Publié le 9 Août 2012

tf1-lci-nicolas-sarkozy-colonel-kadhafi-lors-visite-libye-jSARKOZY EST DISQUALIFIE POUR CAUSER SUR LES QUESTIONS INTERNATIONALES

Cet amateur de combats, genre jeux PS 3, avec son acolyte Lévy, fait plus de tort à la France que de la mettre à l’honneur dans les questions touchant de près des lieux où il ne faudrait pas grand-chose pour allumer au minimum une déflagration régionale et au pire une nouvelle guerre mondiale dans une zone où les intérêts financiers se nouent avec des intérêts religieux et aussi géopolitiques.

La France doit jouer un rôle majeur pour la paix dans cette région.

Elle ne l’a pas joué avec Sarkozy qui a viré seulement de bord quand il a vu que ses amis Kadhafi, Moubarak, Ben Ali avaient perdu la partie face à leur peuple et cet aventurier, s’est alors mué en défenseur de révolutionnaires, dont on peut dire qu’il n’a pas hésité à y mêler les fanatiques religieux qui se servent des armes qui leur ont été allouées pour mener des opérations de déstabilisations comme par exemple au Mali .

Sarkozy a été battu aux élections présidentielles, pas seulement par rapport à sa politique sociale, à son échec économique, à sa désinvolture présidentielle, mais aussi parce qu’il a mis la France dans les draps de puissances intervenantes pour défendre les intérêts du capital et l’on voit aujourd’hui toutes les conséquences de notre retour dans l’Otan cette force impérialiste.

Cet individu a fait un tort considérable à la France en Afrique au point que notre présence est rejetée partout ainsi qu’au Moyen orient avec l’abandon de la politique française pour reconnaitre l’indépendance du peuple palestinien avec son propre état.

Les armes livrées à des aventuriers en Lybie font aujourd’hui des dégâts comme on vient de le voir au Mali qui s’enfonce dans un conflit ethno-religieux et d’autres pays se trouvent aux abords de guerres civiles déclenchées par les fanatismes religieux.

En plus, cet excité, de quel droit peut-il parler au nom de la France ;  il n’est plus Président de la République, il a mis notre pays dans ce tournis guerrier alors qu’auparavant la France, avec ses accents gaullistes, avait été jusqu’à L’ONU pour refuser l’intervention en Irak.

En plus, ce maquignon de la politique internationale, s’est complu pendant une grande partie de son mandat avec ces dictateurs, que ses amis libéraux avaient mis en place pour tenir cette région pétrolifère et l’on se souvient avec quel faste il avait accueilli Moubarak, Kadhafi et Bachar El Assad.

Il est donc disqualifié pour parler de politique étrangère et il est surement une gêne pour établir une politique de paix dans cette région.

Il veut voler au secours des syriens, dit-il, en réclamant pour ainsi dire une intervention de la France si l’Onu ne le décide pas, c’est rajouter de la violence dans cette région avec tous les risques que cela comporte d’une déflagration régionale ou mondiale même.

La seule façon de mettre fin à ce qui est entrain de devenir une guerre civile et religieuse dans ce pays, alimentée par l’impérialisme, qui a besoin de maitriser plus que jamais cette région pour ses profits, c’est une conférence internationale créant les conditions de la paix et de l’indépendance de tous ces peuples ainsi que du désarmement et la première chose à faire serait de décider de ne plus vendre aucune arme de guerre à tous ces pays et cela concerne évidemment ceux qui en livrent et il y a la France.

La paix doit être organisée par une conférence mondiale et la France doit souffler l’air de la paix et du désarmement dans cette région.

Enfin, Sarkozy ,membre du Conseil constitutionnel n’a pas à intervenir dans la conduite des affaires de la France et s’il persévère, il faut que Debré le vire du Conseil Constitutionnel où si cela n’est pas possible vu son statut d’ancien président de la République, c’est de modifier la constitution en retirant aux anciens président de la république le droit de siéger dans cet organisme qui devrait d’ailleurs disparaitre dans une sixième république.

De Gaulle, même si je l’ai combattu pour sa politique antisociale, a été un homme de principe sur  la politique étrangère de la France et a toujours était du coté d’une France indépendante de l’impérialisme américain que porte Sarkozy. Je suis persuadé que ce bricoleur en matière de politique internationale aurait reçu le pied au cul du grand Charles.

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0

Publié le 8 Août 2012

 humanite2010_logo.gif

Le coup du travail

 


Par Michel Guilloux

Le prix de l'essence à la pompe bat des records. Rassurez-vous, les profits de Total se portent bien. GDF Suez a bien raison de pleurer sur les tarifs du gaz : le groupe n'a mis dans sa besace « que » 2,3 milliards d'euros de profits au premier semestre. Les quelque 600 salariés, chercheurs et techniciens hautement qualifiés toulousains geignent leurs emplois menacés par Sanofi ? Pardi, on ne peut pas engloutir 15 milliards d'euros pour racheter un concurrent américain et garantir l'emploi en France, voire tenir ses promesses : le groupe pharmaceutique avait reçu 300 millions d'euros d'aides publiques pour que son centre participe du futur pôle d'excellence anticancer de Toulouse. Tenez, ça vaut bien un petit bonus de 500 000 euros de stock-options transformées en monnaie sonnante et trébuchante par l'un de ses dirigeants au même moment. EDF, Veolia, on n'en finirait pas d'ajouter à cette liste les noms des entreprises qui grèvent leur bilan de coûteuses opérations financières de raids à l'étranger pour, au final de ce mois d'août, aboutir au résultat que 29 des 31 mastodontes du CAC 40 qui ont publié leurs résultats du seul premier semestre sont bénéficiaires. Malgré la crise ? Ou bien plutôt n'est-ce pas dans ces choix de gestion que se niche l'un des ressorts d'une crise de système qui plonge notre pays et le continent dans la régression sociale et économique ?

