Publié le 14 Octobre 2013

LE RACISME ET LA XÉNOPHOBIE
On aurait pu penser que le racisme et la xénophobie étaient définitivement rentré dans les archives de l’histoire après le cataclysme de la seconde guerre mondiale et les millions d’êtres humains gazés, pendus, torturés à mort par le bête immonde qui avait réussi à imposer dans l’Europe la chasse aux juifs, celle des roms et des gitans, celle aussi des communistes.
Eh bien non et comme le disait Berthold Brecht : « Pas nous chanter victoire, il est encore trop tôt :
Le ventre est encore fécond, d'où a surgi la bête immonde ».
Oui le ventre est encore fécond . Dans l’Europe se dresse à nouveau la bête immonde, celle qui a conduit l’homme à redevenir barbare. La crise permet toute sorte de lâchage de bas instincts et les boucs émissaires foisonnent dans les têtes les plus abjects et celles, qui, perdues dans les limbes de la haine contre tous ce qui étranger à leur petite vie de nanti se laissent tenter par le tocsin de la haine.
Nous voyons surgir un peu partout en Europe des groupements les plus violents faisant la chasse à tous ce qui ne leur plait pas et quelle tristesse de voir ces deux jeunes -homosexuel et travesti- battus par des voyous sous l’œil complaisant de la police russe devant les caméras de la télévision française.
Dans cette Europe du capital, en proie à la pire crise depuis 1929, des organisations montent sur le devant de la scène et se présentent aux élections comme étant des justiciers ou des croisés des temps d’aujourd’hui.
Les pays sortis du Communisme sont la proie de ces groupements comme en Hongrie, en Pologne, en Roumanie qui avaient connu les pogroms et les assassinats du temps des régimes fascistes de ces pays.
Mais pas simplement là, aussi chez nous, où des candidatures haineuses apparaissent dans les élections pour flatter les sentiments les plus rétrogrades.
Des candidatures qui combattent l’immigré, qui travaillent le rejet de populations arrivées sur notre sol depuis longtemps pour un grand nombre d’entre eux, qui parlent de peine de mort, de mettre au pas la jeunesse, qui veulent laver plus blanc que blanc mais en fait noir, ne peut être qu’un détestable retour à ce qui a mis la France dans la pire des situations pendant l’occupation Allemande avec le régime de Vichy revisité par la réaction de la bourgeoisie la plus droitière de ce pays.
C’est grave.
Certes l’histoire ne se répète pas mais elle peut balbutier et nous voyons poindre le rejet de l’autre, et le prochain, comme on disait lorsque j’apprenais le catéchisme, devient un ennemi, quelqu’un de trop, quand il est un étranger, un profiteur s’il a quelque chose de plus que le voisin, s’il va à la mosquée, s’il a envie de vivre une vie de couple homosexuel, s’il est malade et qu’il profiterait alors de la sécurité sociale et au surplus s’il est marqué d’une certaine couleur.
Je n’avais pas tout saisi de ce qui se trame en ce moment, même comme militant averti, et comme d’autres, peut-être, j’ai banalisai quelques événements ou plutôt ces évènements s’enfouissaient dans tout ce que la vie sécrète chaque jour et pourtant ce qui se passe en ce moment est gravissime et même des « braves gens » peuvent se laisser emporter par le courant nauséabond qui sort des égouts du capitalisme en crise.
Un événement vient de me marquer, celui qui vient de se produire en Russie où un Russe a été assassinée par un caucasien, un fait divers grave, bien sûr, car il s’agit de la vie d’un homme, mais des faits divers nous en connaissons tous dans ce monde de violences perpétrées par le capital. Or ce qui vient de se produire est terrible, le gouvernement russe vient de procéder à une rafle d’étranger à Moscou pour satisfaire la vengeance d’une population chauffée à blanc par justement ces mouvements qui pratiquent la haine de l’étranger.
Cela peut rappeler ces périodes noires d’un monde barbare où la chasse à l’homme était organisée pour éliminer les populations les plus fragiles, les aliénés, les routiers, les étrangers comme il était dit.
De même les pogroms qui ne sont pas si vieux que cela dans l’histoire de l’humanité sans parler des croisades.
Oui, la haine déversée actuellement ne peut qu’entrainer l’homme à retrouver son animalité la plus vile et quand est montré du doigt des populations fragilisées par la crise, par les misères et que leur stigmatisation devient un enjeu politique, il y a de quoi s’inquiéter et se dire Halte-là.
Le Front national a beau se donner un visage avenant, il est l’héritier de ces haines d'antan et d’un système qui broit et organise la division des hommes pour continuer à dominer.
N’oublions jamais que l’indicible s’est produit par l’élection des fascistes en Italie et en Allemagne par les nazis et que dès leur prise de pouvoir démocratique, l’ennemi a été d’abord le communiste, le juif puis le socialiste et puis ensuite tout ceux qui se rebellaient et critiquaient le système jusqu’à les enfermer dans des camps de concentrations et de les exterminer.
Derrière le visage avenant du FHAINE, se cache un loup, le pire, celui qui s’attaque à sa propre genèse, celle de l’homme se frayant un chemin vers toujours plus de civilité et de vie ensemble dans la fraternité et l'universalité.
Le monde vit mal ; ces hommes et ces femmes qui meurent en Méditerranée dans des barques de fortunes montrent à quel point notre humanisme est à ce point à reconstruire.
Les forces de paix se doivent de réagir et pas simplement en faire une affaire politicienne. Le monde est malade du capitalisme. Il faut faire grandir l’unité du monde autour des valeurs de solidarité, d’amitiés entres les peuples et la marchandisation des esprits doit être mis au rancart.
Un homme de religion vient de s’élever contre ce naufrage d’êtres humains au large de Malte et de la Sicile, le Pape François, que cet homme qui n’avait pas élevé la moindre des protestations contre la dictature argentine pousse un cri de honte devant ces forfaits dans ce monde dit libre montre à quel point il est temps que les hommes de bonne volonté se dressent et empêchent la bête immonde de propager la haine dans notre pays et dans le monde.
Il y va de la paix entre les hommes.
Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Repost0

