COUT DU CAPITAL : VOILA LES VRAIS PRIVILEGIES

Publié le 28 Septembre 2014

COUT DU CAPITAL : VOILA LES VRAIS PRIVILEGIES

COUT DU CAPITAL : MAINTENANT CE QUI COMPTE C’EST LES LUTTES

Durant la semaine qui vient de se terminer, nous avons eu droit à de nouvelles attaques du pouvoir et du patronat contre les acquis sociaux.

Une sorte de déchainement médiatique aussi contre les privilégiés d’Air France, les pilotes plus particulièrement.

Bref, les salariés seraient des privilégiés et des empêcheurs de tourner en rond par rapport aux politiques gouvernementales et patronales visant à réduire les dettes et les déficits.

Le coût du travail serait l’ennemi numéro un dans la situation catastrophique de la France.

Un coût du travail jugé toujours trop élevé que ce soit celui du manœuvre jusqu’au pilote d’un avion de ligne ou encore de chercheurs, d’ingénieurs, de techniciens et d’ouvriers spécialisés et qualifiés.

Nous avons vu le patronat sortir son programme, celui de réduire les jours fériés, de toucher au 35 heures pour ne plus payer les majorations des heures supplémentaires, de mettre en place un smic transitoire pour accéder à l’emploi et aussi toucher aux seuils sociaux. Pourquoi se gêner puisque ce gouvernement sert le patronat tous les jours au détriment du monde du travail.

Quand au gouvernement il continue à foncer droit devant pour sabrer le monde du travail. Nous venons de le voir à l’oeuvre en combattant la grève des pilotes et surtout en cautionnant l’installation en France de compagnies Low-cost pratiquant la jungle salariale et l’abaissement des conditions de travail.

Cette attitude révèle que ce gouvernement, comme demain celui de la droite, n’ont qu’une idée en tête, faire table rase de toutes les garanties sociales dans le cadre d’une mise en concurrence internationale organisée par les multinationales pour mettre à plat tous les droits sociaux afin de rétablir les profits les plus juteux.

Dans ce jeu de destruction, évidemment, les vrais privilégiés, ceux qui tous les jours nous abreuvent de ce mot, sont spécialement évités. Il s’agit de cette caste qui règne dans les entreprises et gagne des centaines de milliers voir des millions d’euros par an. Nous en trouvons dans les banques, dans les grandes sociétés, dans les cabinets d’expertises, dans les médias et qui enfournent des salaires énormes qui n’ont rien à voir avec le salaire d’un pilote et encore moins avec celui du brave gars et de la brave fille qui bossent pour des queues de cerises.

Il y a tous ces actionnaires qui se font des c…. en or et dont les comptes en banques sont ravitaillés par les dividendes obtenus par le réduction des dits- coûts du travail.

Voilà les raisons pour lesquels il faut se battre pour empêcher que demain notre pays soit celui de salaires payés à coups de triques comme on disait dans le temps.

L’objectif du patronat est bien celui de faire table rase droits sociaux et des lois qui protègent les salariés et de mettre en place les pires conditions d’exploitation des salariés avec des groupements Low-cost.

Alors que faut-il faire ?

Engager la lutte contre le coût du capital concrètement. Il s’agit de supprimer les stocks options, les super - dividendes, les opérations financières qui grèvent le budget des familles ainsi que d’établir une fiscalité qui frappent les très hauts revenus financiers et les profits des entreprises, notamment celles qui n’investissent pas et ne créent pas d’emplois.

Encourager les luttes et notamment celles de pilotes d’Air-France qui luttent contre la casse de leur statut.

Demain à qui le tour si on laisse faire ?

Des luttes, il y en a, mais il en faut plus, plus que jamais dans chaque entreprise déposons les cahiers de revendications et débattons avec les salariés des salaires, du temps de travail à réduire, des conditions de travail et d’emploi etc.

Le 30 septembre avec les retraités et le 16 octobre seront des journées pour marquer cette volonté de ne pas nous laisser plumer par le patronat et le gouvernement Valls-Hollande.

Bernard LAMIRAND

Rédigé par aragon 43

Publié dans #syndicalisme

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article