Qu'à un bout, Renault grâce au « low cost » et que LVMH, à l'autre, sortent leur épingle du jeu de Monopoly financier est un raccourci des stratégies en œuvre comme de leurs conséquences, qui font exploser les inégalités sociales comme jamais. Des riches toujours plus riches grâce à des pauvres toujours plus pauvres et de plus en plus nombreux en somme. C'est bien cet état de fait insupportable qui grève l'avenir du pays comme des nouvelles générations, qui a pesé pour mettre un terme au chantier de démolition opéré par leur favori à l'élysée jusqu'en mai dernier. Tout comme, à l'opposé, c'est ce qui explique combien les perdants, électoraux, et leurs relais politiques portent un discours de haine et de guerre civile pour que, surtout, surtout rien ne vienne écorner un tant soit peu leurs privilèges de caste d'accapareurs de l'époque contemporaine.

On nous explique que la crise économique serait due, non pas à ces choix mais au « coût » du travail. Ah ! le « coup » du travail comme rideau de fumée à toute réflexion et, plus encore, toute action pour enrayer l'appétit d'actionnaires jamais rassasiés, de banques et de groupes d'affaires obsédés par le rendement immédiat à deux chiffres, de fonds spéculatifs qui mettent en coupe réglée le tissu industriel... Répétons-le autant de fois qu'il le faudra : toutes les statistiques officielles, comme celle de l'institut de l'Union européenne, Eurostat, indiquent que la productivité horaire du travail est supérieure en France à celle de l'Allemagne. Pourtant des usines ferment. Pourtant des emplois sont menacés par milliers à la rentrée. Pourtant les exportations n'ont jamais été aussi faibles. Des salariés pressurés à ceux dont l'outil de travail est sacrifié alors que rentable, en passant par des aides publiques à la recherche détournées de leur objectif : tout fait ventre pour maintenir, voire accroître les marges de profit.

Alors nous prenons date avec vous. Pour contrer les puissances de l'argent roi, le nombre et les idées seront vitaux. Tout cet été, les militants communistes, en diffusant la vignette bon de soutien à l'Humanité, ont l'occasion de multiplier les rencontres pour conforter les exigences de changement exprimées au printemps. Elles trouveront leur pleine expression en septembre à la Fête de l'Humanité qui sera le premier acte de riposte à cette arrogance des puissants.

Des salariés sacrifiés aux aides publiques détournées : tout fait ventre pour maintenir les profits.

 

 


 

 

Tous droits réservés : L'Humanité

Diff. 55 629 ex. (source OJD)

BA9BA39985F0B30DB51C10D04708B1E984258569E53C21C9C21C25E

  

Retour Sommaire

 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0

Publié le 8 Août 2012

800px-Standard_oil_octopus_loc_color.jpgLE CAC 40 VIT TRES BIEN LA CRISE

Et pour cause, c’est lui comme ses semblables anglo-saxons ou allemands qui profitent des conséquences de la crise systémique du capitalisme.

Ils ont allumé l’incendie et comptent l’éteindre en y jetant les droits sociaux par cette arnaque du coût du travail, qui n’est comme le dit l’éditorialiste de l’Humanité, qu’un coup et je dirai un coup de Jarnac.

L’humanité de ce matin nous livre des chiffres dont je n’ai pas besoin de faire de commentaires superflus : ils montrent que les actionnaires du CAC 40 se sont enrichis tout au long de cette crise du capitalisme dont ils sont la cause principale et ils comptent faire table rase de toutes les conquêtes sociales.

Au bout il ne resterait que la terre brûlé auquel Chérèque se contenterait de semer un peu de luzerne.

Un groupe marque particulièrement cette indigestion de profit, c’est Total, qui a enrichi ses actionnaires grâce à un prix du gaz-oil et de l’essence qui vogue vers des sommets toujours plus hauts sans que les pouvoirs politiques s’en offusquent et pour cause ils profitent de la manne par les taxes alors que Total ne paye presque plus d’impôts.

Hollande qu’attends tu pour lui piquer son fric !

Qu’attends ce gouvernement socialiste pour bloquer les prix au niveau le plus bas possible ?

Autre groupe qui n’arrête pas de faire du fric, c’est Sanofi Aventis, lisez l’excellent interview d’une militante de ce groupe pharmaceutique et l’on peut voir que l’enrichissement de ce groupe est celui de la spéculation financière, de la prise d’intérêts dans des groupes étrangers et son expansion dans le monde n’a rien à voir avec une extension de son rôle pharmaceutique pour soigner les gens qui ont besoin de médicaments qu’ils ne trouvent d’ailleurs plus à un prix abordable.

Ce groupe pharmaceutique tire surtout ses profits du prix des médicaments en France et du fait qu’il vit sur le dos des malades et de la Sécurité sociale et de la mutualité.

Ce groupe devrait être nationalisé. Hollande met cela à ton programme à la rentrée et je te propose de l’annoncer lors de la fête de l’Humanité où l’na passé tu n’as même pas daigné te présenter.

Ivorra, dans son article dans l’Humanité, souligne que depuis le déclenchement de la crise, les actionnaires se sont enrichis et les salariés se sont appauvris.

C’est le bilan que l’on peut faire tous, c’est un constat, il faut dépasser le constat.

Tout cela montre qu’il n’y a pas de solutions dans des petits aménagements avec le capital et que celui-ci organise même la crise, sa crise, pour redonner de la vigueur à son taux de profit.

Les dégâts sont là, en France, en Europe, dans le monde : ce système doit être remis en cause et partout l’heure est à exiger que ces grands groupes qui détiennent des outils de production fondamentaux pour répondre aux besoins des populations soient sous le contrôle des états et des peuples surtout.

Les laisser faire, les laisser délocaliser leur production pour payer une main d’œuvre réduite à l’état d’esclavage, les laisser transférer les capitaux indûment pris sur le travail pour faire du profit ailleurs, cela doit être combattu vivement.

Et il faut commencer par tous les bouts possibles et ce matin, toujours dans l’Humanité j’ai apprécié le coup de gueule d’un militant dans la tribune, critiquant l’attitude de la délégation communiste au conseil régional de l’Ile de France, il s’offusque de leur attitude à avoir voter le transfert au Maroc d’un centre d’appel, il a raison, un tel vote est un vote d’acceptation des règles capitalistes et libérales.

