EMPRUNT PINAY FILLON

Publié le 29 Juin 2009


 

 

FILLON TRAVAILLE LE DIMANCHE POUR SES RICHES

 

Nous allions voir ce que nous allions voir : un gouvernement remanié, à la tâche, après le discours de maitre de l’Elysée à Versailles.

Pour se faire, l’insipide Fillon, avait sur ordre de son maitre, convoqué les serviteurs, le dimanche après-midi, certainement après les vêpres, pour une séance d’intronisation à l’emprunt devenu la tarte à la crème du petit tsar.

Ils étaient tous là, à commencer par Tonton la culture. Il manquait le marchand de riz occupé en Grèce à la chasse aux sauterelles d’Afrique, d’Afghanistan et d’Irak, qui, comme des essaims, s’abattent en ce moment sur ce pays.

Tous les syndicats seront consultés nous avait dit Sarkozy et auront à faire des propositions à partir d’un emprunt national.

Un emprunt national de 100 milliards d’Euros ; le sieur Valls, qui veut la place du chef en 2012, propose 150 milliards, (qui dit mieux) après tout, comme le disait Georges Marchais : « de l’argent il y en a ». Sauf que le secrétaire général du PCF indiquait aussitôt la destination : les travailleurs et le social.

Effectivement, de l’argent il y en a : et les 100 milliards par l’emprunt ne seront certainement pas destinés aux travailleurs.

Fillon s’est d’ailleurs empressé de le dire pour qu’il n’y  ait aucun doute, je le cite : «  Il ne s'agit en aucun cas d'utiliser cet emprunt public comme une sorte de solution miracle à toutes nos difficultés budgétaires. Aucune dépense de fonctionnement ne sera financée par cet emprunt, pas plus que la création d'emplois publics, il ne servira pas davantage à engager  des dépenses classiques d'investissement, à rénover les bâtiments publics, accroître les dépenses sociales ou financer les collectivités locales ». Les projets retenus devront être  ciblés, en petit nombre, structurants, avec une rentabilité financière et socio-économique qui soit clairement appréhendable, et associer le plus possible des cofinanceurs externes pour démultiplier les efforts de l’État ».
Tout est dit: à quoi bon recevoir alors les syndicats, si ce n’est pour leur annoncer qu’ils seront mangés tous crus et que la crise sera portée à leur débit.
Cet emprunt, parlons-en : à qui est-il destiné ?
Des projets pour l’après crise nous dit-on !
On se fout de nous !
En effet, cet argent emprunté, on parle d’un taux de 4 %, va rapporter qu’à ceux qui ont du pognon, un auditeur riche, sur une station radio disait ce matin : j’ai 100000 euros, cela me rapportera bien plus que la caisse d’épargne. Le quidam au chômage ou au Smic n’a qu’à aller se faire rhabiller.
Qui va rafler la mise sinon le grand patronat. Cet argent il faudra le rembourser et c’est pour cela que Fillon dans son intervention est allé plus loin en indiquant qu’il faudra se serrer la ceinture sur les salaires et les retraites, avec encore moins de fonctionnaires, de réduire l’emploi, de toucher à la retraite et aux remboursements de la sécurité sociale.
Bref, ces 100 milliards d’euros iront dans les poches des grandes entreprises pour améliorer leurs profits : c’est nous, actifs et retraités, qui rembourserons au centuple, intérêts et capital.
Et puis, sans vergogne, après avoir doucereusement indiqué qu’il y  aurait concertation avec les partenaires sociaux (mot détestable) l’individu nous a livré son diagnostic qui ne souffre d’aucune contestation : il faudra que les générations actuelles acceptent de travailler jusque 67 ans voir 70 ans s’ils le souhaitent.
C’est un vol manifeste.
Ces salariés, actuellement, sont en droit de considérer qu’ils sont floués puisqu’ils cotisent pour une retraite qui s’éloigne à chaque fois qu’ils s’en rapprochent, un peu comme l’âne à qui on met sans cesse la carotte sous le museau pour avancer dans les ornières: ici du capital.
Oui, peuple français, jusque quand tu vas accepter d’être traité de la sorte par ce ramassis de nantis.
Préparons une rentrée sociale chaude… chaude…chaude…
 
Bernard LAMIRAND
 

 

 

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Actualités

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article