BERNARD ARNAUD CHEZ LES BELGES

Publié le 8 Septembre 2012

BROUETTE d'ORBERNARD ARNAUD S’EN VA CHEZ LES BELGES

 

Vous connaissez Bernard Arnaud, le patron de LVMH, celui qui possède diverses grandes sociétés françaises de luxe comme le champagne Vuitton, ainsi que des actions dans de multiples entreprises où il puise ses dividendes.

L’homme est coté comme un des plus riches capitalistes mondiaux avec une fortune qui frôle les 34 milliards d’euros.

34 Milliards qu’il a gagné face aux travailleurs français, mais aussi d’ailleurs, en les plongeant dans le travail payé au minimum et souvent en précarité.

C’est un mécène, il faut dire que c’est facile d’être mécène quand on a autant d’argent et que le mécénat permet des accumulations supplémentaires ou de réduire ses impôts.

Ce type pue le fric.

Un fric qu’il tricote paisiblement comme une bonne ménagère, partout dans le monde, mais particulièrement en France ;  peu importe les conditions de travail dans lequel il obtient les rendements les plus élevés de ses placements financiers dans les diverses sociétés où il émarge dans les conseils d’administration.

L’individu fait partie de ces financiers qui ont mis le monde capitaliste en crise par leur soif de profit et c’est eux qui demandent l’austérité pour régler les dettes.

La crise, c’est eux, et c’est ce bonhomme qui demande à la France de gauche que la compétitivité de ses entreprises se fasse en réduisant les charges patronales mais aussi les impôts.

Ce profiteur aimerait bien une France où les impôts ne seraient payés que par les petits.

Pour ces gens là, un travailleur est une variable d’ajustement et il n’a besoin que du strict minimum pour renouveler sa force de travail ; un peu comme ce patron d’une chocolaterie du Nord qui naguère disait, « mes ouvriers avec un jaune d’œuf peuvent vivre normalement » : ses ouvriers l’avaient baptisé « jaune d’œuf ».

Il rend aussi service à ses amis, par exemple il aide son copain Chirac en lui prêtant un bel appartement dans les quartiers chics de Paris (cela ne risque pas d’arriver pour le brave SDF du coin).

Des mauvaises langues disent sous la gauche, précédemment,  il s’était déjà expatrié pendant trois ans aux Etats-Unis et n’a remis le nez sur nos côtes que le jour où il su qu’il pourrait se faire du fric en exploitant les travailleurs.

C’est aussi un grand ami de Sarkozy, pas étonnant que fut mis en place le bouclier fiscal pour que Bernard puisse amener son gousset à hauteur de 34 Milliards d’euros.

Bernard, aujourd’hui, vient de faire subitement la une des journaux belges : il demande la nationalité belge.

Varenne et la fuite n’est pas loin pour ne pas payer les 75% sur le revenu dépassant 1 million d’euros et cette annonce vient au moment où la pression est au maximum pour qu’Hollande annule sa proposition de campagne.

Ayrault, s’il le fait, nationalise toutes ses propriétés qu’elles soient patrimoniales ou financières !

Ah, ce n’est pas pour manger des moules frites qu’il demande à devenir belge mais pour mouler davantage son escarcelle.

Dans son entourage, l’on nous dit que son changement de nationalité n’entrainera aucune remise en cause de sa participation fiscale en France.

34 milliards…. Diantre… Ce n’est pas rien et qui nous dit que dès qu’il aura sa nationalité belge, le fuyard fera ses déclarations en Belgique où il rejoindra d’autres fieffés profiteurs déjà en place.

Une blague belge circule sur son compte : «  vous savez pourquoi Bernard veut la nationalité belge, c’est pour privatiser le Manneken-Pis et vendre en flacon la pisse bourgeoise des exilés fiscaux français pour remplir encore plus sa pissotière à profit.

Bernard LAMIRAND

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Actualités

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article