Publié le 26 Septembre 2012

 

 

Un coup de massue aux collectivités locales !

 

Ce n’est pas un secret, nos collectivités territoriales, nos communes, nos communautés de communes, nos départements, nos régions, sont devenues au fil des lois de décentralisation le premier investisseur public dans notre pays. Elles réalisent aujourd’hui près de 70 % de l’investissement public, avec un impact déterminant en terme d’activité et d’emploi dans des secteurs comme le bâtiment et les travaux publics. Ce sont elles qui assurent aussi un haut niveau de service à la population, indispensable au maintien et au développement du tissu économique.

 

Alors que cette réalité économique et sociale est connue de tous, les textes du pacte budgétaire européen (TSCG) entendent imposer la « règle d’or », c’est-à-dire pour tout Etat signataire un niveau de déficit annuel inférieur à 0,5 % du PIB. Cela concerne non seulement le budget de l’État mais aussi ceux des collectivités locales et des administrations de la sécurité sociale.

 

Ainsi, l’article 3 prévoit-il que « les budgets des administrations publiques seront à l’équilibre ou en excédent ». En cas de dérapages, « un mécanisme de correction sera déclenché automatiquement » et des sanctions pourront être prises. En pratique, une police politique composée d’inspecteurs de la Commission, aura pour mission d’intervenir auprès des collectivités récalcitrantes. Et la délation sera de mise : un Etat membre pourra en dénoncer un autre en saisissant la Cour de justice européenne.

 

 Les conséquences du nouveau traité seront donc directes pour les communes rurales et leurs élus qui vivent la réalité des demandes des populations, et essaient d’y répondre au mieux. La main dans le cambouis, ils ne fantasment pas sur le bonheur abstrait d’un exercice budgétaire parfait sans emprunt d’équilibre ! Comment comprendre dès lors un tel choix politique, celui de faire passer en force au Parlement, un carcan budgétaire qui condamne toute dynamique des territoires ?

 

 Les maires de France ont déjà donné. Ils savent combien l’austérité budgétaire imposée ces 5 dernières années a pesé sur leur gestion. Et aujourd’hui, ce n’est autre qu’un contrat d’austérité à durée indéterminée qu’on leur propose avec la ratification du pacte rédigé par Nicolas Sarkozy et Angela Merkel.

 

La réalité est bien celle-là : l’adoption du traité porterait un coup très dur à tous les efforts entrepris au quotidien par les élus locaux pour faire vivre leur territoire, pour servir l’intérêt général des populations.

 

C’est pourquoi nous devons en appeler à leur responsabilité, à leur conscience pour empêcher de faire de l’austérité la seule perspective politique appliquée à nos territoires, enrayant toute perspective de création de richesses nouvelles, indispensables pour l’emploi de demain. N’en déplaise à ceux qui veulent tordre le coup à nos collectivités, et comme le précise dans son communiqué l’Association Nationale des Elus Communistes et Républicains (ANECR), « il n’y aura pas d’issue à la crise sans s’appuyer sur les atouts que représentent les communes, départements, régions au service du développement des capacités de chacune et de chacun… et de la démocratie » ! Il faut refuser ce nouveau coup de massue sur nos collectivités.

 

Chronique publiée dans le journal La Terre. 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0

Publié le 24 Septembre 2012

2012-07-20petition-hq-une-hauteurLE TRAITE EUROPEEN

Un article court : je crois que tout a été dit sur ce traité qui va nous conduire à une régression sans précédent.

Les pages de l’Humanité révèlent à quel point ce traité va appauvrir non seulement la France mais toute l’Europe au profit de ceux qui détiennent les cordons de la bourse et qui, ainsi, vont pouvoir continuer à vivre grassement sur le dos des peuples et surtout du monde du travail qu’ils veulent réduire à l’état de  sujets corvéables à merci.

La décision des verts de ne pas voter ce traité montre à quel point il est rejeté et ne correspond en rien à un devenir pour les peuples, sinon que de permettre aux banquiers et actionnaires de s’en mettre plein les poches.

Les socialistes sont pris dans leurs contradictions et notamment celle de vouloir faire de la croissance et de l’emploi l’acte principal du quinquenat tout en acceptant les décisions de la règle d’or qui frappe les salariés et les retraités et détruisent leurs acquis sociaux ; cela ne peut qu’entrainer inexorablement un appauvrissement général et un chômage massif.

De toute part, à gauche, se lèvent la révolte contre ce traité scélérat, il est encore temps que Hollande et Ayrault fassent machine arrière et décident de demander l’avis du peuple français.