Oui il faut se battre en communiste partout où nous sommes si nous voulons que le petit ruisseau de la lutte anticapitaliste grandisse.

Il faudra le faire avec intelligence mais avec fermeté face à des socialistes qui sont entrain de plonger dans l’accompagnement de crise du système et ne réagiront pas s’ils ne sont pas poussés par les grèves et les actions syndicales et politiques.

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0

Publié le 7 Août 2012

Bernard Arnault ( Chiffres parus dans Challenges)

en baisse-0.19%

13.jpg

Que nous dit Challenges sur cet illustre fortuné ?

Fortune :

Rang : 1er

en 2012 : 21 200 M€
en 2011 : 21 240 M€

L’actionnaire principal du leader mondial du luxe en possède 33,5 % à travers plusieurs holdings. Sa fortune a profité de la bonne tenue de l’action LVMH, portée par ses résultats et sa montée au capital d’Hermès, dont le groupe détient plus de 22 %. Bernard Arnault est aussi actionnaire à titre personnel de plusieurs autres sociétés importantes. C’est le cas de Carrefour, dont il possède 9,2 %. Cet investissement a, hélas pour lui, perdu près de la moitié de sa valeur en un an.


J’ai pris ce cas d’un indigent pour que nous nous interrogions tous sur nos milliardaires français qui triment dur pour être leader aux jeux olympiques de la fortune.

Bernard, pour les intimes -nous n’en sommes pas- est très malheureux en ce moment :il passe son temps à s’interroger sur les raisons du recul de sa fortune de moins 0,14 % par rapport à 2011 qui avait été une bonne année.

Certains disent qu’il est allé dépenser ses sous dans les bistrots: vous savez comme ces ouvriers qui sortaient de l’usine complètement déglingués par une longue journée de travail et qui se rendaient à l’estaminet du coin appartenant au tôlier pour dépenser leur paye et ensuite rentrer chez eux et battre leur femme comme disaient les bourgeoises de ce temps là concernant leurs ouvriers.

Bernard n’est pas ce genre, cependant il s’inquiète et pourrait, si cela continue, s’adonner à la boisson ( Moet-Hennessy);  il est encore le premier, mais il s’interroge sur les pertes qu’il a subi à Carrefour. Vous vous rendez compte, cette société a perdu la moitié de sa valeur !

Est-ce que les vendeuses et les caissières coûtent trop cher , ne font rien de leur journée au travail  ? Nenni ! Il les paye au Smic, les fait trimer comme c’est pas possible et les embauche selon les besoins du moment.

Mais voilà, la raison n’est pas là : c’est une autre raison qui fait en sorte que Bernard gagne moins d’argent: c’est que tous ces copains font comme lui : ils rationnent eux aussi leur personnel et ceux-ci calibrent également leurs dépenses au strict minimum.

Bernard est très fâché que ses copains font tout autant que lui.

Bernard devra donc lui aussi se rationner un peu plus et à nouveau trouver le moyen de vendre plus avec moins de personnel, de faire consommer davantage de produits de beauté mais hélas, c’est comme le chien qui se mord la queue et tourne en rond;  pour lui aussi les dépenses sont moindres, les parfums restent dans les étalages à cause des bas salaires.

Alors que faire Bernard !

Dépense tout ton fric, par exemple augmente tes salariés, baisse tes marges, participes à l’effort national de la réduction de la dette.

Moi je verrai que tu donnes au moins la moitié du patrimoine que tu as pompé sur le dos de tes salariés et des consommateurs. Et puis tu tirerai une belle épine du pied à Hollande qui ne sait à quel saint se vouer pour faire payer la petite dime aux riches sans qu’ils rechignent trop.

Tu peux aussi en remettre une partie au Secours populaire pour les vacances des enfants ;  et eux, en signe de reconnaissance, ils t’achèteront des pelles et des râteaux pour leurs journées à la mer.

Et puis, une dernière question Bernard : je me demande bien ce que tu peux faire avec un tel gousset ! Remet le aux pauvres, tu verras, tu iras au ciel pour ta bonne action.

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Actualités

Repost0

Publié le 6 Août 2012

388727 10150497922734474 638444473 8446048 1162070067 nMARIO MONTI S’INQUIETE : TANT MIEUX, C’EST QUE CA BOUGE …

Le Président du conseil italien vient de s’inquiéter concernant les tensions entre les pays européens concernant les politiques économiques de l’Europe avec le risque d’un éclatement de la zone euro.

Que dit-il ? Selon la revue économique « Challenges » : « Il a indiqué avoir évoqué avec la chancelière allemande, la montée dans l'opinion italienne d'un ressentiment à l'égard de l'Allemagne et parfois d'Angela Merkel elle-même, mais aussi de l'Union européenne (UE).

Un aveu de taille, mais qu’il essaye de circonscrire à un ressentiment entre les peuples sur qui paye et  qui reçoit, alors que le ressentiment tend à être contre les politiques d’austérité menées partout en Europe ( une façon de biaiser le problème).

Une chose est certaine, Mario Monti est bien obligé de l’avouer :  les peuples en ont marre de ces décisions qui les frappent de plein fouet qui détruisent les acquis sociaux pour payer les frasques bancaires et les profits exorbitants réalisés par les grandes multinationales et les fonds capitalisés.

L’Union Européenne est considérée comme la responsable de cet appauvrissement des Européens pour favoriser le marché libre et non faussé auquel le peuple français s’est prononcé par référendum contre mais que d’autres peuples en auraient fait autant si le pouvoir de s’exprimer leur avait été donné.

L’Europe dans sa constitutionalité est remise en cause parce qu’elle sert non l’intérêt général mais des intérêts particuliers : ceux de la bourse, des profiteurs et des voleurs que l’Europe libérale et capitaliste couvre et protège.

Les mouvements sociaux font peur et c’est cela qui inquiète Monti dans son pays mais aussi ce qui se passe en Espagne après la Grèce et ce qui va se passer à la rentrée avec cette décision des syndicats des industries Européennes de manifester le 9 octobre dans toute l’Europe pour que s’arrête la casse industrielle.

