LA PAIX

Publié le 14 Août 2008


 

A juste titre, Sarkozy a joué un certain rôle dans l’arrêt des combats entre les russes et les géorgiens.

Celui d’être l’opportun, au moment où les choses étaient réglées par la déroute de l’ami de Bush, le président géorgien Mikheïl Saakachvili.

Certainement que cela a contribué à éviter des morts supplémentaires dans un conflit où les intérêts des uns et des autres n’ont que faire des populations civiles.

Dans un certain sens, Sarkozy a sauvé la mise de néolibéral géorgien réactionnaire de la pire espèce.

De voir cet individu trônant avec Kouchner et à ses cotés le drapeau Européen, ne peut rassurer personne sur cette Europe où il y a un ramassis de « va-t’en guerre ». A commencer par tous ces dirigeants actuels des pays de l’Est qui, pour régler leur compte avec leur voisin russe, prône le retour aux vieilles querelles capitalistes d’avant guerre dans cette partie de l’Europe.

C’est cela qui est inquiétant pour la paix.

La place de l’OTAN dans cette région peut fortifier les ambitions d’en découdre et l’on devrait s’interroger où plutôt agir dans notre pays pour ne pas nous laisser imposer ce cartel militaire de réactionnaires européens inféodé à la puissance américaine.  

Cette situation dans le Caucase est cependant loin d’être réglée.

Je ne suis pas sûr que Sarkozy, contrairement à ce que nous dit Ulrich dans son éditorial de l’humanité, ait travaillé pour une Europe de la paix telle que nous l’entendons, nous communistes.

J’ai même l’impression que son intervention était dictée par les mêmes objectifs que ceux que recherchent dans cette région les impérialistes russes, américains : s’assurer une certaine prépondérance dans cette région hautement stratégique concernant les échanges commerciaux et les ressources énergétiques.

Y a-t-il vraiment divergences entre la stratégie de Bush et celle des capitalistes européens : je demande à voir, et il me semble plutôt que le désaccord porte sur le fait que l’intervention intempestive de président géorgien dicté par les Etats-Unis, ne correspond pas à la stratégie de l’Union Européenne pour être maitre de cette région et faire la nique aux russes.

D’ailleurs, aucun pays de l’Union Européenne n’a jamais élevé la voix contre les implantations américaines dans cette région.

Le capitalisme sait dépasser ces divergences secondaires.

Je ne ferai donc pas une ode à l’union européenne pour avoir fait entériné un cessez le feu entre russes et géorgiens car elle a aussi ses propres responsabilités dans la montée de tous ces va t’en guerre de l’Europe centrale dirigé par des réactionnaires qui obéissent à la puissance américaine.

Je réitère ma demande de relancer le mouvement pour la paix dans le monde et en particulier en Europe où l’on sent les faucons dominaient les colombes.

Un nouveau mouvement « Amsterdam-Pleyel* » serait le bienvenue pour que les forces de paix sortent de leur torpeur.

 

Babeuf 42

 

*L'initiative de ce mouvement revient à deux écrivains : Henri Barbusse et Romain Rolland. Le 27 mai 1932, ils publient dans l'Humanité un appel pour la tenue d'un congrès contre la guerre. Ce Congrès mondial de lutte contre la guerre impérialiste se déroule à Amsterdam les 27 et 28 août 1932. (wikipédia)

Rédigé par aragon 43

Publié dans #Actualités

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article