LA DROITE EN EMBUSCADE

Publié le 27 Août 2012

arton2032-18c13.jpgLA DROITE EN EMBUSCADE

 

Hier se déroulait les rencontres de la droite pour choisir le futur président de l’UMP et nous avons pu voir cette droite piaffer d’impatience de retrouver les rênes du pouvoir au plus vite et d’en créer les conditions dans l’opposition en mettant en œuvre tous les rouages que détient la bourgeoisie.

Rien qu’à voir leurs bobines on a envie de vomir.

Copé et sa bande, ainsi que Fillon ;leur seule rivalité c’est d’avoir la place et d’être les meilleurs chevaliers servants de la bourgeoisie dont ils sont issus tous les deux.

Ce sont eux qui ont mis la France dans l’état où elle se trouve en ce moment sous la baguette d’or de Sarkozy et quand on voit la situation actuelle, l’on peut se dire, non pas que ces gens là ont failli mais ils ont appliqué à la lettre les objectifs définies par ce capitalisme mondial de démolir tous les acquis sociaux obtenus.

Ce chantier de démolition ils comptent le poursuivre y compris en n’étant plus au pouvoir et en mettant la pression sur le gouvernement socialiste et en le poussant au maximum dans les contradictions qui l’habite.

A ce jeu là, à chaque fois que le changement vers le progrès s’impose comme nécessité, l’on peut constater que les socialistes cèdent et on vient encore de le voir par une mesure pourtant pas compliquée à prendre comme le blocage du prix de l’essence où le gouvernement décide une mesure  ridicule alors que les multinationales du pétrole  s’empiffrent en ce moment avec les émirats.

Le plus dur est à venir nous dit-on lorsqu’il faudra appliquer à fond le nouveau traité européen décidé par Sarkozy et Merkel et qui conduira automatiquement à une récession généralisée de l’Europe et en particulier de la France.

Le fait que les socialistes sont aux manettes et singent les mesures préconisées par Sarkozy ne peuvent qu’aider la droite a toujours poussé davantage les socialistes à aller plus loin dans une politique en faveur du capital.

Lorsque l’on entend le ministre du redressement industriel dire à l’adresse des salariés de l’automobile qu’il faut être, pour ainsi dire, soucieux de l’avenir d’un grand groupe comme Peugeot :  ce qui supposerait qu’il ne faut pas mettre en cause les décisions de réduire les effectifs, de fermer certains sites comme Aulnay, on peut plus que s’interroger sur la volonté de ce gouvernement d’aider à un retour à la croissance, à une vraie reconquête industrielle.

Le traité européen est un cercueil social disait Francis Wurtz dans sa chronique dans l’Humanité dimanche de cette semaine : il diagnostique ce qui arrivera si ce traité est voté par les députés et les sénateurs, car ce traité affirmera une ligne antisociale qui appauvrira l’ensemble  des travailleurs et permettra à la bourgeoisie de s’en tirer après avoir mis les économies sur la paille avec leur soif de profit financiers et les dettes qu’ils ont causé.

Ce traité doit être dénoncé pour ce qu’il est un appauvrissement du monde du travail.

La décision prise par l’Humanité d’une pétition pour la tenue d’un référendum, approuvé par une très large majorité des français dans un sondage paru ce matin dans ce même journal, doit être le moyen d’obliger les socialistes à respecter sur un tel sujet les citoyens et la république.

L’idée d’une grande manifestation pour remettre en cause ce traité est à souligner comme un moment crucial pour empêcher que le pire arrive.

Bernard LAMIRAND

 

 

 

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article