REPONSE LAIQUE A UN CARDINAL RETROGRADE

Publié le 16 Août 2012

REPONSE LAIQUE A UN CARDINAL RETROGRADE

Par une prière lue dans tous les diocèses et signé par le Cardinal André 23, l’église sort de sa mission évangélique pour prendre position sur les problèmes de sociétés qui regardent pas seulement ceux qui croient mais aussi les athées, agnostiques, matérialistes etc.

Allons-nous retrouver cette vieille église réactionnaire, celle de l’alliance du sabre et du goupillon ?

Le 15 août est la fête de l’assomption, celle de la mère de Jésus élevée au ciel selon la catéchèse de l’église catholique et apostolique, c’est la date choisie par ce cardinal pour intervenir sur des sujets qui sont de mon avis, temporels.

C’est le lien marial hétérosexuel qui doit faire force de lois canoniques et civiles.

Pour les croyants qui vivent leur foi autrement que celle du culte mariale, cette prière est mal acceptée car elle vient prendre position sur des problèmes de la vie sociétale et politique auxquels ils participent.

Pour les citoyens que nous sommes tous, croyants ou incroyants, on peut légitimement s’interroger sur cette prière de l’assomption qui nous ramène à des cultes datant des vœux prononcés par Louis XIII plaçant la France sous le patronage de la vierge Marie.

Nous n’en sommes plus là Monsieur le Cardinal. La laïcité est notre loi à toutes et tous.

Nous pouvons nous rendre compte que les religions ( le respect de la croyance n’est pas en cause) cherchent à sortir de ce qui avait été convenu pour notre pays à travers la laïcité, c'est-à-dire le principe de séparation, dans l’état, de la société civile et de la société religieuse. La laïcité est aussi le caractère des institutions, publiques ou privées, qui, selon ce principe, sont indépendantes du clergé et des Églises ; l'impartialité, ou la neutralité de l'État à l'égard des Églises et de toute confession religieuse.

Le droit de décider de la façon de vivre en famille ou pas, marié, célibataire, divorcé, pacsé, union libre, couples homosexuels ou hétérosexuels, sont des droits de décider de sa façon de vivre en société et dépasse les directives de quelques religion que ce soit énoncées tout au long des siècles et que l’église catholique a elle-même fait évoluer en fonction des sciences et des techniques.

Au moment où les représentants du peuple sont prêts à légiférer, cette prière a plus qu’une portée à l’intérieur de l’Eglise puisqu’en faisant pression, elle veut interdire aussi bien à des croyants qu’à des non croyants de choisir leur façon de vivre et d’avoir des enfants dans les formes d’union qu’ils ont choisis.

L’Eglise catholique en prenant cette initiative se place sur le terrain de la réaction.

Hormis cela, il est inquiétant de constater cette remontée d’obscurantisme dans la société à travers un radicalisme religieux ramenant par exemple la femme à la maison et uniquement procréatrice et appendice de l’homme.

Le retour de la Charia en est aussi un exemple.

Ces phénomènes ne sont pas indépendants de la crise que le système capitaliste subit en ce moment et l’on peut se demander, si cela n’est pas une façon pour le capital de se servir des religions monothéistes pour mieux préserver sa domination en offrant aux peuples, non du pain et de jeux, mais des nouveaux croisés détournant les peuples de la paix et les ramenant dans les ténèbres conceptuelles.

Les déclenchements de conflits intra-religieux actuellement, les feux allumés de guerre entre factions religieuses offrent au capital le moyen de brouiller les cartes pour continuer à imposer sa domination économique et idéologique dans le monde.

Bernard LAMIRAND

 

 

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Actualités

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article