INDIGNATION OUI MAIS PAS SEULEMENT....

Publié le 10 Mai 2015

Il n'y a pas d'immortalité dans le monstre et l'on peut couper toutes les têtes dont celle du FN
Il n'y a pas d'immortalité dans le monstre et l'on peut couper toutes les têtes dont celle du FN

LE BILLET DU DIMANCHE DE BERNARD ....

INDIGNATION ?

Oui, il faut s’indigner mais cela suffit-il ?

Je m’indigne ce matin de voir le FN parader et sa fée Carabosse tous les jours dans les médias et les journalistes aux ordres de leur offrir les plateaux de télévision pour s’épancher dans ce cloaque néofasciste que certains utilisent pour faciliter leurs desseins politiques. Quelle Puanteur tout cela … Triste journalisme, mais faut-il encore dire journalistes à ces frotte-manche du capital dressés dans les meilleures écoles du libéralisme et du système pour mener la propagande du capital international.

Je m’indigne ce matin que la France n’est pas participé au 9 mai à Moscou avec le peuple qui manifestait avec les photos de leurs parents et grands parents, qui, pour un grand nombre, ont fait le sacrifice de leur vie pour nos libertés et contre le nazisme et le fascisme. Mais aujourd’hui, il faudrait cacher cela pour la gloire de l’Europe libérale qui soutient l’Ukraine en cours des fascisation.

Je m’indigne que la France, qui a toujours eu des relations avec la Russie- l’URSS en particulier - rappelons notre coopération pendant la guerre avec l’escadrille Normandie-Niemen, mais aussi les coopérations civiles, ait un tel comportement aujourd’hui ; en fait celui de son retour dans l’OTAN et là nous retrouvons les sales politiques de la SFIO envers l’URSS et la guerre froide auquelle ils ont été au cœur de l’alliance atlantique les principaux protagonistes avant que de Gaulle retire la France de ce conglomérat de va t’en guerre.

Je m’indigne ce matin de la manière dont ce président a célébré le 8 mai, une sorte de bâclage pour ce 70eme anniversaire, et qui l’a expédié, « vite fait », aux champs Élysée avant de s’échapper vers les caraïbes.

Je m’indigne ce matin de voir cet esclavage moderne auquel le libéralisme et le social-libéralisme conduit le monde du travail à y vivre des conditions enchainées au capital et à ses rentes et dividendes quand nous voyons le Royaume-Uni s’enfonçait dans la misère avec une élite qui profite et un peuple aux abonnés absents qui souffre comme du temps où Marx visitait les bas fonds de Londres.

Je m’indigne ce matin du plan massif de licenciement à Areva, entreprise nationale, où le gouvernement laisse filer avec son Macron et qui se contente de dire qu’il suit les affaires, les affaires du capital surement.

Je m’indigne ce matin, dans ma ville, en promenant le chien, de voir un hérisson mort : il gisait sur le bord du trottoir et je me suis dit que le Roundup l’avait tué. Monsanto go home….

Je m’indigne ce matin d'entendre le dame Touraine, celle qui gueulait si fort contre la sarkoziste Bachelot et son plan HPST, nous cogitait un plan qui va encore fragiliser davantage notre santé et notre sécurité sociale.

Je m’indigne toujours ce matin que la dame Touraine s’apprête à célébrer le 70eme anniversaire de la Sécurité sociale sans avoir jamais souligné le rôle joué par Ambroise Croizat, qui l’a mise sur pied avec les militants de la CGT. Et pour fêter ce soixante-dixième anniversaire, elle a mis sur pied un comité composé uniquement de hauts fonctionnaires et de coupeurs de tête de la Sécu. Croizat, reviens… ils sont devenus fous…

Je m’indigne ce matin de la mort de l’équipage Airbus en Espagne, mais rien à faire de ce gros porteur capable de porter la mort et non la paix. Des milliards dépensés pour le construire et l’équiper mais rien pour les peuples d’Afrique qui souffrent de la misère et sont obligés de fuir leur pays parce qu’ils n’ont plus les moyens et les forces pour y vivre. Avec tous ces milliards pour les armes on pourrait faire de l’Afrique un continent développé et des peuples heureux d’y vivre.

Je m’indigne ce matin d’un patronat qui exige que les négociations salariales obligatoires deviennent facultatives et qu’elles se déroulent non pas chaque année mais tous les 4 ans.

Je m’indigne que l’on s’attaque à notre code du travail et que l’on ne s’attaque pas au code de la propriété et des tonnes de pages qui le régissent pour les exploiteurs et les profiteurs.

Je m’indigne que certaines organisations syndicales sont prêtes à remettre en cause les 35 heures et à trouver de nouvelles formules de flexibilité qui iraient encore plus loin dans la précarisation du contrat de travail.

Je m’indigne… je m’indigne… je m’indigne … Mais faut-il seulement s’indigner ?

Non ! aujourd’hui il faut dépasser l’indignation et prendre son courage à deux mains pour engager les luttes pour reprendre la main, celles qui nous conduiront aux luttes et qui passent par le débat et l’action avec ceux et celles qui souffrent de cette situation.

Il faut une vraie alternative et que le monde du travail puisse non seulement la discerner mais la porter.

Alors l’indignation, dépassons-là et mettons l’espoir de se retrouver ensemble en luttant.

Bernard LAMIRAND

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Pour s'indigner, il faut aussi et surtout être informé. Or, les médias de la pesné unique s'auto censurent sur des quantités de choses. On voit en Inde, ou dans la presse anglophone, hispanophone, ou russophone des informations que l'on ne toruve pas en France ! Et en plus la Loi liberticide Cazeneuve veille au grain, cela ne durera plus longtemps, toute information non officielle sera censurée à la base !
Répondre