LA REGLE D'OR ACCEPTEE PAR HOLLANDE

Publié le 10 Août 2012

LA REGLE D’OR ET HOLLANDE

En affirmant : «Une révision constitutionnelle n’est pas nécessaire pour intégrer la « règle d’or », le conseil Constitutionnel aide Hollande à éviter de demander l’avis au peuple sur cette règle d’or , symbole d’austérité et de misère pour les peuples européens et annonces d’un appauvrissement des français pour les années qui viennent pour payer les frasques et les profits exorbitants des capitalistes. 

Ainsi Hollande vient de rendre les armes (très émoussées depuis son élection) concernant le traité du 30 janvier établi par Merkel et Sarkozy et qui contient la règle d’or obligeant les états à se conformer aux dispositions prises au niveau de la Communauté Européenne de ne pas dépasser 0,5 % du PIB le déficit public des pays signataires.

Le peuple ne sera pas appelé aux urnes pour trancher une question aussi fondamentale qu’est le droit pour chaque peuple de déterminer sa politique budgétaire, économique et sociale par la volonté d’Hollande en s’appuyant sur ces vieilles peaux réactionnaires du Conseil Constitutionnel.

L’idée d’une consultation n’est cependant pas abandonnée parce qu’une assemblée de notables l’a repoussé et tout doit nous encourager à pétitionner massivement pour imposer ce référendum et des millions de signatures qui seraient un camouflet pour ce Président qui tourne manifestement le dos à ceux qui ont contribué  à l’élire.

Le subterfuge d’une ligne de croissance pour faire gober la pilule sarkozienne ne trompera aucun homme de gauche, véritablement à gauche.

Sarkozy peut se frotter les mains, son traité vient d’être adopté par Hollande.

La continuité de la politique économique et surtout antisociale de Sarkozy vient d’être pris en compte par Hollande qui le fera voter à l’Assemblée Nationale par les socialistes, qui, mangeront ainsi leur chapeau d’anciens opposants à cette politique d’austérité européenne qui nous conduira aux abîmes.

Le lutte doit prendre de l’ampleur à la rentrée.

Derrière ce traité, c’est l’austérité, la baisse des salaires et des pensions de retraites, l’allongement de l’âge de la retraite, l’acceptation de la fermeture d’Aulnay pour faciliter les profits de Citroën et la continuité des plan dits sociaux de licenciements et un pays qui tombera automatiquement dans la récession, certes déjà en cours à cause du gouvernement précédent, mais qui avec ces remèdes de la règle d’or plongeront le récessif pour longtemps.

Les financiers peuvent dormir sur leurs deux oreilles, ils savent que la politique économique et sociale de Hollande et de son gouvernement ne sera pas dangereuse pour leur soif de profit et les ténors du CAC 40 peuvent voguer tranquillement et faire escale dans tous les paradis fiscaux.

A quand une grande action contre la politique d’austérité de ce gouvernement ?

Je dis bien « politique d’austérité », elle se vérifie déjà par les coupes sombres qui se préparent concernant les services publics, les prix du gaz et de l’électricité, sur la santé etc.

L’Ukase du gouverneur de la banque de France montre jusqu’à quel point continue les stratégies de baisse du coût du travail quand celui-ci affirme lors d’un interview sur Europe 1 , je le cite : «  ce que nous pouvons faire et ce que peut faire le gouvernement, c’est de mettre en place une réforme du coût du travail et de moins charger les salaires pour la protection sociale » ; et il poursuit suite aux questions d’Elkabbach par l’idée d’un autre financement.

Comme on peut le remarquer, la droite continue à marquer du fer de l’austérité ce que doit être la politique de ce gouvernement et ce gouverneur ne se gêne même plus pour le dire haut et clair.

Face à ce gouvernement socialiste- centriste ( voir prochainement l’arrivée de Bayrou), il ne reste plus qu’une chose à faire : c’est organiser la mobilisation du monde du travail et en particulier par une grande bataille sur les salaires et la protection sociale en exigeant que le capital paye.

Bernard LAMIRAND

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article