ELYSEE POLE EMPLOI IMAGINAIRE

Publié le 14 Octobre 2009

Lettre d’embauche adressée à un imaginaire Président de la République pour le pôle emploi de l’Elysée.

 

 

 

 

Monsieur le Président,

 

C’est avec un profond respect de votre fonction que je vous écris.

 

Je sais que vous êtes très attentif à l’emploi des jeunes et en particulier à ceux qui ont une formation limitée du fait de leurs difficultés à suivre les études scolaires de longue durée.

 

C’est mon cas.

 

J’ai 23 ans, et comme beaucoup de jeunes, je galère pour trouver un vrai travail qui rapporte beaucoup et tout de suite.

 

Mes parents sont inquiets de me voir, à mon âge, ne pas trouver un travail rémunérateur à la hauteur de mes ambitions.

 

Je viens d’apprendre, qu’à l’Elysée, il existait un bureau d’embauche particulier et que vous aviez la haute main dans la sélection des compétences pour donner à la France la compétitivité nécessaire pour affronter la concurrence mondiale et le marché libre et non faussé.

On m’a dit que vous appréciez particulièrement les jeunes à la recherche d’un premier emploi.

Que vous n’hésitez pas à convaincre les pouvoirs qu’ils soient publics ou patronaux d’embaucher des personnes de mon acabit, c'est-à-dire sans grandes expériences professionnelles, en leur trouvant de quoi mettre le pied à l’étrier comme on dit dans les cercles hippiques du côté de Longchamp et de Saint- Cloud, là où mes parents ont un  pied à terre.

 

Je ne cherche pas le piston, comme on dit parfois chez ceux qui dénigrent toujours, notamment cette  gauche qui pratique un égalitarisme désuet au moment où il faut faire émerger des talents et leur donner toute leurs chances à des jeunes comme moi en leur offrant des postes à la hauteur de leur appétence

 

J’ai appris que vous encouragez le lien de la famille et les connaissances entre gens de bonne compagnie comme critères d’embauches : en effet, aujourd’hui, par les temps qui courent, on ne peut être sûr de rien du tout concernant ces subtiles examens d’embauches où l’on se retrouve avec la racaille du 93 et j’approuve, moi, cette méthode qui a toujours fait ses preuves et qui consiste qu’à ne faire confiance qu’à ses connaissances où encore de manière plus efficiente :  sa famille.

 

Je suis persuadé, que ma demande d’embauche, éveillera de votre part toute votre attention.

 

Vous aimez les jeunes ambitieux, j’en suis un, je veux brûler les étapes et m’installer et obtenir des fonctions importantes : alors je suis votre jeune et je sollicite de votre bienveillance un poste de PDG, ou de directeur de cabinet, ou encore dans ces endroits, les banques d’affaires et les sociétés immobilières, où on peut rapidement faire sa place.

 

Je sais que votre capitalisme moral vise à ce que les gens bien nés aient les droits dû à leur rangs et cela éviterait bien des déconvenues que l’on a vu dernièrement à travers la crise bancaire en confiant notre argent à la basse classe.

Je comprends, qu’en ce moment, avec la crise de l’emploi, que vous devez être submergé de demande d’embauches au pôle emploi de l’Elysée, mais ma lettre, si elle ne s’égare pas à cause de ces fonctionnaires indélicats, vous touchera et qu’entre famille de la haute, vous me réserverez un traitement de faveur.

 

Mes salutations à votre fils pour qui j’ai une admiration sans bornes.

 

Peut-être une petite place à ses cotés, dans le futur Manhattan de Nanterre, serait tout à fait, à la hauteur de mes avidités.

 

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la république imaginaire, et coordinateur du pôle emploi de l’Elysée, mon très grand respect et ma très haute considération à votre égard.

 

Jean de Picsou demandeur d’emploi.

 

 

 

Nota :  Pour tous ceux qui sont à la recherche d’un emploi, envoyez un CV avec demande de stages et d’emploi à l’Elysée.

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Actualités

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article