Nous avons besoin d’une gauche qui créée de l’emploi et cela ne peut se faire en faisant payer ce qui n’y sont pour rien dans cette crise du système capitaliste et de laisser tranquille ceux qui en ont profité pendant des années en spéculant et en ne payant pas leur impôts comme tous ces réfugiés fiscaux en Suisse dont on apprend qu’au coté de Johnny Halliday se trouve tous les magnats grecs qui ont mis leur pays à genoux.

Il ne servira à rien aux socialistes de demander à leurs députés de serrer les rangs autour de Hollande et de voter le traité : ce traité n’ira de toute façon pas jusqu’au bout et il sera balayé par les peuples face à la cure d’austérité qu’il enjoint pour de longues années et qui sera rejeté comme un corps étranger.

La manifestation organisée par le Front de Gauche dimanche rassemblera, j’en suis sûr, du monde et elle sera l’étape marquante de notre désapprobation.

Il est encore temps de demander l’avis aux peuples pour une décision qui engage l’avenir de la France et surtout du monde du travail.

Dimanche 30 Septembre à 13H30 soyons tous à la Nation pour manifester.

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0

Publié le 24 Septembre 2012

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0

Publié le 22 Septembre 2012

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0

Publié le 22 Septembre 2012

Traité européen

Quatre organisations syndicales réaffirment leur opposition au texte

Communiqué commun CGT, FSU, Solidaires, UNEF

vendredi 21 septembre 2012

Les organisations CGT, FSU, Solidaires et UNEF réaffirment ensemble leur opposition à la ratification du Traité européen sur la stabilité, la coordination et la gouvernance qu’elles jugent économiquement inefficace et socialement injuste.

Si ce Traité devait être ratifié, il institutionnaliserait de fait l’austérité et enfoncerait les Etats dans une crise durable. Ce Traité pèserait de manière négative sur leurs politiques et leurs programmations budgétaires. Il aurait des conséquences lourdes sur l’emploi, le pouvoir d’achat, les services publics... pour l’ensemble des salariés, des jeunes, des retraités et privés d’emploi, et particulièrement pour les femmes.

Le Traité continuerait et accentuerait la logique des indicateurs absurdes hérités du Pacte de stabilité et de croissance de 1997 (limitation à 3% du déficit et 60% de la dette) sans tenir compte des cycles économiques et de la crise actuelle.

L’austérité n’est pas la solution face à la crise. Il faut sortir de la logique de réduction des dépenses publiques et trouver de nouvelles recettes pour des investissements productifs et socialement utiles. L’alternative à ce TSCG repose donc notamment sur la redistribution des richesses et une réforme fiscale d’ampleur.

A l’opposé de ce Traité, l’Europe a besoin d’une nouvelle politique économique et sociale, créatrice d’emplois de qualité et favorisant le pouvoir d’achat. Une Europe fondée sur la démocratie, les solidarités, la justice sociale et le souci de la transition écologique.

Aucun débat démocratique n’a eu lieu avec les citoyens.

Les organisations CGT, FSU, Solidaires, UNEF demandent aux parlementaires de ne pas voter ce Traité.

Elles poursuivront la campagne, et notamment celle initiée par le Collectif audit citoyen de la dette, pour alerter et mobiliser sur les dangers de ce Traité et porter d’autres alternatives.

Le 21 septembre 2012

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #syndicalisme

Repost0

Publié le 17 Septembre 2012

Communiqué de l’UCR-CGT

 

L’UCR-CGT réfute le rapport et les conclusions

de la Cour des comptes

 

 

Une fois encore, on tente d’opposer la jeunesse de notre pays aux retraités. Et pour ce faire, on rédige un rapport via la Cour des comptes.

Non, les retraités ne sont pas des nantis. Faudrait-il que tous les retraités soient dans la misère ou pauvres, pour que leurs conditions de vie soient décrites avec sincérité ?

L’UCR-CGT dénonce un rapport orienté et non objectif sur la situation des retraités en France et particulièrement la situation des femmes retraitées ou veuves. Le rapport de la Cour des comptes préconise de récupérer 5 milliards sur les 12 dont les retraités bénéficieraient.

 

Que préconise ce rapport :

-        Suppression de l’abattement de 10% sur le revenu déclaré.

-        Suppression de la majoration pour avoir élevé 3 enfants.

-        Suppression « à terme » des ristournes sur la taxe foncière et taxe d’habitation.

-        Augmentation de la CSG pour atteindre le niveau de cotisation des salariés actifs.