Publié le 13 Octobre 2013

BRIGNOLES AUX MAINS DE L’EXTREME DROITE FASCISTE

L’élection cantonale a donné les résultats auxquels on pouvait s’attendre : l’extrême droite fascisante a pris le siège du canton de Brignoles, canton où le maire de la ville de Brignoles est communiste.

L’abstention a été forte même si elle s’est réduite de 12 % au second tour.

Le vote républicain n’ a pas suffit pour réduire l’écart séparant la candidate UMP de l’extrême droite Fhaine pour la raison bien simple c’est que la droite locale a voté en grande partie pour l’extrême droite fascisante.

Ce schéma risque de se reproduire ailleurs et aux municipales.

Je m’arrêterai surtout sur l’abstention qui est restée massive malgré un scrutin devenu un enjeu politique national et recueillant une médiatisation qu’aucune autre cantonale ne reçoit en temps normal.

L’abstention est de gauche et elle s’est manifestée incontestablement au premier tour.

C’est là qu’il faut rechercher les raisons de cet échec de la gauche et du Front de gauche qui détenait ce canton de justesse déjà par rapport à ce Fhaine.

Incontestablement c’est la politique menée par le gouvernement socialiste qui a entrainé des électeurs habitués à voter à gauche à s’abstenir. Ils l’ont fait malgré le danger connu de l’élection possible du candidat FN.

Cela démontre à quel point l’électorat de gauche est actuellement fragilisé par la politique gouvernementale et surtout par la crise qui s’est installée et qui amène une certaine fatalité du fait de la compromission entre le capital et la social-démocratie élitiste.

Comment pourrait-il en être autrement quand à l’Assemblée nationale le parti socialiste mène une politique de droite et certains vont jusqu’à dire qu’elle apparait pire que celle que menait Sarkozy du temps qu’il était président de la République.

Certes, élu, celui-ci aurait mis en place la même politique que celle que pratique Hollande obéissant aux directives du grand capital et de l’Europe libérale.

