SARKOZY ET CO BALLADE EN USINE

Publié le 21 Janvier 2012

article_photo_1238495037508-1-0.jpgOPERATIONS PORTES OUVERTES SUR L’INDUSTRIE : SARKOZY - VISITE INTERESSEE
Depuis quelques jours se multiplient les annonces de fermetures d’entreprises et les licenciements massifs dans certains groupes industriels et financiers.
Avec les plus en vue comme Still-Saxby, Fralib, Azéo d'Alizay, Les sites PSA  Peugeot Citroën de Sochaux (Doubs), Aulnay et Rennes (Ille-et-Vilaine) par les 1 900 suppressions de postes programmées en 2012, Sea France à Calais, Pétro plus à Petite couronne, Cofinoga filiale à parts égales de BNP Paribas et des Galeries Lafayette  etc.
C’est pourtant le moment où certains redécouvrent la nécessité de produire français ou d’acheter français, d’autres parlent de relance de l’industrie en France.
L’hypocrisie ou l’oubli le temps des élections règnent en maitre.
Les plus en verve pour annoncer un retour de l’industrie sont en effet ceux qui l’ont détruite dans les années de plomb du giscardisme ou après dans les années Mitterrand qui proclamait « qu’on avait tout essayé »  jusqu’à Jospin qui nous disait, face à la bataille contre les licenciements boursiers  « que l’on y pouvait rien ».
Le pire est arrivé ensuite avec Chirac puis Sarkozy qui a enfumé avec son « travailler plus pour gagner plus » qui se termine en ce moment en « Bérézina sur l’emploi et les salaires ».
C’est sur une Europe du capital que s’est bâtie cette théorie libérale qui a permis de mettre à bas nos industries et chacun peut se rappeler que la droite française mais aussi le parti socialiste se sont unis pour cette Europe du marché libre et non faussé qui fait tant de mal à l’emploi et à l’industrie.
Les mesures qui viennent d’être prise pour faire face à la crise systémique d’un capitalisme incapable de relancer l’emploi, parce qu’il a choisi délibérément de le sacrifier pour redresser le taux de profit, entrainent aujourd’hui des suppressions d’emplois en cascades et seul une vraie politique de gauche préconisant la relance par les salaires et l’emploi peut nous sortir de ce marasme mortifère.
L’échéance politique des présidentielles apparaissant périlleuse, incontrôlable, certains patrons anticipent et préfèrent tenir plutôt que courir, d’où actuellement cette marée montante  de fermetures d’entreprises et de suppressions d’emplois.
La CGT a eu raison de qualifier le sommet dit social d’Arnaque, les mesures que prendra Sarkozy ne visent qu’à assurer la prédominance de l’argent roi contre les acquis sociaux.
Les visites d’usines de ceux qui ont plombés l’industrie sont grossières, les Hollande, Bayrou, Sarkozy,  portent la responsabilité des casses industrielles qui ont conduit notre pays à être sur le point de devenir un nain industriel.
Seul le PCF a porté l’industrie et la porte aujourd’hui avec le Front de Gauche.
Quand à la fée carabosse, sa baguette magique n’est qu’un nouvel attrape-nigaud, cette dame de fer (Nouvelle Thatcher) n’est aucunement porté vers l’emploi, le devenir industriel, elle y va même à l’encontre quand elle exige la fin de la retraite à 60 ans qui pourrait libérer de nombreux postes de travail pour les jeunes.
Elle ne dit pas un mot sur les salaires, ne prétend  à aucun droit nouveau pour les salariés, ne souhaite pas le rétablissement de la retraite à 60 ans : elle n’amène rien, tout compte fait, aux employés et ouvriers.
Elle est un article « farces et attrapes » pour tous les gogos qui se feront ferrer par cette pimbêche.
La fille Le Pen ordonne « une retraite à la carte », c’est la plus vaste escroquerie qui pourrait arriver  pour les ouvriers et l’ensemble des travailleurs et au bout c’est la mort de notre système de retraite tant envié dans le monde.  Rien non plus sur le SMIC et l’augmentation des salaires. Aucune proposition sur une autre répartition des richesses produite, le seule chose que met en avant la fée carabosse Le Pen, c’est de s’en prendre à l’immigré, celui qui construit nos logements, vide nos poubelles, fait les boulots les plus ingrats pour des payes les plus basses, ou encore les fonctionnaires accusés de fainéantise.
 Qui proteste contre les grèves sinon cette organisation .
Elle ne parle pas de l’impôt sur la fortune et sur les successions et elle préfère s’en arrêter à un impôt unique dont on sait qu’il favorisera les hauts revenus.
Oui, ne nous faisons pas rouler par cette grue et aussi par tous les personnages qui actuellement font le tour des entreprises pour récupérer des voix alors qu’ils n’ont jamais levé le petit doigt contre les délocalisations, les suppressions d’emplois, les déremboursements de la sécurité sociale, les privatisations etc.
Mélenchon est le seul à ne pas faire partie de ce concert des faux-culs, ses prises de positions contre la constitution européenne lui donne une vraie crédibilité dans ses propositions pour qu’enfin notre pays reparte du bon pied, notamment par une vraie reconstruction industrielle favorisant la croissance et l’emploi.
Les communistes ont fait le choix de sa candidature, il porte nos propositions, il peut aussi rassembler largement pour qu’enfin une vraie alternative de gauche débouche de ces élections présidentielles et législatives.
Bernard LAMIRAND

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article