-        Suppression des exonérations de cotisations sociales pour les retraités employeurs (ex : emploi d’une aide à domicile).

-        Soumettre les pensions aux cotisations d’assurance maladie.

 

Aujourd’hui, 940 000 personnes sont au minimum vieillesse, plus d’un million vit en dessous du seuil de pauvreté, combien demain avec ces mesures ?

Ces mesures préconisées interviennent après la suppression de la ½ part pour le calcul de l’impôt sur le revenu ou encore le gel des tranches d’impôt qui ont eu comme effet l’augmentation conséquente de l’impôt, ou l’imposition pour des milliers d’autres, alors que dans le même temps, les pensions et retraites n’ont pas subi d’augmentation conséquente depuis des années.

Les réformes successives de 1993, 2003 et 2010 des retraités ont affaibli de façon significative le niveau des pensions et retraites. De cela, le rapport ne parle pas !

 

Ce rapport est dangereux, l’opposition jeunes/retraités est dangereuse !

Faire croire que tout ceci servirait à financer la prise en charge de la dépendance est un mensonge !

Les retraités doivent se faire entendre.

Pour ce faire, le 11 octobre prochain, partout en France et devant l’Assemblée nationale à Paris, l’UCR-CGT appelle les retraités salariés à manifester pour rejeter le rapport de la Cour des comptes, interpeller et exiger un véritable cadre de négociations du Gouvernement sur 3 revendications urgentes :

-        Le pouvoir d’achat.

-        Une véritable loi sur l’aide à l’autonomie dans le cadre de la Sécurité sociale.

-        L’accès aux soins.

 

 

Montreuil, le 17 septembre 2012

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Repost0

Publié le 17 Septembre 2012

LES RETRAITES A LA DIETE ?

Je viens de lire un article dans l’Humanité de ce jour concernant la décisions de la Cour des Comptes de ponctionner les retraités en revenant sur les avantages fiscaux dont bénéficient les salariés retraités à partir de leurs revenus de pensionnés.

Plusieurs pistes sont envisagés chez les crânes d’obus de la Cour des Comptes dont la suppression de l’abattement de 10 % pour frais professionnels, la fin des majorations de pension pour les parents de trois enfants et une augmentation du taux de la CSG ( il est indiqué pour la CSG que les plus pauvres bénéficieraient d’une exonération de la CSG ou du taux de 3,8% mais l’autre moitié , celle aux revenus plus élevés, verrait son taux passer de 6,6% à 7,5 % ).

La ministre des affaires sociales déclarant, je cite : «  Les retraités ne sont pas intouchables ».

Tout cela démontre que ce gouvernement préfère prendre dans la poche des retraités plutôt que dans celle des actionnaires.

Quand on y regarde de plus près, après la demi-part* aux veuves-veufs-divorcé-séparé, enlevée par la droite, auquelle le gouvernement socialiste ne propose pas sa disparition et l’amenuisement des pensions et retraités par rapport au coût de la vie, c’est donc à nouveau l’idée de s’en prendre à ceux qui ont toute leur vie travaillé pour créer des richesses et développer notre pays qui sont la cible préféré de cette cour des comptes qui ne sait que voir que la réduction des salaires et des retraites.

L’attaque est d’autant plus sérieuse que la masse des retraités nouveaux, qui arrivent, ont des retraites minorées du fait des périodes de non cotisations à cause du chômage non indemnisés et des baisses de salaires dû à toutes les formes de précarité qu’ils ont eu à subir durant leur carrière.

La décision de faire du 11 Octobre une grande journée de lutte des retraités est importante pour montrer que les retraités ne sont pas plus prêts à se faire tondre par un gouvernement socialiste que par un gouvernement de droite.

Les experts  dirigés par  un président socialiste de la Cour des comptes ont trouvé l’astuce de s’en prendre aux retraités pour faire rentrer de l’argent pour payer la dette des spéculateurs et ils ne leur est pas venu l’idée de tailler dans les dividendes distribués qui rapporteraient certainement beaucoup plus que de toucher aux revenus des retraités.

Ce ne sont pas les revenus du travail qu’il faut toucher mais bien les revenus du capital.

Avis à ce gouvernement.

Pas touche aux retraités.

Bernard LAMIRAND

 

 

*Jusqu’au 31/12/2008, toutes les personnes concernées bénéficiaient d’1/2 part supplémentaire. La loi des Finances dispose que les revenus de 2009 et suivants ne bénéficieront plus de cette1/2 part, sauf si l’enfant a été élevé seul par les intéressés pendant au minimum 5 ans. Pour toutes les personnes ayant cette 1/2 part avant 2009, l’imposition supplémentaire sera échelonnée par tiers jusqu’en 2012.