Les traités signés par les 27 de l’Europe sont des traités qui frappent les peuples, détruisent non seulement leur emploi, leur pouvoir d’achat, leurs accès à la santé et à la retraite mais détruisent pour des dizaines d’années tout espoir de croissance et de progrès pour satisfaire l’appétit des actionnaires.

Il faut exiger des référendums partout pour s’opposer à cette politique d’austérité et en France, le parti communiste, le Front de Gauche plus largement, appelle à ce que par une pétition l’exigence que le peuple se prononce se fasse par référendum.

Hollande, s’était engagé à renégocier ces décisions européennes prises du temps de Sarkozy : il doit respecter sa parole.

Il ne peut considérer que l’ajout de quelques lignes sur un hypothétique croissance réglera le problème : c’est de l’enfumage pur et simple.

L’austérité va jeter des centaines de milliers de personnes au chômage dans notre pays et ailleurs en Europe ; le taux de chômage va atteindre les 10 % dans notre pays et ce gouvernement socialiste ne pourra tenir longtemps la route sur :  « c’est la faute de son prédécesseur ». Il est aux manettes et c’est à cette gauche au pouvoir de prendre des décisions autres que celles de l’austérité et de laisser les grands groupes industriels et financiers licencier des centaines de milliers de salariés pour relancer leur profit et leurs dividendes.

S’il ne fait rien, s’il se contente d’accompagner les décisions patronales, ce gouvernement va au devant de graves vicissitudes et notamment de la montée en masse d’un mécontentement qui ne pourrait profiter alors qu’à la réaction de droite qu’elle soit conservatrice ou extrême.

Il importe donc que le mouvement syndical prenne ses responsabilités et l’heure n’est plus aux ronde de jambes dans les ministères avec les redites des périodes de 81 à 84 où Mauroy expliquait qu’il fallait de  l’accompagnement social face à la réaction patronale de fermer des entreprises importantes : il poussa d’ailleurs les choses à leur extrême en faisant des entreprises nationalisées les lieux de restructuration les plus importants comme la sidérurgie, la navale, la machines outil et aussi l’industrie électronique auquel il ne donna pas les moyen de son évolution.

L’heure  doit être carrément à l’action et aux luttes pour que le Président de la République et son gouvernement élu par le peuple de gauche n’en vienne pas à pratiquer la même politique économique et sociale que ce qu’a pu faire la droite sarkozienne.

La meilleur façon de l’aider, c’est bien de lui donner un coup de pied aux fesses pour qu’il prenne la bonne direction.

Bernard LAMIRAND

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0

Publié le 5 Août 2012

arton3761.jpgRENDEZ LE CANON ET LES ARCHIVES AUX  ALGERIENS

 

Je viens de lire cela sur Google un article du journal algérien l’Expression concernant le canon détenu à Brest par l’Amirauté et que le gouvernement français précédent avait promis de rendre aux algériens.

Il apparait que cette promesse qui devait être tenue pour le cinquantième anniversaire de la libération de L’Indépendance de l’Algérie ne serait pas respectée.

Il est dit : « le ministre français de la Défense, considère que «La Consulaire» fait partie du patrimoine militaire de la marine française. «L'Amirauté est très attachée à ce canon, qui fait partie désormais de l'histoire de la Marine nationale», a prévenu le ministère de la Défense, par la voix d'une conseillère du cabinet de Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, cité par Ouest France ».

J’apprends aussi que cela ne se limite pas à ce canon et que d’autres domaines sont aussi sous le contrôle de la France et notamment, cite ce journal : « les archives détenues par la France et qui, à nos jours, ne sont pas encore «libérées». Même les crânes de Boubaghla, Bouziane et Derkaoui, entre autres, sont conservés au Musée d'histoire naturelle de Paris. Les musées français sont encore en possession de cent cinquante-huit pièces historiques dont les effets personnels du Dey d'Alger ».

Ce canon dit encore le journal Liberté est un symbole  appelé Baba Merzoug, il a défendu Alger pendant plus de deux cents ans, avant d'être pris par les Français en 1830.

Il est inconcevable de voler des œuvres et des symboles d’un pays ainsi que de détenir des cranes de figures algériennes ou autres, qui ne sont que les restes d’un colonialisme dépassé.

Il est temps de restituer à ces peuple anciennement colonisés leurs symboles et on aurait jamais accepté que des conquérants ou des occupants récupèrent ce qui a fait notre histoire comme par exemple Napoléon, pour qui d’ailleurs, je n’ai aucune complaisance vis-à-vis de ce népote sanguinaire.

Alors, aujourd’hui il serait quant même affligeant, qu’après les promesses faites par un gouvernement de droite aux algériens ce soit un gouvernement socialiste qui refuse de rendre à ce peuple son histoire.

Il est vrai, que les socialistes n’ont guère brillé dans les luttes en France pour l’indépendance de l’Algérie et chacun se rappelle Guy Mollet qui, par son comportement politique, a permis le retour de la droite gaulliste en 1958 et cette constitution qui fait qu’aujourd’hui notre peuple est sous le joug d’un régime monarco-présidentiel.

Monsieur Hollande, rendez à tous ces peuples colonisés hier ce qui fait leur identité.

Bernard LAMIRAND

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0

Publié le 3 Août 2012

CA953RKSCAV80HM2CAXAD143CA2Q5M3ECAO9MQ8ZCA5AGZCLCAW3GA2FCAIEUROPE : LE FRIC TOUJOURS LE FRIC POUR LES RAPACES

Ce matin, c’est un article dénonçant ce monde de l’argent roi, pour ceux, bien entendu, qui en disposent et le réglementent en leur faveur.

De voir cet individu, Mario Draghi, menacer les peuples qui ne se conformeraient pas à ses directives, pour que les crédits de la banque centrale européenne s’ouvre, est intolérable.

C’est la dictature du capital sur les peuples.

Cette Europe que l’on nous disait démocratique, rempart contre les guerres d’influence entre pays la composant, n’est qu’un lieu de profit pour ceux qui en ont pris la possession.

