BASE COMMUNE: Mon vote ?

Publié le 28 Octobre 2008

MON VOTE POUR LA BASE COMMUNE  Par Bernard LAMIRAND Cellule Coppens Arcelor Montataire

Je me rendrai au bureau de vote prévu par la section de Montataire pour voter la base commune présentée par la direction sortante du PCF.
Les autres textes sont d’un autre âge pour que je puisse les approuver, même si dans leurs attendus, il y a des choses sur lesquelles je pourrais les approuver comme par exemple notre identité PCF en portant les valeurs du communisme.
Par contre, je n’approuve pas du tout « le fait accompli » de la direction nationale d’avoir intégré le texte « Continuer l’engagement communiste fonder une nouvelle force politique » dans les documents de vote.
C’est contraire aux statuts et c’est jeter le trouble sur un vote clair des communistes.
Si les signataires de ce texte avaient voulu le soumettre au vote, ils n’avaient qu’à le préciser par un projet dans les règles statutaires du parti.
Je trouve cette méthode pitoyable, de la part de la direction du parti, qui laisse ainsi planer un doute sur des manœuvres pour continuer après le congrès, une stratégie visant à diluer le parti communiste dans le marais d’une nouvelle force politique.
J’appelle cela « le reculer pour mieux sauter ».
Concernant la base commune, j’avoue que ce texte ne me fait pas grimper au plafond et qu’à défaut de grives on mange des merles comme on dit.
Je la voterai donc pour une seule raison : il vaut engagement du maintien du parti communiste français.
Cette base commune devrait, par amendements, être sérieusement modifié pour donner envie aux communistes de la mettre en œuvre.
Sur le capitalisme et son dépassement, le texte est totalement à revoir à partir des événements actuels et qui secouent le monde capitaliste. Cette crise systémique doit être traitée autrement qu’elle ne l’est et je propose qu’un collectif soit élu au congrès pour en modifier le contenu et faire apparaître notre conception marxiste en s’appuyant notamment sur les contributions de Paul Boccara et d’Yves Dimicoli.
Je dirai que sur cette partie, il faudrait montrer que l’avenir est au communisme et que le capitalisme ne répond plus aux progrès humains et au respect de la planète et amener des propositions concrètes. Dire clairement dans le document que notre démarche est de passer au communisme dans des actes de la vie de tous les jours et non pas en rester à la phrase creuse de « dépasser le capitalisme ».
Un passage fort devrait être réalisé sur quel communisme international et sur la paix dans le monde avec comme corollaire le désarmement mondial. Le parti communiste français devrait prendre l’initiative de la mise en place de rencontres communistes annuelles au niveau mondial.
Sur la gauche, il faudrait définir ce que veut dire aujourd’hui la gauche et quel compromis possible avec des forces de progrès où sociale-démocrates. Ne plus en rester à la conception de la vieille union de la gauche.
Je souhaite une sérieuse critique des stratégies « de bric à brac » concernant les comités antilibéraux et les alliances électorales. Que les décisions prises par les communistes soient respectées notamment concernant les élections où, parfois, c’est l’opportunisme qui l’emporte contre l’intérêt général des communistes.
Je demande à ce que soit remis en route, un vrai dispositif de présence du parti à l’entreprise en s’adaptant à ce qu’elles sont aujourd’hui et à la composition des catégories et de l’organisation du travail. L’idée de groupement communiste de site me plait.
L’adhésion communiste doit être le réflexe de chaque communiste et en particulier des dirigeants qui ne posent même plus cette question dans les initiatives auxquelles ils participent.
L’humanité est un journal communiste et non PCF ; OK !
Je l’apprécie en tant que tel, ses apports sont enrichissants ; il doit être lu par tous les militants mais ces militants peuvent exiger qu’il soit aussi leur lieu d’expression : c’est de moins en moins le cas.
Je n’ai rien contre d’autres contributions et en particulier le soin que le journal prend d’offrir les colonnes du journal à des courants divers mais la parcimonie des interventions de communistes PCF est étonnante pour un journal dont les lecteurs et contributeurs sont à plus de 90 % PCF.
Enfin, concernant la future direction, il faudrait qu’elle soit renouvelée de fond en comble et qu’apparaissent de nouvelles têtes.
Que l’on se sorte de cette direction et de ce conseil national omnipotent et boiteux.
Je souhaite donc que ce soient les sections qui proposent les candidatures et non une sorte de passation de pouvoir comme on l’a vu dans les Bouches du Rhône ou le secrétaire fédéral sortant Coppola désigne son héritier.
Je souhaite que chaque année, une conférence nationale des sections soit le moment de faire le point des engagements pris au congrès.
Je souhaite enfin, que face à la situation actuelle, le PCF organise une grande manifestation pour combattre les méfaits du capitalisme et exiger que des mesures soient prises pour relancer l’économie et interdire tous licenciements boursiers comme sont entrain de les organiser le patronat et le gouvernement.
Pourquoi pas une sorte de « Manifeste du PCF » voté au congrès et remis à tous les français.
Voilà ce que je porterai comme contribution lors de la conférence de section et celle de la fédération de l’Oise.

Bernard LAMIRAND




Rédigé par aragon 43

Publié dans #communisme

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Je dois être bête mais je ne comprends pas les raisons du camarade Bernard de soutenir la bc. Quand au texte 3, "d'un autre âge", c'est le même non-argument que nous servent les refondateurs à Paris. Quand on veut s'opposer on s'oppose, on ne vote pas le texte de ceux à qui on prétend s'opposer.
Répondre