 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Actualités

Repost0

Publié le 12 Septembre 2012

NATIONALISONS LE GAZ

 

GDF- SUEZ vient de demander l’augmentation du gaz de 7 %.

Je ne reviens pas sur les précédents blogs où j’ai déjà dit tout le mal que je pensais de ces augmentations qui finissent dans la poche des actionnaires.

Dernièrement le Conseil d’état a annulé le gel d’une augmentation précédente que les usagers devront rembourser en 2 ans.

On peut se demander ce que valent ces décisions d’experts « étatifiés »qui fondent leur argumentation sur la concurrence libre et non faussée imposée par la constitution européenne, car il s’agit de cela en  laissant ces profiteurs décider des tarifs.

A cette allure là, le prix du gaz ne va pas cesser de progresser vers des sommets car la marge se fait en fonction du prix du pétrole et non du gaz et de la soif de profit des actionnaires.

Mais qui en profite ?

Tout simplement ce groupe GDF-Suez issu d’un regroupement du groupe Suez et de GDF anciennement partie intégrante d’EDF et privatisée par Sarkozy pour satisfaire son ami Belge, Le milliardaire Frère qui a ainsi avalé l’entreprise nationale Gaz de France.

Nous pouvons voir aujourd’hui les dégâts de cette privatisation puisque cette entreprise appartenant à des gros actionnaires privés  est devenue un des groupes les plus profitables du CAC 40.

Les institutions de consommateurs ont raison de protester contre ces hausses abusives mais ils devraient aussi relever que ces hausses n’auraient pas eu lieu à la même grandeur si GDF serait resté dans le giron d’EDF-GDF.

Nous pouvons voir le résultat de ces privatisations qui ne s’imposaient nullement et qui ont été dictées pour répondre aux besoins de profits extra en pouvant jouer sur les tarifs.

Cela peut paraître iconoclaste mais je pense qu’il faut que le pays reprend la maitrise totale de son énergie et le soustrait des griffes des voyous de la finance qui frétillent dans l’espoir de ramasser toujours plus de dividendes avec la spéculation sur les énergies.

Nous sommes en tout début d’automne et des gens modestes se demandent comment ils pourront payer ces hausses injustifiées économiquement et socialement.

Le gouvernement ne peut se défausser sur le conseil d’état et il doit prendre ses responsabilités de refuser ces hausses. Il ne faut pas hésiter à modifier la législation et il me paraitrait judicieux de revenir sur cette privatisation de GDF et je pense même qu’il faut aller plus loin en créant une grande entreprise nationale de l’énergie en y intégrant Total qui n’en finit pas de se lécher les babines sur le dos des usagers automobilistes.

Là aussi des luttes s’imposeront avec les usagers pour que ce gouvernement dit de gauche emprunte une autre voie que celle de baisser pavillon devant les milliardaires comme c’est le cas actuellement.

Bernard LAMIRAND

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0

Publié le 11 Septembre 2012

800px-Standard_oil_octopus_loc_color.jpgSTIGLITZ DIT LES CHOSES

 

Ce jour, dans l’humanité, quel superbe entretien entre les journalistes de l’Humanité (merci Pierre et Clotilde) et Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie et ancien directeur de la banque mondiale.

Je conseille à tous mes lecteurs de se procurer l’Humanité et de la garder, car c’est un entretien exceptionnel d’un des plus grands économistes mais aussi par la densité de ses réponses à la crise du système capitaliste.

Je ne me permettrais pas de faire l’analyse de son diagnostic mais simplement d’en reprendre quelques données utiles pour le combat idéologique à mener en ce moment face à ce traité austéritaire européen et à  son application dans tous les pays de l’Europe.

Une question m’a particulièrement fait réfléchir celle qui dit ceci : Comment expliquer l’acharnement à imposer des politiques d’austérité un peu partout, alors qu’elles sont injustifiables économiquement ?

Il répond ceci : « C’est pour moi un véritable mystère. Nous avons expérimenté de telles politiques d’austérité des dizaines de fois  et, à chaque fois, cela a été un échec ». Et il cite : « En 1929, cela  a été le cas avec le président des Etats-Unis Herbert Hoover, qui a transformé l’effondrement de la bourse  en grande dépression. Plus récemment le FMI a fait pareil dans le sud-est asiatique et en Argentine, et cela a été un désastre. La plupart des pays européens qui ont engagé des politiques d’austérité sont maintenant en récession ; l’Espagne, la Grèce sont en dépression. Compte tenu de toutes ces expériences  la possibilité  pour les politiques d’austérité de réussir parait minime. La plus forte probabilité  est que l’économie cesse de croître, les recettes fiscales cessent d’augmenter, les dépenses sociales et le chômage  continuent de croître et que, au final, les améliorations budgétaires espérées ne soient pas au rendez-vous.

