VALLS REPUBLICAIN ? ALLONS DONC !

Publié le 20 Février 2015

VALLS REPUBLICAIN ? ALLONS DONC !

Manuel Valls n’arrête pas de parler de la République mais de quelle République s’agit -t’il ?

Il semble qu’il n’y a pas photo, comme disent les commentateurs à l’arrivée d’une étape du tour de France quand le vainqueur a incontestablement franchi la ligne, la République de Valls n’est pas celle de la gauche, la vraie, celle du peuple qui pense, qui dit, qui lutte.

Est-ce la République du dénommé Thiers, premier Président d’une 3eme République bourgeoise réactionnaire, ennemi de la classe ouvrière, que nous offre ce Valls ?

Jaurès avait une toute autre vision que cet absolutisme docte de Valls qui veut faire boire aux représentants de la nation la cigüe patronale et « macronale » jusqu’à la dernière lampée.

Il s’agit d’une autre République que nous avons besoin par ces temps de crise d’un système en bout de course, une république où le peuple aura le dernier mot contre tout ce qui est autoritaire ou autocratique.

Les coups de menton de ce petit César ne passent pas au point qu’il a dû employer le grand moyen mis en place par la bourgeoisie pour faire passer des lois scélérates.

Nous sommes loin du 11 janvier et d’un peuple manifestant pour la liberté et le vivre ensemble face à tous les obscurantismes et conservatismes.

La ligne a été franchie l’après midi du 17 février 2015 quand Valls annonça à l’Assemblée nationale qu’il sortait le 49/3, cette disposition antidémocratique existante dans la constitution pour marquer la domination de l’exécutif sur le législatif quand celui-ci renâcle à obtempérer aux décisions du gouvernement.

L’autoritarisme de cet homme est un de ses traits de caractère particulier. Il n’admet pas que les représentants du peuple décident autrement que ce qu’il a décidé.

Ce personnage n’a rien d’un dirigeant politique de gauche. Au pouvoir il vient de révéler qu’il est une sorte de petit autocrate et qu’il n’entend pas que le débat démocratique l’emporte.

Cette loi Macron fait bien partie du dispositif auquel Valls est dévoué, celui de river notre pays aux grandes féodalités internationales de la finance.

Le Parti communiste et le Front de gauche ont raison de réclamer son départ du gouvernement car il entraine notre pays dans la pire hypothèse : celle de permettre à la droite conservatrice de reprendre le pouvoir et de s’associer avec le Front national pour diriger d’une autre main de fer le pays et de conduire le peuple à l’acceptation de la fatalité de la crise.

Cette droite extrême allant de Sarkozy à la fille Le Pen est entrain de malaxer son beurre pour ainsi dire et malheureusement les élections départementales risquent d’être une bérézina entrainant toute la gauche dans le sillage de ces pontifes qui ont encore le culot d’utiliser le mot gauche pour réaliser leurs mauvais coups avec des serviteurs venant de la finance tel ce Macron dont on sait les liens qu’il a avec la finance internationale.

Le 49/3 est l’arme des faibles, Valls peut toujours raconter qu’il est celui qui représente la modernité alors qu’il n’est qu’un sombre conservateur de recettes éculées telle l’austérité pour redresser un système capitaliste qui exige que la note soit payée essentiellement par le monde du travail.

Valls n’est pas un républicain, n’est pas un démocrate, n’est pas un homme du peuple, c’est l’homme-lige du capital.

La bataille va donc se poursuivre et pas simplement à l’assemblée nationale : au 49/3, il n’y a qu’une seule manière d’y répondre, c’est un peuple en lutte et chacun et chacune doit s’y activer dès maintenant pour créer les conditions d’une politique sociale et économique et en faire profiter ceux qui créent les richesses : les travailleurs.

E, ce moment des luttes éclatent dans les entreprises sur les salaires particulièrement et des initiatives sont en cours pour fédérer ces luttes notamment les retraités le 17 mars et le 9 avril journée de grève et de manifestations dans le pays. C’est cette voie là qui nous sortira du précipice auquel Valls veut conduire la France du monde du travail.

Alors partout agissons et notre 49/3 c’est la grève.

Bernard LAMIRAND

Rédigé par aragon 43

Publié dans #politique

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article