Le montée du Front national doit être combattue pour ce qu’elle est : une politique de haine qui peut entrainer notre pays dans l’abîme non seulement sociale mais aussi sur le plan de la démocratie et de la justice et avec une économie d’un type fasciste comme l’on étaient les économies dirigistes commme celui du régime de Vichy pratiquant des politiques de rapines et de séquestrations des richesses produites pour une minorité de profiteurs. Certains se rappelleront de ces trusts français inféodés au régime nazi qui faisait d’énormes bénéfices pendant que les français vivaient dans la pire des misères.

Cette organisation préconise le rejet et donc la haine des populations en difficulté, souvent les plus fragiles et les plus pauvres.

Ce Front national s’il accède au pouvoir ne le fera qu’avec la droite qui s’extrémise en ce moment et c’est cette éventualité là qui doit être combattue vivement dans la population car elle nous entraine à une sorte de pétainisme pour notre pays.

Il va s’agir de discuter avec les hommes et les femmes qui sont en ce moment pris dans la déception de la politique actuellement menée par Hollande et par Ayrault. Cela suppose de les sortir de la déception et de les amener à exiger une autre politique que celle menée actuellement et qui frappe les couches populaires.

Nous ne devons surtout pas couper le contact avec ces masses qui ne savent plus bien où est leur intérêt y compris ces socialistes qui pour l’instant acceptent les coups sans broncher.

Un intense combat idéologique doit être menée en conséquence.

Un effort soutenu pour que des luttes s’engagent doit être fait et les actions actuelles de la CGT sont utiles, je dirai nécessaire.

Le FN mise sur l’abattement, la désespérance : il faut lui couper l’herbe sous le pied.

Il faut interpeller tous les électeurs de gauche, quelqu’ils soient, pour qu’ils se mobilisent et ne restent pas sous la défensive.

L’enjeu des municipales est important. Non pas pour des stratégies politiciennes, cela serait absurbe surtout quand les blés sont sous la grêle, mais pour changer le cap actuel et y tracer un chemin qui nous sort des turpitudes actuelles.

C’est le moment d’affirmer cette démarche et de la faire vivre dans les villes et villages.

Il faut établir un rapport de force et travailler à l’unité d’action et au rassemblement le plus large des populations de gauche.

Se tenir dans notre tour d’ivoire serait malséant face à la bête immonde.

Dans les moments difficiles de notre pays les forces de gauche ont su s’unir malgré les désaccords de fonds et ici le danger est grand que la bête FHAINE progresse et s’installe au pouvoir avec un retour de formes pétainistes qui apparait de plus en plus dans le discours de ce Front National mais aussi d’une partie de la droite UMP.

Partout les listes municipales doivent s’imprégner d’union contre la bête immonde et en même temps exiger une autre politique que celle menée actuellement.

L’intervention des masses est nécessaire ; les municipales sont certainement le signal pour que cela bouge et que le gouvernement actuel soit obligé de changer de fusil d’épaule et de respecter l’électorat qui l’a élu.

C’est une bataille qui ne gagnera pas dans la division et en pratiquant la stigmatisation mais en pratiquant la montée du rapport de forces.

Nous avons tous à agir pour que la bête immonde n’arrive pas au pouvoir. Celle-ci n’est que le suppôt du capital quand la crise devient systémique et le système dit libéral cherche des appuis de crise et le Fhaine est un moyen de détourner la montée des luttes et du vrai changement.

Cela dépend donc de nous. C’est un acte de classe de battre le fascisme qui monte actuellement en Europe et devient le danger le plus grave.

Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #communisme

Repost0

Publié le 12 Octobre 2013

 

 

LE CORBEAU FHAINE

Publié par Bernard lamirand  - Catégories :  #société

LE CORBEAU

Un corbeau dans la plaine croasse

C’est l’automne.