Rien que par ces affirmations de Joseph Stiglitz, le verdict est clair : l’Europe est entrain de s’enfoncer dans une crise durable et celle-ci sera payée chèrement par le monde du travail.

Il faut vraiment tout faire pour que ce traité ne soit pas voté et qu’une réelle renégociation ait lieu pour mettre en place une autre alternative progressiste.

Je plaide pour qu’en même temps s’engage des luttes contre toutes les mesures austéritaire qui viendront de ce traité et qu’Hollande nous demande d’en accepter le contenu pendant 2ans. Que tout soit fait pour expliquer aux travailleurs le guêpier dans lequel est entrain de se fourrer Hollande et sa bande de libéraux.

J’aime aussi cette formule de Stiglitz :  les dirigeants européens disent: « il faut restaurer la confiance », mais ils ne comprennent pas que le problème sous-jacent, auquel l’Europe fait face, c’est qu’eux-mêmes torpillent la confiance.

Quel jugement envers  ces sorciers, qui nous conduisent aux désastres et nous aurions pu espérer qu’Hollande ne sombrent pas avec le radeau de la méduse Sarkozienne et c’est malheureusement ce qui risque de se passer avec une droite qui lui demande chaque jour d’aller encore plus loin dans le trou des immondices capitalistes.

Joseph Stiglitz vient de sortir un nouveau livre : Le prix de l’inégalité, c’est un ouvrage à lire et à faire connaître.

La bataille contre l’austérité viendra des luttes mais aussi d’une analyse serrée de la crise et des contradictions qui sont au cœur de celle-ci y compris, parmi les élites,comme Stiglitz, qui nous fait le procès d’un système libéral destructeur de vie et d’humanité.

Je viens d’apprendre que Citroën Aulnay sera fermé et que l’étude des experts du système libéral commandé par le gouvernement le précise et annonce une forte restructuration au sein du groupe.

Bravo Montebourg, ton coup de gueule n’était qu’un simulacre….

Oui, la lutte partout et le plus vite possible.

Le 9 Octobre allons-y.

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0

Publié le 10 Septembre 2012

arton2032-18c13.jpgHOLLANDE A CHOISI

Hier je titrai mon article : « Choix cornélien » avec un point d’interrogation.

L’intervention du Président de la république, à TFI chaine privée (tout un programme) clos l’interrogation.

Hollande a choisi l’austérité pour les travailleurs et le redressement des profits pour la finance.

2 ans à la dure nous promet t’il et après …

La mesure la plus grave concerne ce qu’il appelle la fluidité de l’emploi pour permettre aux entreprises et aux salariés de vivre en sécurité dans une sorte de donnant donnant, qui est un donnant perdant pour les travailleurs comme le dit si bien Maryse Dumas de la CGT dans un interview à l’Humanité ce matin.

Ainsi, pour une compétitivité pour plus de profit les travailleurs et les retraités devront  se faire la ceinture et surtout le travail sera réglementé à la sauce patronale avec ce que l’on peut appeler la flexsécurité.

Nul doute que l’employeur sera sécurisé dans sa quête de profit et dans sa stratégie de faire de l’emploi un variable d’ajustement défaisant toutes les sécurités existantes dans les conventions collectives sur les licenciements et l’embauche.

L’autre point important concerne le coût du travail et Hollande vient d’acquiescer à l’idée d’en finir avec la cotisation sociale en admettant qu’il faut trouver autre chose pour réduire les coûts de l’entreprise par l’augmentation de la CSG.

Chacun peut se rapporter à mon article Cotisations sociales ou CSG où je démontre l’arnaque pour les travailleurs et les retraités.

Enfin que dire de la  magnanimité en direction de ce patron milliardaire qu’est Bernard Arnaud prêt à expatrier le fric qu’il a amassé par l’exploitation et il eut plus de compassion vis-à-vis de ces capitalistes qu’envers les travailleurs d’Aulnay.

Il a choisi l’austérité et cela nous met donc en position de lutte contre toutes ces mesures qui auront incontestablement un coté appauvrissement des salariés et des retraités et enrichissement des riches sur qui les quelques mesures prises n’affecteront pas grandement leur porte feuille.

Oui, maintenant place à l’action.

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0