MURS

Publié le 1 Novembre 2009

MURS

Depuis quelques jours, dans tous les médias, l'évocation du trentième anniversaire de la chute du mur de Berlin bat son plein.

Il n'est pas dans mes intentions de justifier cette "connerie" stalinienne qui a fait un tort immense à cette belle idée du communisme.

Mais cet commémoration n'est pas innocente et n'a rien à voir avec un examen historique rigoureux.

Les habituels dénégateurs du communisme se déchainent et les tenants du capitalisme, en pleine difficultés en ce moment, tentent de montrer qu'en dehors d'eux point de salut.

D'ailleurs en fait-on autant pour d'autres événements qui ont marqués le monde, j'aimerai bien voir, en France, commémorer la fin du colonialisme, les exactions commises, le racisme, pendant des semaines et avec des émissions spéciales consacrées à cela.

Mais pour certains il n'y a qu'un mur: celui de Berlin et de la chute qui a suivie, celle de l'Union soviétique.

Nos zélés défenseurs des libertés ne se font guère de soucis sur d'autres murs qui se construisent un peu partout dans ce monde de l'inégalité.

Mur de l'argent: nous venons d'en voir une preuve avec la crise du système et la digue d'argent que les états capitalistes ont constitués pour défendre les rentiers et les actionnaires.

Mur de Calais, celui d'empêcher la circulation des hommes, sur cette planète pour chercher le bonheur qu'on leur refuse chez eux.

Mur de Schengen, mur de cette Europe qui veut protéger le magot accumulé par les puissants depuis le colonialisme.

Mur du Mexique pour empêcher les mexicains de rentrer dans le temple du capitalisme US.

Et puis, il y a tous ces murs qui s'érigent dans les villes pour empêcher les gueux de pénétrer dans les lieux der l'opulence.

L'on se protège de l'intrus, on se barricade, on met des systèmes de surveillances appropriés, des quartiers sont complètement fermées et les alarmes électroniques détectent  "les mauvaises gens".

Des murs aussi pour empêcher les sans-logis de trouver de véritables murs constituant leurs appartements, leurs foyers de vie, et murs encore pour eux quand s'élèvent l'indifférence ou le rejet.

Et puis ce matin, nous apprenons que le mur de l'argent et des puissants a encore gagner.

Le sire Tapis vient d'encaisser des sommes fabuleuses;  mur de l'injustice, mur de la cupidité, mur de la spéculation.

Un célèbre proverbe dit: "qu'on ne prête qu'aux riches": je dirai plutôt qu'on ne donne qu'aux riches et aux puissants.

Tapis fait partie de cette caste qui gouverne notre pays.

Dans quelques jours, le sinistre Besson va lancer un débat sur l'identité nationale: celle qui est mise en avant c'est le drapeau tricolore et l'hymne national; a mon avis la première raison de notre identité c'est d'être pour la liberté, l'égalité, la fraternité, une devise qui invite à dépasser nos frontières et nos murs.

Dernière chose: pourquoi ces bonnes âmes qui cultivent le mur de Berlin, mur inadmissible, ne pipent mots d'un autre mur ? Celui qu'Israël vient de construire en Palestine. Ce mur est aussi indigne que celui de Berlin et il tue la vie et le destin d'un peupl, le peuple palestinien.

 

Bernard LAMIRAND

   

 

 

 

 

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article