Dans les champs reste le chaume

Rappelle les beaux jours bonasses

 

Le corbeau croasse ses soupirs

Dans la plaine son écho disparait lugubre

Mais il sera vaincu par  l’absurbe

Quelques départs d’oies imaginent déjà y revenir

 

Tous les oiseaux de mauvaises augures

Peuvent croasser, coasser, jacasser

Rien n’empêchera le monde de se cajoler

Vers le progrès et les belles mûres

 

La porteuse de haine et de  désespoir se déchaine

 Mais son croassement ira au rancart tôt ou tard

Viendra alors le printemps sans fard

Qui redonnera vérité amitié sans gêne

 

Un vieux proverbe dit chien aboie caravane passe

Caravane passe et gagne les avenues de la véracité

Caravane où le mensonge ne sera plus que malignité

Bientôt reviendra l’espoir qui fera que Fhaine  trépasse

 

Bernard LAMIRAND

LE CORBEAU FHAINE

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #SOCIETE

Repost0

Publié le 12 Octobre 2013

Thierry Lepaon. « Le FN est porteur du désespoir »

Successeur de Bernard Thibault à la tête de la CGT, Thierry Lepaon se bat aujourd'hui sur plusieurs fronts (retraites, travail le dimanche). Il lui appartient aussi de dresser des barricades contre un FN qui recrute, élection après élection, dans un électorat traditionnellement ancré à gauche.



Vous combattez le projet de loi sur les retraites. Sur ce sujet, y a-t-il une différence entre la droite et la gauche ?
On constate que très peu de propositions que nous avons faites, dans le cadre de la concertation qui a précédé le dépôt de ce projet de loi, ont été retenues. Nous sommes en opposition sur la question de la durée des cotisations, telle qu'elle est aujourd'hui définie à 43 ans pour les générations futures. Cela ne nous conduit pas à dire que ce gouvernement mène la même politique que celle du gouvernement précédent. La preuve, c'est que, dans le projet de loi, même s'il n'est pas satisfaisant, il y a de vraies avancées. Il y a ainsi la question de la pénibilité. Il y a aussi la question de l'égalité de traitement entre les femmes et les hommes, qui s'appliquera pour la première fois. Il y a aussi la question de la prise en compte des années d'études pour les jeunes.

Beaucoup de consommateurs, beaucoup de salariés réclament l'ouverture des magasins le dimanche et en soirée. Sur ce dossier, la CGT ne livre-t-elle pas un combat d'arrière-garde ?
Contrairement à ce qui a pu être dit ici ou là, les consommateurs ne réclament pas l'ouverture des magasins le dimanche. Ils y vont quand le magasin est ouvert. Mais je n'ai pas vu de manifestations qui réclament cette ouverture le dimanche. Le consommateur sait bien qu'à un moment donné il est aussi salarié. Nous pensons que le travail atypique (travail de nuit et travail du dimanche) peut être nécessaire quand la situation l'exige. C'est vrai pour la sécurité, pour la santé, pour les transports. Pour tout ce qui concerne les missions de service public. Mais pour acheter un parfum, il n'est pas nécessaire de le faire après 21 h ou le dimanche. Il y a un temps pour le travail, un temps pour le loisir, un temps pour la culture. Il faut réapprendre à vivre ensemble.

Croyez-vous, comme l'affirme François Hollande, qu'il est possible d'inverser la courbe du chômage d'ici à la fin de l'année ?
C'est une question à laquelle je ne peux pas répondre. J'ai entendu la volonté du gouvernement de sortir une série de chiffres qui tenteraient à démontrer que le chômage recule. On ne peut que s'en féliciter. Tout ce qui va dans le sens du maintien de l'emploi et du recul du chômage constitue forcément une bonne nouvelle. Reste la question de la nature de l'emploi ainsi recréé. J'ai peur que, malheureusement, les contrats d'avenir, les contrats de génération soient des emplois artificiels.

