DISTRIBUTION DE TRACTS CE MATIN A NOGENT

Publié le 18 Octobre 2008

CE MATIN PLACE DES TROIS ROIS A NOGENT SUR OISE

 

Nous étions plusieurs militants communistes pour remettre le tract PCF sur la crise et sur nos propositions.

Aucun refus et j’ai eu des échanges avec plein de gens inquiets sur le devenir de leur épargne.

L’un me disait qu’il n’écoutait plus la télévision parce que les explications données consistaient à cacher la réalité de la crise et de ses responsables.

Une dame me confiait sa crainte pour ses économies, qu’elle avait à la caisse d’épargne, et soulignait son inquiétude car elle pensait que les livrets c’étaient encore le seul endroit où on pouvait encore faire confiance.

Une autre dame, plus jeune, avait décidé de retirer son argent de la banque et de le garder comme dans le temps dans un coffre à la maison.

Un ouvrier, jeune, s’inquiétait de sa future retraite :  « ils vont mettre les caisses à zéro pour se rembourser et on aura plus de retraites ».

Il voulait comprendre et il m’a acheté l’humanité dimanche en me disant qu’il n’avait pas beaucoup d’argent mais que cela l’intéressait de connaître l’opinion des communistes.

Une ancienne communiste, « de tout cœur avec nous » confiait que son père lui disait que lorsqu’il y en avait que pour les riches et bien les pauvres n’avaient plus qu’à se battre sinon se serrer la ceinture.

Un jeune cadre de la CFDT travaillant dans une entreprise privée desservant l’eau à Paris me confia son inquiétude pour son emploi menacé par la mairie de Paris qui ne veut pas les reprendre. Après discussions, nous nous sommes mis d’accord pour le service public de l’eau et la nécessaire reprise par la mairie de tous les employés avec leur statut.

Il m’a dit qu’il contacterait les élus communistes de Paris.

Finalement, un bon accueil, mais beaucoup de colère contre les banquiers et difficultés de bien inscrire ce qui se passe comme étant de la responsabilité du capital.

L’idéologie dominante est cependant contestée et Sarkozy malgré ses coups de menton contre le capital immoral n’est pas appréciée comme leur sauveur suprême.

Un bon moment de discussion qui montre que les communistes sont écoutés plus qu’on ne le pense.

Dernière chose, tous ces personnes, quelque fois par une phrase en passant, disaient : il n’y  a plus d’argent dans les caisses mais cela sort par dizaines de milliards pour les riches.

Un constat qui en dit long sur le fait que la population n’est pas dupe de la propagande gouvernementale.

Bernard LAMIRAND

 

 


Rédigé par aragon 43

Publié dans #communisme

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article