Ce Draghi, démarcheur de ces banques d’affaires américaines profiteuses de l’austérité, va jusqu’à édicter les principes sur lesquels les pays en difficultés ne pourront emprunter que si c’est toujours plus d’austérité pour les peuples et en particulier les travailleurs.

L’idée est d’abaisser les salaires partout en Europe.

Certainement pour hausser les dividendes.

Là, on ne parle pas de coût du capital mais bien de coût du travail à réduire pour engendrer les meilleurs profits pour les gros actionnaires.

La crise du système capitaliste engendre donc les solutions les plus réactionnaires de ce système qui entend défendre à tout prix le relèvement de son taux de profit et de s’attaquer à tout ce qui a constitué pendant plus d’un siècle la remise en cause de cette loi générale décrite par Marx et qui consistait à mettre en place des droits salariaux pour le monde du travail et faire payer le plus cher possible, par la lutte, le prix de la force de travail en régime capitaliste.

A nouveau, ce Draghi, ce Dracula de la finance, veut imposer une nouvelle diète à tous les travailleurs et vous avez des politiques -si on peut encore appeler ces gens là des politiques-  qui s’inclinent ou ne disent mot, consentant pour ainsi dire à un retour à l’âge des cavernes sociales en Europe pour contenter le suceur de sang : le capital.

Hollande, celui qui avait fait de la finance son ennemi pendant la campagne électorale a rangé à la panoplie des promesses électorales son coup de gueule anticapitaliste.

Il a même mis son pédalo dans la remise ;  il vogue maintenant dans les embarcations du capital en acceptant le traité Merkozy et en refusant que le peuple se prononce.

Cette Europe n’est plus en guerre avec toutes les destructions et les drames que cela se faisait mais elle est en guerre économique et les peuples trinquent durement les destructions sociales et la misère s’installe partout pour satisfaire la rapacité des actionnaires.

L’argent coule à flot pour eux et ils se partagent le butin pris sur les salaires et les emplois détruits comme on le voit avec Peugeot, Sanofi et bien d’autres.

Ce monde capitaliste vient même parader aux jeux olympiques où l’on voit les gredins du capital voguaient sur la Tamise avec leurs yachts et  dépensaient en une journée ce qu’un travailleur ne gagne pas durant toute sa vie.

Oui, cette Europe n’est pas la nôtre. Elle n’a d’ailleurs jamais été celle du monde du travail.

Elle le révèle encore plus aujourd’hui en frappant le monde du travail et en déniant toute démocratie avec ses experts, ses lobbys, ses hommes liges politiques.

Elle est celle de l’argent sale, l’argent volé par le capital.

Organisons la riposte à la rentrée et faisons en sorte que le 9 octobre, lors de l’action pour le devenir industriel, des millions de salariés, de retraités, de chômeurs agissent contre les menées des détrousseurs de la Communauté Européenne.

Faisons en sorte aussi qu’un vaste mouvement politique de gauche, à l’instar du Front de gauche en France se constitue et renverse ce monde politicien véreux de Bruxelles.

Bernard LAMIRAND

 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0

Publié le 2 Août 2012

LES PROFITEURS DE SUEZ

LA-FLAMME-DU-PROFIT.jpg 

Suez était un groupe industriel franco-belge. C'était un des leaders mondiaux dans les domaines de l'énergie (électricité et gaz) et de l'environnement (eau et propreté). Ce groupe a fusionné en 2008 avec Gaz de France pour donner naissance à GDF SUEZ et à Suez Environnement nous dit wikypédia.

On pourrait discuter longuement sur l’histoire de ce groupe issu d’une des dénationalisations en 1987 sous le gouvernement de Chirac : la Compagnie financière de Suez qui ensuite se regroupera avec la Lyonnaise des eaux  puis avec des intérêts dans les groupes financiers issus de la casse de la sidérurgie Belge et en particulier COKERILL avec le profiteur Albert frères et ses amis canadiens dont le dénommé Desmarais ami de Sarkozy pour arriver sous la gouvernance Sarkozienne à fusionner avec Gaz de France enlevé par les soins de Sarkozy de la sphère nationale.

Depuis ce temps le prix du gaz augmente sans arrêt et les profits aussi.

L’usager paye les profits des Desmarais, Saint-frères ? Arnault .

Un communiqué est tombé hier après-midi indiquant que GDF-Suez va facturer 290 millions d’euros à ses usagers suite à l’annulation par le Conseil d’Etat du gel tarifaire pour la période du 1er octobre 2011 au 1er janvier 2012.

Ainsi, benoitement, après avoir obtenu le feu vert du Conseil d’état ( on se demande de quoi se mêle les crânes d’obus de cet organisme anti-démocratique sur les prix pratiqués), cette entreprise de profiteurs compte bien récupérer ces 295 millions pour les mettre dans l’escarcelle des rentes et dividendes pour les filous du capital qui hantent cette entreprise et pourrissent la vie des honnêtes gens qui paye des factures de gaz et d’eau de plus en plus élevées pour satisfaire leurs dépenses parasitaires.

Les résultats financiers de ce groupe viennent d’être connus : ils montrent à quel point il est plus qu’urgent de nationaliser cette entreprises, sans indemnités et sans parachutes dorés, et la déclaration de son Président Mestrallet qui s’engraisse depuis des années est démonstrative de l’intérêt que ce groupe porte pour les citoyens qu’il dépouille : .

Pour le premier semestre 2012 :

Chiffre d’affaires : 50,5 milliards d’euros (+ 10,6%)

Ebitda : 9,2 milliards d’euros (+ 4,2%)

Résultat net récurrent, part du Groupe1 : 2,5 milliards d’euros (+ 6,0%)

Free cash flow : 4,7 milliards d’euros (+ 5,4%)

Dette nette : 45,1 milliards d’euros

Celui-ci nous dit sans forfanterie : « Le Groupe maintient sa politique de rémunération durable et compétitive de ses actionnaires et confirme un dividende 2012 stable ou en croissance. GDF SUEZ versera le 25 octobre 2012 un acompte sur dividende de 0,83 euro par action au titre de l’exercice 2012 dont la date de détachement est fixée au 25 septembre 2012. Dans le cadre du financement de la transaction de rachat des participations minoritaires d’International Power, les actionnaires de GDF SUEZ auront exceptionnellement la possibilité de recevoir cet acompte sous forme d’actions ».

