FETE DE L'HUMANITE

Publié le 18 Septembre 2011

arton4797VOYAGE A LA FETE DE L'HUMA

Une belle journée qui s'est terminée par une méchant orage sur le fête au moment où Joan Baez passait sur le grande scène.

Dommage.

Joan_Baez.jpgJ'étais là pour témoigner à cette grande chanteuse, comme plein d'hommes et de femmes de ma génération, tout ce que nous lui devons de ses combats de libération des peuples et notamment de celui du Viêt-Nam qui a fondé mon militantisme comme aussi celui de la lutte pour l'indépendance de l'Algérie et le rejet du colonialisme que l'on voit renaitre en ce moment sous d'autres formes.

Merci Joan.

Oui, une bien belle journée à la fête de l'huma. J'ai participé à des multiples débats avec Marie, mon épouse, et nous avons glané pas mal d'idées pour révolutionner ce monde.

Ce monde en putréfaction  capitaliste qui nous conduit dans l'impasse.

J'ai été attentif à Isabelle Garo à l'Agora qui vient de nous sortir un ouvrage sur ces philosophes Althusser, Deleuze, Foucault et leurs relation avec l'œuvre de Marx. L'un était un vrai marxiste et les autres tentaient de lui substituer autre chose, en lien avec ce qui s'est passé dans ces années de plomb d'un capitaliste de guerre froide qui va petit à petit se transformer en ce capitalisme destructeur que nous connaissons aujourd'hui.

Je n'en dit pas plus , j'ai acheté l'ouvrage d'Isabelle Garo, et là, dans ce texte, je ne fais que saisir quelques paroles fortes issues de cette rencontre.

J'ai aimé aussi la rencontre au stand de l'Oise avec Didier Le Reste sur le ferroviaire et l'avenir de la SNCF et les menaces qui pèsent sur cette entreprise nationale que certains, à droite comme à gauche, destinent à la privatisation pour l'instant rampante.Et l'idée de créer une sorte de comité pour défendre la SNCF et la sortir des griffes des transporteurs privés est une bonne proposition à condition qu'elle soit l'affaire de tous les usagers avec bien sûr les cheminots et surtout les populations.

J'ai aussi écouté avec attention Edgar Morin, ce grand sociologue. Je n'en dis pas trop, il va sortir un livre à la fin du mois et j'aviserais des propos qu'il a tenu notamment sur ce système capitaliste à dépasser qu'il considère comme une catastrophe à venir s'il n'est pas mis un terme à sa domination, non par la révolution mais par la métamorphose comme il dit. En gros, une forme plus éparpillée en petites transformations - un peu comme la chrysalide qui va devenir papillon- que le dépassement marxiste et par des réformes poussées par les populations concernées, permettant de les nouer à un moment donné entre elles. Dedans il y a des idées que j'ai besoin de réfléchir autour de fortes contradictions entre des nécessités autant de mondialiser que de démondialiser certaines choses ainsi que de croissance et de décroissance sur des productions et des consommations.

Le clou, fut le soir, le débat avec Bernard Thibault, un "Bernard" remonté comme un ressort qui jaillit dans un monde du travail que certains voudraient inerte en ce moment de crise et de campagne électorale. Il a tenu plus de deux heures à expliquer la position de la CGT, celle de la lutte face à ce système qui broit les hommes en ce moment et leur impose un recul social jamais vu depuis la longtemps.

Un autre Bernard que celui de la constitution européenne où il m'avait déçu.

A tous les détracteurs de l'action, à tous ceux qui disent (la CFDT) que les salariés ne sont pas prêts à faire grève le 11 Octobre et à manifester, il a répondu que l'on ne pouvait être l'arme au pied pendant que l'orage gronde sur les droits des travailleurs et il nous a annoncé ce succès de la manifestation européenne en Pologne où tous les syndicats européens manifestaient contre l'austérité, contre les profits: du jamais vu dans cette CES qui nous avait habitué à être le relais des pouvoirs de droite et sociaux-libéraux (dixit BL).

La CGT appellera le 11 octobre aux manifestations et aux grèves et Bernard Thibault souligna l'importance d'en discuter dans chaque lieu de travail y compris avec les militants des autres organisations syndicales qui subissent eux aussi la crise et les décisions d'austérité.

Il a rappelé l'action des retraités le 6 Octobre et il a terminé aussi sur une CGT qui ne sera pas absente dans ces moments politiques tant pour les échéances électorales que pour la situation économique et sociale.

Que la CGT soit bien dans son rôle syndical, voilà ce que je souhaite depuis plusieurs mois en face de cette crise qui fait souffrir des millions de personnes dans ce pays et ailleurs.

Et le plus vite possible sera le mieux et le 11 Octobre participe à cette levée de la lutte.

Oui, une belle fête de l'Huma qui se poursuit jusqu'à ce soir.

Bernard LAMIRAND

Rédigé par aragon 43

Publié dans #communisme

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article