L'IMPOSITION DES RICHES AURA T'ELLE LIEU ?

Publié le 7 Septembre 2012

L’IMPOT DES RICHES SERA-T-IL AUGMENTE OU A NOUVEAU REDUIT ?

 

Que n’avions nous pas entendu concernant les niches fiscales qui profitaient en majeure partie aux fortunés durant la campagne électorale !

Sarkozy, avec le bouclier fiscal, leur permettait de déclarer le moins possible et avec un taux d’imposition risible et qui gommait en partie la progressivité de l’impôt en fonction des revenus des citoyens.

Combien de déclarations des politiques concernant les paradis fiscaux et les promesses de les exterminer.

Par exemple, ces patrons du textile du Nord, qui se sont expatriés en Belgique et dans les quartiers aisés de Bruxelles pour ne plus payer un centime d’impôt en France sur leurs revenus financiers.

Et aussi ces vedettes de cinéma, de la chanson, du sport, qui font fortune en France et qui habitent en Suisse ou dans les iles paradisiaques et qui viennent faire la leçon de citoyenneté aux français les plus pauvres dans des émissions télévisées où ils vantent leurs réussites.

Et que dire de ces patrons qui hurlaient, parce qu’une proposition de Hollande les taxait à 75 % leur revenu dépassant 1 million d’euros annuels. On apprend maintenant qu’elle serait revue avec un seuil de déclenchement qu’à partir de 2 millions d’euros, ce qui diminuerait considérablement le nombre de personnes concernées. Ces gens là, d’ailleurs, sont les premiers à s’élever contre toute augmentation des salaires et des retraites, du SMIC, et observent que le coût du travail doit être abaissé pour la compétitivité des entreprises, sous entendu pour leur porte feuille d’actionnaires (voir Parisot Medef).

Dernièrement d’ailleurs Parisot, la dame du Medef, ne disait-elle pas : « il serait néfaste d’aligner la fiscalité du capital sur celle du travail » : en gros, l’impôt des riches actionnaires devrait être sanctuarisé et ne devrait en  rien découler de celui réservé aux salariés qui payent plein pot.

Comme on le voit la pression est grande pour faire en sorte qu’Hollande n’applique pas ses promesses électorales de prendre au capital.

Je rappelle qu’Hollande avait dû réagir  à la proposition de Mélenchon de prendre tout ce qui dépasse les 20 smic et cela correspondait aussi à ce que disait Marchais en 1981 de « prendre tout » dés que cela dépasse un certain niveau de revenu.

Aujourd’hui, l’attaque de la finance rebondit après les élections et fait partie de l’offensive menée en ce moment par tous les profiteurs et qui font actuellement les yeux doux au gouvernement pour réduire, voir supprimer les cotisations sociales des entreprises, mais aussi de trouver les formes nécessaires pour que les revenus du capital soient exonérés de tout impôt supplémentaire comme par exemple les dividendes, les ventes d’actifs qui souvent affirment de grosses plus-values, les héritages mirifiques etc.

Il semblerait que le gouvernement est prêt à les entendre, à céder, et un des pontifes des petites et moyennes entreprises ne se gêne pas pour dire qu’une écoute positive est en cours au sein du gouvernement et en particulier de Bercy où règne un certain Moscovici dont on connaît les attaches avec le bourgeoisie libérale. Ainsi, malgré un démenti, il serait question d’adoucir cette mesure, de la limiter à 3 années, de ne pas toucher certains revenus financiers afin d’aider au retour des capitaux (Sarkozy avait dit la même chose).

Vraiment il y a besoin de se faire entendre à nouveau contre ces inégalités qui font qu’un salarié est plus imposé par rapport à son revenu qu’un détenteur de capitaux comme par exemple Madame Betancourt de l’Oréal.

Pierre Laurent a déclaré lors d’une rencontre concernant la vignette de la fête de l’humanité : «  pas d’angélisme, donc (c’est le raison de cet article) mais pas non plus de défaitisme (aucunement) et il indique la nécessité d’un haut niveau d’exigence politique. Je suis d’accord avec ce discours à condition de ne pas rester l’arme au pied et d’agir pour faire bouger les choses dans le bon sens à partir du projet du Front de Gauche plus que jamais d’actualité.

Oui, pas d’armes au pied comme le dit la CGT.

Bernard LAMIRAND

 

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article