Son PDG Gérard Mestrallet ne touche t’il un  salaire annuel de 3,3 millions, il pourra payer son gaz sereinement et ne recevra pas un rappel pour difficulté de paiement.

Tous ces individus qui dirigent ces groupes et ont des actions à GDF -SUEZ, ont donc tout intérêt à ce que leur magot grossisse au détriment des usagers qu’ils roulent  pas des prix du gaz toujours plus élevés.

L’Etat détient encore 36 % du capital : il est temps de remettre cette entreprise dans le statut nationalisé et en tous les cas de faire en sorte de bloquer l’application de la décision de Suez GDF de ponctionner les usagers de 295 millions d’Euros.

Il est de plus en plus indispensable de mettre fin à ces pratiques qui permettent à des individus de s’octroyer, de par leur conseil d’administration, le produit des richesses créées.

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Actualités

Repost0

Publié le 1 Août 2012

Biographie de Jean DE LA FONTAINE :
Afficher la version imprimable de la biographie de DE LA FONTAINE Jean  Version imprimable
1401ème
DE LA FONTAINE
1621 - 1695
Découvrez la biographie de Jean DE LA FONTAINE
Score : 368
Fables de La Fontaine Tome Premier
Fables de La Fontaine Tome Second
Fables de La Fontaine Tome Second
La Fontaine : Fables
La Fontaine : Fables
Jean de la Fontaine (Le défi)
Jean de la Fontaine (Le défi)
Artiste, écrivain et Poète (Francais)
Né le 08 juillet 1621
Décédé le 13 avril 1695 (à l'âge de 73 ans)




Jean de La Fontaine est baptisé le 8 juillet 1621 à Château-Thierry. Son acte de baptême est conservé dans sa maison natale , salle XVIIème siècle. Son père, Charles, né en 1594, a le titre de conseiller du roi et maître des eaux et forêts du duché de Château-Thierry. Sa mère, Françoise Pidoux, née en 1582, est d'origine poitevine, veuve d'un premier mari, Louis de Jouy, négociant à Coulommiers. Lorsqu'elle épouse Charles, elle a 36 ans, il est de 12 ans son cadet. Sa fille Anne de Jouy devient la belle-fille de Charles et sera la demi-soeur de Jean. Claude, frère de Jean, naît en 1623, 2 ans après le futur poète. Jean de La Fontaine commence ses études au collège de Château-Thierry, avec son condisciple François Maucroix, ami de toujours. Il les termine vraisemblablement à Paris. Il rentre ensuite à l'Oratoire. "Le 27 avril 1641, M. Jean de La Fontaine, âgé de 20 ans, a été reçu pour les exercices de piété de nos confrères" (Annales de l'Oratoire). N'étant pas fait pour les études religieuses, il quitte l'Oratoire 18 mois plus tard . Plus tard, il s'en souviendra ainsi : "Desmares s'amusait à lire son Saint-Augustin, et moi, mon Astrée".

Il revient à Château-Thierry... Enthousiasmé par les Odes de Malherbe, il"passe ses nuits à apprendre ses vers par coeur et, le jour, il va les déclamer dans les bois". Son père est très heureux des premiers vers écrits par son fils. C'est l'époque aussi des longues promenades dans la campagne, des rencontres avec les bergères, et des aventures galantes avec les jeunes dames de Château-Thierry... Sa mère meurt alors.

Entre 1645 et 1647, Jean de La Fontaine est à Paris où il étudie le droit avec Maucroix et Antoine Furetière. A ce moment, il fréquente une société d'amis jeunes et lettrés avec Tallemant des Réaux (le futur auteur des Historiettes), Paul Pellisson (qui sera secrétaire et ami de Fouquet, puis Académicien...), Patru (avocat et lexicologue), Antoine Rambouillet de La Sablière (qui épousera Marguerite Hessein, la future protectrice de La Fontaine). Cette libre académie de jeunes "palatins" se nomme la "Table ronde".

En 1647, poussé par son père, La Fontaine épouse Marie Héricart baptisée le 26 avril 1633, à la Ferté-Milon : Le contrat de mariage est signé dans cette bourgade proche de Château-Thierry le 10 novembre 1647, chez le notaire Thierry François. La date et le lieu du mariage ne sont pas connus. Marie Héricart est la fille de Louis Héricart, lieutenant civil et criminel du baillage de La Ferté-Milon, et d'Agnès Petit. Jean a 26 ans, Marie un peu plus de 14...C'est une bien jeune femme pour pouvoir être responsable d'un ménage et pour exercer une influence sérieuse sur son mari.

En 1652, Jean de La Fontaine achète une charge de maître particulier des eaux et forêts. Charles, le fils unique du couple naît en 1653, il est baptisé à Château-Thierry le 30 octobre de la même année. Maucroix, l'ami de toujours en est le parrain, rôle qu'il assumera pleinement en contribuant à l' éducation de l'enfant, que Jean de La Fontaine délaisse quelque peu. Mademoiselle de La Fontaine (Les femmes mariées, non nobles, mais bourgeoises étaient appelées ainsi et non "dames") se pique de littérature et fréquente à Château-Thierry une "Académie" de beaux esprits, ou salon littéraire, comme cela était fréquent à l'époque. On ne sait exactement où se tenaient les réunions, peut-être dans la maison même des La Fontaine, mais rien n'est sûr. Une lettre de Jean Racine à La Fontaine, du 4 juillet 1661 évoque cette académie : "...Je fais la même prière à votre Académie de Château-Thierry, surtout à Mlle de La Fontaine. Je ne lui demande aucune grâce pour mes ouvrages..."

