PCF : POUR UNE DECISION NATIONALE DE LISTES " FRONT DE GAUCHE" ELARGIES AU PREMIER TOUR DES REGIONALES

Publié le 17 Octobre 2009

POUR UN FRONT DE GAUCHE ELARGI AU PREMIER TOUR DES REGIONALES PARTOUT EN FRANCE

 

 

Dans quelques jours, le conseil National PCF va prendre position concernant les régionales.

Notre crédibilité est en jeu et toute position mi-figue mi raisin serait d’un effet déplorable sur la dynamique et la mobilisation de l’électorat communiste.

Il faut être clair et ne pas être incohérent avec notre démarche initiée lors des Européennes dont chacun a salué l’avancée et le fait que l’identité communiste n’avait pas été bradée aux quatre vents avec l’élection de Jacky Hénin..

Il s’agit de se présenter au premier tour dans le cadre d’un front de gauche élargi à des progressistes, des associatifs, des syndicalistes.

Je suis donc opposé à toutes formules tarabiscotées nous amenant à une stratégie à géométrie variable.

Déjà des sections se prononcent dans ce sens comme celle dans l’Oise de Clermont- Liancourt *et de nombreux communistes sont pour des listes départementales en Picardie qui mènent campagne en ce sens. Il faut tendre la main disent nos camarades de Clermont-Liancourt ; je partage.

Dans cette région picarde, où le PCF, avec des hommes et de femmes de progrès, avait réalisé avec Maxime Gremetz, député,  le meilleur score aux précédentes élections régionales, il faut un accord large et unitaire avec une candidature tête de liste communiste.

Cela sous-entend qu’il faut cesser ces batailles internes et travailler ensemble à l’édification d’un programme régional.

La conférence régionale doit être l’occasion d’un grand débat démocratique permettant une telle approche.

Il s’agit surtout, dans ses travaux, d’indiquer sur quel programme on compte diriger cette région et dans quelles conditions envisager une alliance avec les socialistes et les verts au second tour.

En aucun cas les communistes picards ne peuvent accepter un accommodement avec le Modem et ainsi mettre en place une union sacrée avec une partie de la droite dans cette région comme ailleurs dans toute la France.

Je dis cela pour qu’il ne soit plus possible de voir les errements précédents qui ont entrainé les communistes à se séparer en plusieurs groupes (ce qui a permis au président socialiste d’appliquer la célèbre devise : diviser pour régner). L’apport communiste doit être clair et précis pour un programme régional se sortant des ornières de gestion sociale-libérale pour adopter un projet progressiste.

La démocratie doit être la pierre angulaire de notre mode de vie interne, ce critère de démocratie régionale doit être inscrit comme un engagement de tous et surtout des socialistes pour se sortir d’une gestion  d’un présidentialisme dominateur.

De même, il s’agit de définir une politique claire en matière de fiscalité et de financements.

L’emploi et la formation professionnelle doivent être au cœur de notre démarche, ces responsabilités ne peuvent souffrir de pesanteurs et de pressions venant d’une politique d’accompagnement du libéralisme comme cela  fut le cas sous la bannière de Gewerc.

Les élues de gauche devront clairement s’opposer à ce capitalisme destructeur par des mesures concrètes et pas seulement des vœux vite oubliés.

Les aides financières doivent aller à la recherche et à l’investissement créateur d’emploi avec des conditions sociales précises. Un pôle bancaire doit être mis en place et toutes subventions et aides doivent concourir autant au développement industriel qu’à celui de l’emploi.

Il faut en finir avec le chantage capitaliste : « je maintien des emplois à condition que vous les financez ».

Aucune aide ne doit être accordée à des groupes qui font des profits et se servent de ces fonds pour licencier et délocaliser leur production.

L’accent doit être mis sur les usagers et en particulier dans les transports.

D’autres questions doivent être traitées et j’aimerai que l’environnement et en particulier l’eau soit une priorité.

Enfin, une charte doit définir toutes les conditions d’aides financières aux entreprises avec une commission particulière regroupant les principaux acteurs du monde économique et social et en particulier avec un avis décisif de la part des syndicats de salariés.

Un contrat de gouvernance régionale devrait s’appuyer sur la démocratie et ne pas hésiter à demander l’avis des picards sur telle ou telle décision à prendre.

La délégation de pouvoir et un président tout-puissant devraient être proscrit.

Concernant les communistes, des instances démocratiques régionales doivent être mis en place et des collectifs traitant les prérogatives régionales doivent fonctionner en bonne collaboration avec les élus.

Je souhaite donc que dans la Picardie, des listes front de gauche se présentent au premier tour et qu’elle regroupe toutes les forces de progrès décidées à travailler ensemble pour gérer cette région.

Une telle dynamique dans la région picarde serait de nature à mobiliser tous les communistes et une incitation à ce qu’au niveau national, le PCF se détermine pour des listes fronts de gauche au premier tour dans toutes les régions.

 

Bernard LAMIRAND

 

* Section de Clermont-Liancourt :

Régionales : Appel pour une liste unitaire de large rassemblement au 1er tour, présentée par le front de gauche avec une tête de liste PCF.

En 2004 aux élections régionales, les militants du PCF ont décidés démocratiquement de présenter une liste communiste de large rassemblement. Cette liste a rassemblée 10,86% au 1er tour, le score le plus élevé réalisé par les communistes sur l’ensemble du territoire national. Ce succès était le fruit du travail des communistes de Picardie qui, à travers leur combat quotidien, ont fait la démonstration de l’efficacité de leur action.

Nous sommes convaincus qu’un tel succès peut-être réitéré lors des élections régionales de 2010. Toutefois, cela n’est envisageable qu’à une condition : que tous les communistes de Picardie, sans exclusive, s’unissent autour d’un projet faisant la démonstration à travers des propositions concrètes et immédiatement applicables qu’il est possible, même à l’échelon régional, de combattre le capitalisme et d’être un rempart face à la politique gouvernementale. D’autant que la déception est grande face aux renoncements de la majorité sortante qui s’est pour l’essentiel, contentée d’accompagner une crise du système libéral qui frappe notre région avec une immense violence.

C’est la raison pour laquelle nous appelons tous ceux qui, comme nous, sont déterminés à ce que une liste de large rassemblement conduite par un(e) communiste soit présente au 1er tour des élections régionales en 2010 en Picardie à se mobiliser pour que, le 14 novembre prochain à l’occasion de la réunion des instances régionales du PCF, prévale la seule orientation utile : le rassemblement unitaire de tous les communistes de Picardie.

Unité des communistes, main tendue à tous les progressistes, mobilisation générale avec une liste de combat à gauche, présentée par le front de gauche avec une tête de liste communiste, tel est notre engagement, telle est notre détermination pour les prochaines élections régionales

Texte adopté à l’unanimité et après débat par la section de Clermont-Liancourt

 

 

 

Rédigé par aragon 43

Publié dans #communisme

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article