectivement", en "payant tous leurs impôts". Des propos qui ont entraîné une vive polémique en Europe. Mais, en ce lundi, on apprend que la patronne du FMI ne paie pas d''impôts sur le revenu. Petite explication.

 

Lire également
>
Crise grecque. Mélenchon dénonce les propos "indignes" de Lagarde
Grèce. Levée de boucliers après les propos de Christine Lagarde
Tous nos articles sur Christine Lagarde

L'information fait tache : "protégée" par son statut de fonctionnaire international, Christine Lagarde ne paie pas d'impôts sur le revenu, comme l'a révélé le site Internet "Tout sur les impôts". L'information circule d'autant mieux sur les réseaux sociaux que la patronne du Fonds monétaire international (FMI) a déclenché, en fin de semaine passée, une polémique avec ses propos sur les Grecs et le paiement de leurs impôts. Voici ce qu'elle a, en effet, déclaré au journal britannique "The Guardian" : "Les Grecs devraient commencer par s'entraider collectivement", et ce, en "payant tous leurs impôts". Elle s'est, par ailleurs, dite moins préoccupée par leur sort que par celui des enfants d'Afrique...

Mélenchon réclame sa démission
Des propos qui ont donc été critiqués. On peut, notamment, citer Jean-Luc Mélenchon, ex-candidat du Front de Gauche à la présidentielle : "De quel droit parle-t-elle de cette façon aux Grecs ? Ce sont des propos indignes. S'il y avait une morale politique, Mme Lagarde devrait s'en aller du poste qu'elle occupe".
François Bayrou, président du MoDem, s'en est, lui aussi, pris à l'ex-ministre française de l'Economie en évoquant des "propos extrêmement choquants".

Un salaire de 380.939 € en 2011
Le site "Tout sur les impôts" a donc divulgué que son salaire, qui se serait élevé à 380.939 € en 2011 (dont 57.829 € de frais de représentation), n'était pas soumis à l'impôt sur le revenu, compte tenu de "son statut de fonctionnaire bénéficiaire de revenus issus d'une organisation internationale". Chose confirmée par le site "France Diplomatie".
Et, on vous l'assure, les réseaux sociaux s'en donnent à coeur joie. Petits extraits : "Polémique : Christine Lagarde, elle non plus, ne paie pas d'impôts"; "Faites ce que je dis, pas ce que je fais..."; "Pour les amateurs fiscaux, je rappelle que sur ses 550.000 $ de revenus, Christine Lagarde paie 0 $ d'impôts...". Et cela ne fait que quelques heures que l'information circule...

  • Nathalie André

    Voir les commentaires

    Rédigé par aragon 43

    Repost0