C'est en 1654 , que La Fontaine publie, sans signature, son premier ouvrage qui paraîtra en librairie : L'Eunuque, adapté de Térence, comédie en 5 actes et en vers. Sa vocation s'affirme. Tallemant des Réaux, dans ses Historiettes, en 1658, qualifie La Fontaine de "garçon de belles-lettres, qui fait des vers, grand rêveur".

Après la mort du père de La Fontaine en 1658, qui laisse une succession très embrouillée, les deux époux se séparent de biens, d'un commun accord. La Fontaine est vraisemblablement introduit par Jacques Jannart, son oncle par alliance, très proche du jeune couple, auprès de Nicolas Fouquet. La Fontaine offre à Fouquet, surintendant des finances, son poème Adonis, manuscrit, calligraphié par Nicolas Jarry, rehaussé d'un dessin par François Chauveau, le futur illustrateur des Fables. Quelques mois après, en 1659, Fouquet confie à La Fontaine le soin de composer un ouvrage à la gloire de Vaux-le-Vicomte : ainsi naîtra Le Songe de Vaux, que la chute du surintendant laissera inachevé. En outre, Jean s'engage à "donner pension poétique" à Fouquet, payée en madrigaux, ballades, sonnets et autres vers.

Vers 1660, La Fontaine entre en relation avec Jean Racine, son petit-cousin par alliance, de 18 ans son cadet, qui fait à Paris ses débuts poétiques et vient de publier l' ode La Nymphe de la Seine à l'occasion de l'entrée à Paris de Marie-Thérèse d'Espagne, future femme de Louis XIV. D'Uzès, où il restera deux ans, Racine rappelle à La Fontaine le temps où ils se voyaient "tous les jours" (lettre du 11/11/1661)

De 1658 à 1661, le poète habite à Paris, chez Jannart, quai des Grands Augustins, avec sa femme, ou à Château-Thierry pour y exercer ses charges. C'est dans sa ville natale, entre 1659 et 1660 qu'il fait représenter par des amis sa pièce :Les Rieurs du Beau-Richard (Le Beau-Richard est un carrefour où l'on s'assemble pour bavarder à Château-Thierry et commenter la vie locale). A Vaux, La Fontaine retrouve Pellisson, Madeleine de Scudéry, Maucroix, Charles Perrault, Saint-Evremond, il se lie avec Brienne, fréquente les plus grands artistes, des financiers, parmi lesquels le banquier Herwarth.

Le 17 août 1661, Fouquet donne une fête somptueuse en l'honneur du roi accompagné de toute la famille royale. La Fontaine y assiste. Molière y présente pour la première fois Les Fâcheux . La Fontaine en fait une relation dans la Lettre à Maucroix, alors à Rome, chargé de mission par Fouquet . L'envie, la jalousie et le désir d'affirmer le nouveau pouvoir personnel du roi motivent l'arrestation de Fouquet le 5 septembre 1661. Une autre lettre de La Fontaine à Maucroix relate cette arrestation et montre la profonde émotion de La Fontaine. En 1662 l'élégie Aux Nymphes de Vaux où le poète exprime sa peine et son attachement à Fouquet est publiée anonymement.

Pendant toute sa vie, La Fontaine restera fidèle au surintendant, et demande la clémence à Louis XIV dans son Ode au roi. En 1663, l'oncle Jannart, proche de Fouquet est envoyé en exil à Limoges. La Fontaine l'accompagne. Précaution inutile, ou envie de voyager ? Ce sera le plus long voyage de La Fontaine. Nous pouvons le suivre par les "Lettres à sa femme" rédigées au cours de ce voyage. Il décrit, entre autres, la Loire à Orléans, Blois, Amboise, Tours, Poitiers. Ces six lettres ne seront publiées qu'après la mort du poète. De retour à Château-Thierry à la fin de l'année, il fait sa cour à la jeune Marie-Anne Mancini, duchesse de Bouillon, la nouvelle châtelaine. Elle est férue de poésie, espiègle et vive, a un nez retroussé : La Fontaine est conquis ... Ils deviennent très amis. Elle réussit à imposer le poète à toute sa famille, tous reconnaissent son talent. Grâce à l'appui de la duchesse de Bouillon, La Fontaine va obtenir un emploi et s'établir à Paris, où son génie littéraire va s'épanouir.

De 1664 à 1672, La Fontaine est gentilhomme servant au palais du Luxembourg, chez la duchesse douairière d'Orléans. Il habite encore chez l'oncle Jannart, quai des Orfèvres. A cette époque, sa femme retourne définitivement à Château-Thierry. C'est une période d'intense production, même si beaucoup des oeuvres qu'il fait éditer à ce moment sont écrites depuis longtemps. La Fontaine semble fréquenter quelques salons, notamment celui de l'Hôtel de Nevers (emplacement de l'hôtel de la Monnaie) près du Pont-Neuf , dont Mmes de Sévigné et de Lafayette, La Rochefoucauld sont les familiers.

1665 voit paraître la première édition des Contes et Nouvelles en Vers de M. de La Fontaine, chez Barbin. Un deuxième recueil est publié en 1666, un troisième en 1671. C'est un succès. En 1668, les Fables choisies mises en vers par M. de La Fontaine sont éditées chez Barbin associé à Denys Thierry, dédiées au dauphin âgé de 8 ans. Le vers célèbre "Je me sers d'animaux pour instruire les hommes"est inclus dans la dédicace. Ce recueil contient 124 fables, réparties en 6 livres. Les vignettes qui les illustrent sont de François Chauveau. Le recueil reçoit un immense succès. En 1669, Les Amours de Psyché et de Cupidon, poème dédié à la duchesse de Bouillon et Adonis, qui avait été offert à Fouquet en 1658, paraissent chez Barbin. En 1671, La Fontaine abandonne ses charges de maître des eaux et forêts, ne pouvant les racheter au duc de Bouillon. En 1672, La duchesse douairière d'Orléans meurt ; La Fontaine perd sa charge de gentilhomme servant.