Tous les sondages témoignent du fait qu'une partie importante des employés et des ouvriers apportent désormais leurs suffrages au Front National. N'est-ce pas le signe d'un échec grave ?
C'est une catastrophe. Le FN n'apporte aucune solution aux salariés, notamment sur la question de la rémunération du travail. C'est un parti qui s'oppose au monde du travail, contre les salariés. On se souvient des dérives auxquelles cette famille politique pouvait se prêter dans les années les plus sombres de notre histoire. Il nous faut désormais faire un travail militant pour que le désespoir n'entraîne pas un vote pour des candidats FN et pour des thèses contraires à la solidarité, telle que nous la prônons. Mais il faut aussi que le politique prenne ses responsabilités. Il faut mener une politique qui prenne en compte les préoccupations des Français, sur les salaires, l'emploi, la protection sociale, une nouvelle dynamique industrielle capable de permettre la création d'emplois. Sinon, notre société va sombrer dans le désespoir. Et le FN est aujourd'hui porteur de ce désespoir.

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Repost0

Publié le 11 Octobre 2013

Rédigé par aragon 43

Repost0

Publié le 9 Octobre 2013

67 ANS LA RETRAITE :INADMISSIBLE

EN PHOTO LES SOCIALISTES MANIFESTANTS POUR LA RETRAITE A 60 ANS EN 2010

67 ANS POUR AVOIR SA RETRAITE: INADMISSIBLE
Ca y est, le gouvernement vient de faire passer, non sans mal, l’article 2 du projet de réforme des retraites qui amènera les salariés à travailler jusque 67 ans pour toucher une retraite pleine et entière, c'est-à-dire sans décote s’ils n’ont pas le nombre de trimestre nécessaire.
Je renvoie mes lecteurs à la page d’hier de l’Humanité, excellente, qui montre bien la façon dont les travailleurs vont devoir trimer 7 ans de plus que s’ils avaient continué à bénéficier de la retraite à taux plein à 60 ans comme le réclamaient et l’exigeaient les manifestants en 2010 lors de la réforme Sarkozy Fillion.
Le parti socialiste était alors au premier rang des manifestants pour exiger le maintien de la retraite à 60 ans.
Il y a de quoi être révolté d’un tel comportement que déjà les électeurs sanctionnent dans les élections partielles qui se déroulent depuis que Hollande manifeste tout son intérêt pour les patrons et en particulier des grandes entreprises du CAC 40 qui ont dû sabler le champagne hier soir lors du vote des députés socialistes pour ces 7 ans de galère de plus que subiront les travailleurs.
Certes quelques-uns seront libérés de leur chaine avant 67 ans du fait des conditions de travail mais dans quel état ?
De galère car les socialistes enverront bon nombre de jeunes à l’abattoir du chômage pour travailleurs âgés quand ceux-ci atteindront la cinquantaine et se retrouveront dehors des entreprises et vivront alors d’indemnités de chômage ou de RSA jusque l’âge désormais légal de 67 ans pour avoir sa retraite, elle aussi amputée.
C’est le retour à une sorte de retraite pour les morts où les éclopés de l’exploitation capitaliste comme le dénonçait la CGT en 1910 lors de la loi sur les retraites ouvrières et paysannes, c’est aussi faire un pied de nez à ce système de retraite solidaire et par répartition voulu par le CNR et mis en application par Ambroise Croizat et la CGT en 1945.
Je me souviens d’un patron, qui, lors d’une rencontre lors d’une occupation du siège de l’Arcoo m’avait dit qu’il valait mieux payer des chômeurs à partir de 60 ans et même avant que de payer des retraites. Ce patron, alors président de l’Arcoo, considérait qu’une telle décision permettrait de réduire les cotisations sociales des entreprises.
Hollande vient d’exaucer ses vœux.
Eh bien, nous y sommes, et ce n’est pas l’UMP qui le fait, mais les socialistes plus enclins à regarder le portefeuille d’actions des gros propriétaires industriels et financiers que celui des salaires et retraites des travailleurs qui se dégonflent actuellement à la vitesse grand V.
Oui, ce gouvernement est un gouvernement félon.
Le seul discours qu’il devra entendre ne sera que celui de la lutte.
C’est ce qu’a décidé la CGT et c’est à cela qu’il faut désormais s’y consacrer.
Bernard LAMIRAND

Voir les commentaires

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0