CREIL NOGENT L’IDENTITE COMMUNISTE

Publié le 1 Mars 2008

CREIL NOGENT L’IDENTITE COMMUNISTE

 

Hier soir, j’ai participé au repas fraternel de la liste « la gauche » menée par Jean Paul Legrand pour la ville de Creil.

Cette ville a besoin de retrouver ses racines populaires et la liste de Jean Paul, composée d’hommes et de femmes des quartiers populaires, représente ce bol d’air.

Les communistes sont à l’aise parce qu’ils sont dans le vécu de ces cités où l’on  découvre l’autre : le voisin, la voisine, les retraités, les jeunes,  et on se parle.

On fait de la politique comme on va à la source pour y  boire de l’eau.

Limpide ! Non,les gens expriment leurs préoccupations, leurs contradictions apparaissent, leurs différences aussi et tout cela se travaillent dans les discussions où émergent des idées nouvelles et une profonde fraternité.

Ils sont attentifs à ce que disent les communistes et ils portent un autre regard sur la politique.

On ressent leur espoir d’être enfin considéré et de pouvoir exprimé leur opinion si longtemps négligée par des « édiles en écharpe » qui leur dictent ce qui serait bon pour eux.

Les autres listes se trouvent un peu désarçonnées par cette campagne et ils sont obligés, laborieusement, de se déplacer eux aussi mais on sent la délégation de pouvoir « à plein nez » qui l’emporte chez eux.

« Vous nous élisez et puis on fait ;  et circulez pendant tout le mandat, y a rien à voir ».

C’est un peu ce qui va se passer dans la ville d’à coté où j’habite, Nogent sur Oise, où une liste de gauche, d’intérêt communal, veut prendre la mairie de droite.

Passons…..

Ce matin, j’ai distribué avec les copains de la cellule, un tract communiste et l’accueil était ouvert, un homme s’est longtemps attardé auprès de moi pour discuter de la situation.

Son analyse était que la France a besoin de communisme dans ce qu’elle vit actuellement.

Il m’a fait un reproche qui s’adresse à tous les communistes : « vous n’avez pas su voir l’évolution de la classe ouvrière, la montée des services, l’apparition et le développement des nouvelles catégories de salariés et puis votre identité est cachée dans vos alliances avec les socialistes qui vous bouffent petit à petit.

Redevenez vous-mêmes avec le PCF me dit- il.

A coté, il y avait un distributeur de tract pour une liste de droite hostile à la municipalité sortante et il nous dit, à moi et à une camarade, « qu’il est de gauche ». Nous le mettons en contradiction ; « comment peut-on être de gauche en étant sur une liste de droite » ; il nous répond qu’il aurait bien voulu une autre liste que celle des socialistes -sous-entendu- mais que cela n’est pas le cas à Nogent.

Quel « embrouillamini » ; quand les idées ne sont plus claires, la pensée du monde du travail n’arrive plus à discerner la différence entre la droite et la gauche.

Y a du boulot à faire.images-copie-15.jpeg

Du boulot à faire aussi pour que l’on ne confonde plus « un coco d’un radis ».

Espérons que le congrès de fin d’année contribuera à éclaircir les choses.

A moins que nous finissions dans les valises de la sociale démocratie où dans celles des gauchistes.

En entendant, bon vent à l’identité communiste renaissante, que la source tarie depuis des années se réveille et coule à flot pour l’avenir du PCF.

Bernard LAMIRAND

 

Rédigé par aragon 43

Publié dans #communisme

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article