En 1672, après la mort de la duchesse douairière, La Fontaine n'a plus d'emploi. L'année suivante, Madame de La Sablière l'accueille chez elle. Il y restera 20 ans, jusqu'à la mort de sa protectrice qui vit séparée de son mari. Dans son hôtel de la rue Neuve-des-Petits-Champs, elle reçoit une société brillante et assez libre. Madame de Sévigné l'appelle assez méchamment "la tourterelle". Iris est le nom que lui réserve La Fontaine dans ses vers. La Fontaine y rencontre des savants, il est passionné par les sujets scientifiques qui sont abordés.

L'année suivante, le succès d' Alceste, opéra de Lulli est compromis par une cabale. Mme de Montespan et sa soeur Mme de Thiange conseillent à Lulli de changer de librettiste et de remplacer Quinault par La Fontaine. Lulli accepte à contrecoeur semble-t-il...La Fontaine travaille quatre mois sur l'opéra Daphné, sans satisfaire Lulli. Il abandonne. C'est l'origine du poème satirique Le Florentin...(rare colère de La Fontaine). La même année, en 1674, paraissent sans privilège ni permission, les Nouveaux Contes de Monsieur de La Fontaine. Ils sont plus licencieux que les précédents et mettent en cause des moines, soeurs.... La vente en est interdite l'année suivante. La Fontaine vend sa maison natale de la rue des Cordeliers à Château-Thierry, à Antoine Pintrel "gentilhomme de la grande vénerie du roi" en 1676. Cela lui permet de s'acquitter de ses dettes.

En 1678 et 1679 paraissent deux nouvelles éditions des fables : L'édition de 1678, ajoute à celle de 1668 les nouveaux livrets qui correspondent aux livres 7 et 8 de nos éditions actuelles. Celle de 1679, les livrets qui correspondent aux livres 9, 10 et 11 des éditions modernes. Ces 87 fables nouvelles sont dédiées à Mme de Montespan, maîtresse du roi, avec des messages concernant les grands problèmes de l'époque.

Vers 1680, Mme de La Sablière, abandonnée par son amant La Fare se consacre à la dévotion et au soin des malades. Elle déménage et loge La Fontaine dans une petite maison proche de la sienne. Poète reconnu, La Fontaine est élu à l'Académie Française en 1684, mais le roi retarde sa réception. Elle sera effective le 2 mai 1684 : La Fontaine occupera le fauteuil N°24, succédant à Colbert. La réception de Boileau a lieu le 1er juillet de la même année. Le roi avait attendu cette élection pour rendre officielle celle de La Fontaine. En 1685 sont édités les Ouvrages de prose et de poésie des sieurs de Maucroix et de La Fontaine.

La Fontaine fréquente à la fin de sa vie les Vendôme, les Conti, Madame Ulrich, personnes à la vie assez dissolue... 1691 voit la représentation de son opéra L'Astrée, mis en musique par Colasse : c'est un échec. En 1693, à la mort de Mme de la Sablière, La Fontaine s'installe chez les d'Hervart, fils et belle-fille du banquier rencontré chez Fouquet. Ils le recevaient déjà depuis quelques années et l'aimaient beaucoup. Cette même année est publié le dernier recueil des fables : c'est le livre XII des éditions actuelles. Il est dédié au duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XIV, alors âgé de 12 ans . La plupart des 29 fables de ce dernier recueil avaient été publiées à partir de 1684, dans le "Mercure Galant" notamment.

En 1692, La Fontaine tombe gravement malade et son confesseur l'Abbé Pouget, qui admire en lui un homme"fort ingénu, fort simple", obtient une abjuration publique de ses contes "infâmes" Il lui fait déchirer sa dernière oeuvre à peine terminée, une comédie. Le 13 avril 1695 : La Fontaine meurt chez les d'Hervart, rue Plâtrière. Il est inhumé au cimetière des Saints-Innocents. Le registre paroissial de Saint-Eustache mentionne le décès et l'inhumation.


Source : www.la-fontaine-ch-thierry.net/.../aine-ch-thierry.net/biographie.htm

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Repost0

Publié le 1 Août 2012

balance-justice-copie-1.jpgLES DENIERS DE LA REPUBLIQUE

Ce matin, un entrefilet dans l’Humanité indique que Madame Alliot Marie, avec son accord, n’aurait plus droit à la protection par le stationnement à son domicile d’un car de CRS et garderait six policiers affectés à sa sécurité personnelle.

On peut bien se demander qui menacerait cette dame ?

Il serait bon de revoir les critères qui déterminent l’aspect sécuritaire des personnalités politiques après avoir quitté leurs responsabilités.

Un car de CRS affecté chaque jour ! De quel droit cette ancienne ministre peut se prévaloir pour accaparer des policiers ?

Certainement d’une pratique de privilèges anciens qui détonnent encore plus quand aujourd’hui on lésine sur le nombre de fonctionnaires pour assurer les services publics qui en manquent.

Cela aussi doit nous interpeller sur tous les avantages que ces gens là bénéficient ( voitures, bureaux, escortes, taxis, avions, hôpitaux militaires) alors qu’ils ont les moyens de se les payer eux-mêmes avec les retraites qu’ils jouissent.

N’ont-ils pas les rémunérations très élevées qui leur permettent de payer et à ce que je sache, ces rémunérations ne sont pas celles du brave retraité où du chômeur encore indemnisé.

Je pense même que les droits qu’ils ont acquis pour leur retraite de ministre devraient comprendre ces dépenses à leurs charges.

De voir cette ex- ministre de l’intérieur, bénéficier d’avantages, comme ceux  en Tunisie qu’elle a joui de la part du dictateur Ben Ali, montre à quel point ces gens là sont servis comme des princes tout en demandant au peuple de se serrer la ceinture.

Quand je pense que du temps de Sarkozy, ces individus traquaient le nombre de fonctionnaires à supprimer et qu’ils étaient les premiers à les utiliser en grand nombre pour leur sécurité personnelle dont on peut se demander vraiment ce qui pouvait les menacer.

Derrière cela, il y a tout ce qui manque pour l’éducation et la prévention et des cars de CRS en moins pour les stars politiques de la bourgeoisie c’est autant de professeurs en plus pour nos enfants.

 

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0