A VOTRE SANTE !!!!!

Publié le 25 Octobre 2009

 

 

MENTEURS

 

Depuis quelques jours, l’assemblée nationale examine le budget dont celui de la sécurité sociale.

On pourrait discuter sur le fait que c’est l’état qui s’est approprié le budget de la sécurité sociale.

Là n’est pas mon propos d'aujourd’hui.

Une seule remarque, le budget de la sécurité sociale devrait être décidé par les cotisants à partir de la cotisation salariale et surtout celle de l’entreprise devenue ridicule.

Menteurs et tricheurs, je dis …

Pourquoi ?

Tout simplement parce que j’entends dire  que ce gouvernement se refuse à augmenter les impôts.

C’est faux !

D’abord des impôts, il en faut ; la question est de savoir qui doit les payer.

Ceux qui sont nés avec un biberon en or à la naissance, ceux-là, les privilégiés et les nantis, en payent de moins en moins.

Le bouclier fiscal limite leur impôt à 50 % de leur revenu.

Ils peuvent donc amasser à volonté au dessus de ce pourcentage.

Donc ces messieurs et ces dames qui gagnent des fortunes sont assurés d’une limite et après c’est l’infinitude pour les gros bas de laine.

Ce sont les privilégiés de la fortune.

Les budgets de la nation et  de la sécurité sociale ne risquent donc pas de bénéficier de leurs largesses.

Qui va donc payé ?

Nous ! :  les gueux, les pauvres, la racaille, les qué-qué-badeurs comme disait une vieille bourgeoise, à mon encontre, dans mon enfance.

Ainsi nous sommes déjà entrain de payer ce déficit abyssal du budget de l’état complètement démantibulé par les cadeaux faits aux riches et aux actionnaires .

La note nous est infligée par le chômage dont on dit qu’il va continuer à grimper au même rythme que le retour sur investissements financiers des banquiers et des actionnaires qui se remplument en ce moment à grande vitesse.

Les voleurs !

Pour eux, le père Noel Sarkozy passera dans toutes les cheminées des belles demeures en fin d’année et de superbes cadeaux sont prévus: par exemple celui de la fin de la taxe professionnelle que nous, les quidams, paieront à leur place dés l’an prochain dans nos impôts locaux.

A cela se rajoute la taxe carbone.

Et puis, il y a ce déficit de la sécurité sociale créé de toutes pièces, depuis des années, pour dire à un moment donné que la dame Sécu de Croizat est morte d’une embolie déficitaire.

Les docteurs « Folamour » qui sont au chevet de la dame sécu l’ont tellement fait boire de la cigüe exonératoire qu’elle n’en peut plus.

Dans le vestibule, à coté de la chambre de la gisante, déjà on s’affaire, et les docteurs assurantiels sont là pour crier «  la dame sécu est morte vive la dame assurantielle ».

Ces jours-ci, de nouveaux coups ont en effet été portés à la dame sécu de Croizat.

D’abord cette idée d’un entente misérable des complémentaires et de la sécurité sociale pour accélérer une médecine à plusieurs vitesses en autorisant les dépassements d’honoraires ; il est envisagé la création d’un nouveau secteur dit « optionnel», entre le secteur 1 et le 2  qui permettrait à des médecins spécialistes de dépasser les tarifs sécurité sociale dans la limite de 50% à la condition que ces praticiens s’engagent à maintenir leurs tarifs conventionnés pour 1/3 de leurs patients ( titulaires du CMU, urgences..);

Bref se traduira par l’abandon du secteur 1 par les spécialistes qui sont encore dans ce régime. Tout cela nous rapprochant des assurances à souscrire, pour ceux qui en auront les moyens, pour payer les sommes fabuleuses qui sont déjà réclamées par des spécialistes.

Et puis, il y a deux décisions qui viennent de tomber : le déremboursement de nouveaux médicaments que les mutuelles ne prendraient plus en charge et l’annonce de supprimer des blocs opératoires faisant moins de 1500 opérations dans l’année.

Après la suppression des lits, la réduction du personnel, la casse des maternités de proximité, voici la casse des services chirurgicaux de proximité.

Inutile de dire que notre système de santé est entrain d’en prendre un coup dans les mirettes et on voit bien se dessiner les restructurations de type industriel et  qui ont mis notre industrie nationale par terre.

A l’évidence, ces restructurations annoncent une offensive libérale et capitalistique, du même caractère que les casses d’entreprises industrielles ensuite bradées à des fonds de pensions américains.

La différence, c’est qu’ici, ce ne sont pas seulement des travailleurs qui seront sacrifiés mais notre santé dont on disait qu’elle n’avait pas de prix.

Et bien, demain, elle aura un prix, un prix  de plus en plus cher, des assurances privées pour en payer le prix dans un marché libre et non faussé, des avocats véreux pour se payer de bons honoraires sur le dos de malades,  des magnats médecins pour ramasser des fortunes, et bien sûr plein de français exclus de la santé pour incapacité financière comme cela se passe toujours aux Etats-Unis.

Croizat revient, ils sont devenus fous….

 

Bernard LAMIRAND

 

 

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Actualités

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M

merci pour cette article


Répondre
E

aujourd'hui, je partagerai totalement ton avis
bon dimanche


Répondre