GOUVERNEMENT DANS L'EGAREMENT INDUSTRIEL

Publié le 26 Juillet 2012

balance-justice-copie-1.jpg

La balance penche

du mauvais coté pour les

salariés-es

 

 

GOUVERNEMENT DANS L’EGAREMENT INDUSTRIEL ET SOCIAL

C’est un papier court.

Que dire après le décisions de PSA et de ce gouvernement social-démocrate ?

J’ai déjà dit tout ce qu’il y avait à dire sur l’attitude de PSA qui n’a qu’un but favoriser ses actionnaires au détriment des ouvriers qui fabriquent ses voitures.

Seul comptera la mise en place d’une loi contre les licenciements boursiers dès la rentrée et avec effet rétroactif pour toutes les mesures annoncées ou cachées lors de la législature précédente.

Cela semble bien compromis par l’attitude de ce gouvernement qui ne veut pas s’attaquer aux stratégies d’abandon industriel en France de ces deux groupes automobiles que sont Renault et Peugeot.

Il vient de choisir son camp : se fâcher avec les travailleurs de l’automobile.

En ne prenant aucune mesure digne d’une vraie gauche, ce gouvernement vient de perdre sans aucun doute la  confiance que lui accordait encore les travailleurs de ce pays qui espéraient trouver enfin la sortie du tunnel des plans de licenciements sarkozien.

Nous sommes à nouveau dans les ornières  des politiques jospiniennes et de la gauche plurielle des années 80.

Philippe Martinez, secrétaire général de la FTM CGT, déclarait hier à l’issue de la présentation du plan auto du gouvernement qu’il n’y avait rien pour les salariés et je rajouterai qu’il n’y a que des mesures pour conforter la restauration financière et profiteuse des deux grands groupes de l’automobile.

C’est bien d’aider la fabrication de voiture électrique ou hybride, mais cela ne fait pas une politique industrielle de reconquête et en particulier de remettre la fabrication dans un « produire français » que par ce biais limité.

Oui, ce gouvernement fait tout le contraire de ce qu’il a dit pendant les campagnes électorales concernant la reconquête industrielle et il vient de conforter PSA dans une stratégie d’abandon des sites industrielles fabricant des automobiles en France pour les fabriquer ailleurs : le PDG ne vient-il pas de dire que ses erreurs stratégiques c’était non pas seulement l’Europe mais le monde et l’on peut déjà voir ses choix :  détruire usines et emplois en France pour construire des véhicules dans les pays où la main d’œuvre est payée à coup de fronde.

En cela, ce gouvernement, en ne prenant pas les bonnes décisions sociales conforte ce que disait hier soir l’ancienne ministre du budget Pécresse : réduire les coûts du travail en France et procéder à des accords mobilité emplois dans les entreprises.

C’est ce qui se trame notamment à Sévelnord.

Travailleurs de tous pays unissez-vous !

Bernard LAMIRAND

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article