EUROPE : LA DICTATURE DU CAPITAL ET DES LAQUAIS DE LA FINANCE DANS LES GOUVERNEMENTS

Publié le 30 Juillet 2012

europe.jpgEUROPE : AUTORISME ET DICTATURE DU CAPITAL

Ce qui se passe actuellement en Espagne démontre à quel point cette Europe est une dictature capitaliste.

Depuis le début de la crise, ce système, hérité de la Communauté Européenne du charbon et de l’acier (CECA) qui faisait en sorte que les décisions économiques concernant ces secteurs industriels soient placés sous la coupe d’organismes désignés, montre toute sa nocivité par ses décisions autoritaires qu’il prend sans arrêt au détriment de l’intérêt général.

Les traités de Rome puis de Maastricht et enfin celui de la Constitution Européenne n’ont fait qu’en rajouter à la malfaisance de ce système dirigé par la société dominante : le capital.

Ce qui se passe en ce moment en Espagne démontre l’engrenage anti-démocratique de cette Europe que l’on nous promettait pourtant comme un grand espace démocratique.

Voilà  les espagnols qui depuis le début de la crise s’opposent aux décisions européennes qui frappent leur pays et qui les mettent dans la pire situation : celle d’une récession totale engendrant des millions de chômeurs et un  appauvrissement général de la population à part les profiteurs.

Ce peuple a beau manifester, s’indigner, hurler sa colère : rien n’y fait : les fondés de pouvoir du capital qui dirigent ce pays que ce soit le PS et aujourd’hui la droite appliquent sans sourciller les mesures antisociales du FMI et de la Communauté Européenne des riches (CER)* pour renflouer les banques et les financiers qui ont volé le peuple.

Ce scénario est partout en place, de manière plus ou moins avancée, et chaque pays est actuellement l’objet de diète pour redonner de l’allant aux actionnaires.

Les peuples exigent d’être consulté sur des mesures qui les touchent profondément : ils ne sont pas entendus et les gouvernants se bouchent les oreilles devant les manifestants.

Il est temps que dans tous les pays d’Europe se lève la révolte démocratique.

Il faut mettre par terre la constitution Européenne, il faut que sur les grands dossiers ce sont les peuples qui soient consultés directement.

En France, le peuple doit être consulté sur le traité Sarkozy-Merkel et Hollande doit respecter sa parole de le renégocier et non de se contenter d’une formule alambiquée prévoyant un engagement hypothétique de croissance dont on sait qu’il est impraticable avec les politiques d’austérité actuelles.

Peuples d’Europe : levez-vous contre cette Europe qui vous dépouille!

Bernard LAMIRAND

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article