LE PERE NOEL EST UN SALOPARD

Publié le 21 Décembre 2009

MANIFESTATION-CHEZ-WOERTZ-CHANTILLY-LE-20-DECEMBRE-2008-031.jpgLE PERE NOEL EST UN SALOPARD

 

MA LETTRE AU PERE NOEL 2009

Cher père Noël,

En cette fin d'année 2009, rien ne va plus, nous ne voulons plus te voir dans nos chaumières.

Pourtant, quand nous étions enfants, c'était un moment attendu ta venue et nous déposions nos petits souliers devant la cheminée en sachant que tu nous ferais une bonne surprise le matin de Noël.

L'an passé, comme en 2007,  tu nous as raconté des histoires, tu ne pouvais remplir ta hotte à cause de la crise disais-tu. Tu nous a raconté qu'il fallait redresser les banques et que tu destinais tous les cadeaux à celles-ci et à tes amis spéculateurs pour notre bien.

Tu nous a même dit que tu voulais un capitalisme moral.

Là, on a eu du mal à te croire.

D'ailleurs, nous venons de remarquer que tu es passé avant l'heure pour certains qui viennent de recevoir leurs présents comme Tapie, Forgeard, Lagardère et autres.

Tu préfères aussi envoyer un message de bon rétablissement à ton ami Johnny que d'en faire un à tous les sans domiciles fixes et sans papiers qui sont sûrs, eux,  de ne pas avoir de cheminée pour mettre leur vieille chaussures éculées.

Pourtant l'ami Johnny ne verse pas un rond dans tes caisses pour Noël,  il préfère certainement les petits suisses.

Tu nous a expliqué, à Noël 2008, que face à la crise, nous devions consentir à ne rien avoir dans nos petits souliers et que ce sacrifice était nécessaire pour que tu puisses passé distribuer tes cadeaux  et qu'en échange un capitalisme moralisé ferait place à cette loi de la jungle du capitalisme libéral.

Comme en 2007, nous avions gobé tes paroles, nous y avons cru, rappelle-toi, dans tes promesses pour accéder au château ,tu nous avais dit que là tu serais mieux à même de remplir la hotte, et que tu nous distribuerai à profusion plein de cadeaux par exemple la possibilité de travailler plus pour gagner plus.

Tu nous avais promis que le résultat du travail serait partagé en trois parties égale: une partie pour l'investissement, une partie pour le capital et la dernière partie pour les travailleurs que nous sommes.

Nous sommes au regret de te dire que nous n'en avons pas vu la couleur.

Que "le travailler plus pour gagner plus" s'est traduit en "travaillez moins pour gagner moins" et en cette fin d'année 2009 plus de 450 000 emplois ont été détruits et plus d'un million de chômeurs ne recevront plus les indemnités de chômage.

Nous apprenons, que pour la remise des cadeaux en ce noël 2009, tu réservais ta hotte qu'aux gens immensément riches.

Ce n'est plus de la déception, c'est de la colère et de la révolte.

Il semblerait que tu comptes remplir les cheminée des belles demeures des paradis fiscaux, des immeubles du 16eme arrondissement, de Neuilly et que tous les grand s détenteurs du CAC 40 se félicitent de ta venue chez eux en cette fin d'année.

Alors, tu vois, cette année, nous nous en fichons si tu ne passes pas nous voir; bien sûr nous n'accrocherons pas de guirlandes pour te souhaiter la bienvenue, nous ne nettoierons pas le conduit de la cheminée, nous ne fraierons pas un passage dans la neige pour ton traineau mais par contre nous ferons beaucoup de grèves pour obtenir autre chose que des promesses.

Tu sais, en cette fin  d'année, nous avons décidé de se donner les moyens de voir nos petits souliers remplis de bonne chose et en particulier des augmentations de salaires et de retraites.

Ne t'étonnes pas d'ailleurs si tu vois beaucoup de grèves contrairement à ce que tu nous disais l'an passé.

Pour cela nous avons décidé de remplacer ton traineau et ta hotte par des grèves pour obtenir ici 200 euros, là 300 euros et plus ailleurs 400 euros.

Alors un bon conseil, ne rempli plus la hotte pour les banquiers car nous comptons venir te voir  très nombreux durant toute l'année 2010 pour te faire sortir le pognon.

Bernard LAMIRAND

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Actualités

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article